• Par cette belle matinée du jeudi 23 juin, nous étions 24 à nous élancer sur ce circuit concocté par notre guide-pisteur-traceur. Une petite balade de 9 km nous a-t-il dit... Et le départ se situe  juste devant chez Marie-Jo .

    Marcheurs

    Une balade bien agréable dans la forêt avec quelques beaux paysages prés d'un ruisseau, des chênes majestueux et un petit étang  paisible avec une cabane en bois et une énorme table en pierre taillée dans la masse et dans l'eau..... des poissons rouges. Certainement pour faire encore plus joli.

    Poissons rouge

    Nous arrivions au lieu-dit "Clémens" commune de Herm. C'est à dire au restaurant La Bergerie et il était midi. A cette heure là nous aurions dû arriver aux voitures mais il restait encore 3 km à faire.  On nous expliqua qu'une "petite" erreur de trajectoire avait transformé cette balade de 9 km en rando de 14 km.

    C'est trés affamés que nous sommes arrivés aux voitures mais heureux d'avoir fait une belle marche.


    votre commentaire
  • Le Président non présent pour cause d'absence c'est sous la direction précise et dynamique de Jany, qu'un groupe très réduit s'est rendu à CONTIS sur un nouveau circuit.

    Il est donc maintenant acquis que le " parchemineur" est un individu qui craint la chaleur et l'humidité et surtout les averses par anticipation !

    C'est dommageable car les dernières études montrent qu'une bonne marche, sous le crachin qui nous attendait, est tonifiante, vivifiante et régénératrice cérébral.

    Crachin persistant qui nous a fait remarquer que nous étions 13 , et que ce maudit chiffre nous avait, aux dires de certains, attiré la pluie.

    La solution pour retrouver la sérénité climatique, éliminer l'un d'entre nous. Comme nous sommes viscéralement démocrates, nous avons demandé un volontaire...on l'attend toujours...courageux mais pas suicidaire le parchemineur !

    Cependant, profitant d'un impérieux besoin naturel à satisfaire, ils ont essayé de me perdre. C'était sans compter sur l'indestructible instinct de survie qui m'anime.

    Donc retour à 13, et la photo souvenir à archiver !

    Les rescapés

    A mi-parcours,à quelques mètres de la route, un peu en contre bas, une fontaine ruisselait. Nous avons supposé à sa stèle et son nom -Sainte Marie Madeleine- qu'elle possédait un certain caractère religieux :

    Fontaine Marie-Madeleine

    Un peu d'histoire: "Afin de bien situer le contexte, il faut savoir que la région du Marensin et du Born possède une forte tradition de fontaines depuis plusieurs siècles. Autrefois, ces traditions se rapprochaient de la vénération de la nature, des pierres et des arbres, que l'on retrouve dans l'histoire de France.

    Avec l'arrivée du Christianisme, des noms de Saints furent attribués à ces fontaines, afin de pouvoir continuer à les vénérer et à en apprécier les bienfaits. Trois fontaines existaient jadis sur Contis. La Fontaine Saint Marie Madeleine, la Fontaine Saint Jean (située 500 mètres en aval, côté Lit) et la fontaine Saint Pierre ( aujourd'hui totalement disparue). Chacune était supposée soigner des maux bien précis, en rapport avec le nom du Saint que l'on leur attribuait. La Fontaine Saint Jean, située côté Lit et Mixe soignait par exemple les maladies de peau."

    Une dizaine de km parcourus dans la bonne humeur et l'échange !


    votre commentaire
  • Lieu de départ différé, car surprise des camions chargeaient l'impressionnante masse de bois bordant les 2 côtés de la route...

    Chargement de bois

    A ce rythme de déboisement et une potentialité de tempêtes futures, nous allons vers un nouveau désert, à moins que l'on ne se décide à planter des espèces variées, offrant pour certaines une meilleure résistance au vent et pour d'autres, le gite pour des oiseaux prédateurs des parasites des pins.

    On en parle, faut le faire !

    Forêt de demain

     Chassez le naturel et il revient au galop, dit on !.

    Le "serial tagger" était à nouveau là, bombe en main. Le visage caché par une cagoule, il semble qu'il veuille, dorénavant, sévir dans l'anonymat. Au moment où l'on parle beaucoup d'addiction, à la drogue et surtout au sexe, lui c'est la bombe !

    Serial tagger

    L'absence de soleil et de vent, la pluie des derniers jours ayant éliminée la poussière, la marche a été très agréable. Variété du paysage, la traversée du très rustique pont de Lartigaou me remémorant, les longues parties de pêche de ma tendre adolescence.

    Pour terminer, un petit bonjour de papa Patrick, pour son fils Christophe qui nous lit chaque semaine depuis les Etats-Unis ! Hi !

    Patrick


    1 commentaire
  • Nous étions une petite vingtaine pour faire le grand tour du lac de Port d'Albret ce mercredi 1er juin.

    Il faisait beau, un ciel tout bleu, un soleil radieux et un petit air frais très vivifiant. Un temps idéal pour cette balade, tout d'abord autour du lac marin de Vieux-Boucau où les machines s'affairaient pour nettoyer la plage et débarrasser le lac de ses algues à l'approche du grand week-end de l'Ascension.

    Vidéothèque

    Puis la traversée du golf de Pinsolle avec ce gazon toujours impeccable, dense, vert et très ras.... une véritable moquette. Faut pas rêver, difficile d'avoir le même dans son jardin.  Après un petit tour dans la forêt, nous nous retrouvons au pied de la dune que nous escaladons pour arriver sur la plage de Soustons.

    Vidéothèque

    Marée basse, mer belle, nous partons en direction de Vieux-Boucau en marchant au bord de l'eau. Des enfants des écoles de surf apprennent à maîtriser les vagues tout en restant en équilibre sur leurs planches. Un peu plus loin, un moniteur exerce de jeunes adolescents à la pratique du sauvetage.

    Vidéothèque

    Peut-être avions-nous là les futurs Maîtres- Nageurs- Sauveteurs de nos plages.

    Poursuivant notre balade nous croisons deux hommes agenouillés qui grattent le sable de leurs mains. Ce sont en fait deux pêcheurs qui cherchent des vers bleus . Petits vers qui se trouvent dans le sable et dont sont très friands soles et turbos.

    Vidéothèque

    Retour par le bord du lac et le mail. Les commerces saisonniers étaient ouverts. Ce qui fit le bonheur de ces dames qui ne pouvant résister à la tentation terminèrent la rando par une séance lèche-vitrines, shopping.

    Vidéothèque

    Indifférentes au sort de cette pauvre grosse carpe qui dans le ruisseau qui longe le mail, le corps aux deux-tiers hors de l'eau en raison du niveau très bas, se débattait pour rejoindre des eaux plus profondes nécessaires à sa survie.

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Suite à la demande de quelques randonneuses amoureuses des palmiers, voici un petit diapo des palmiers de ma propriété.

    Deux n'y figurent pas, car leurs palmes ont grillées cet hiver, mais ils repartent doucement !...

    Les autres ont résisté à -14°, avec plus ou moins de bonheur, il y a quelques années. Certains ont souffert cet hiver et comme toujours avec les palmiers leur aspect au printemps n'est pas très attrayant.

    Bonne visite.

    Alain


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires