• Herm est un haut lieu de la culture de la tulipe et ce depuis plus de 15 ans. 

    Cette année encore pour cette rando fleurie la météo nous a gaté, un ciel limpide et une chaleur quasi estivale. C'est toujours un ravissement que de voir ces champs de tulipes aux couleurs chatoyantes, comme un tableau géant posé à même le sol.

    Les tulipes de nos landes

    Au lieu-dit Caillaou où sont cultivés 22 ha d'un seul tenant de ses fleurs magnifiques nous avons été accueillis par une équipe de personnes qui travaillaient dans les champs de tulipes et qui nous ont appris que c'est de là que viendraient les fleurs qui orneraient les chars de la fête de la tulipe à SOUSTONS, mais également qu'il faudra attendre huit années avant que des tulipes soient à nouveau cultivées dans ce champ.

    Les tulipes de nos landes

    C'est le délai nécessaire pour la terre soit à nouveau apte à supporter ce type de culture

    .Des centaines de photos plus tard, c'est avec un peu de regret que nous avons du quitter un aussi beau paysage. C'est par le chemin balisé du Conseil Général que nous avons regagné Herm.

    Je dois quand même relater ici un phénomène étrange survenu sur le chemin du retour. Cela c'est produit lorsque nous avons croisé, en passant prés d'une ferme, deux splendides dindons, fiers et présomptueux qui nous regardaient passer, dressant leur queue en une magnifique roue et gloussant à s'en déchirer la crête. Aussitôt, dans les rangs des marcheurs se fut, allez donc savoir pourquoi, un concert de glouglous sur un peu toutes les notes de la gamme. Ce que nos deux dindons avient l'air de trouver amusant puisqu'ils répondaient en gloussant avec encore plus d'enthousiasme croyant peut-être entendre là quelques belles dames de leur espèce les complimenter pour leur fière allure.

    Les tulipes de nos landes

    Nous étions une trentaine pour parcourir les 13 km de cette trés belle randonnée.

    La photo de la semaine :

    Les tulipes de nos landes


    votre commentaire
  • 28 randonneurs et une température idéale pour la marche. C'est avec plaisir que nous avons retrouvé Bob et sa douce compagne, absents depuis quelques semaines.

    Aujourd'hui pas de suspense ! vous voulez savoir ce que l'on a vu? eh bien je vais vous le dire:

    des pins, des chemins bordés de pins, parfois des pins bordés de chemins et à nouveau des pins !

    Au final un trajet parfait pour se concentrer uniquement sur la marche, ce qui n'exclue pas les petits échanges intra-groupe.

    Et puis soudainement, sous nos yeux ébaubis, toute la vie d'un pin s'offrait à nos yeux (photo ci-dessous) à droite adolescent, en haut adulte et sur la gauche, fin du parcours sous la tronçonneuse du bûcheron.

    Montourley

    Relatons ce qui a été l'événement de la journée: une flaque se présentant sous nos pieds, nous avons contourné cette dernière et c'est à ce moment qu'Aline, suivant Agnès et, surestimant la longueur de son pas, a glissé, évitant de s'affaler sur la souche qui bordait et la flaque à proximité, malheureusement pour le photographe, qui de toute façon n'a pas eu la présence d'esprit de prendre ce cliché.  On s'est promis de faire mieux la prochaine fois.

    9km300 de parcouru, la taille idéale de votre serviteur.

    La photo de la semaine :

    Montourley


    votre commentaire
  • Communiqué:

    Amis parchemins bonjour,
    Un dernier petit clin d'oeil de ces îles ensoleillées où les traditions culturelles ont une place importante. Voici donc une reconstitution de demande de protection des guerriers, par les esprits, sur un marae (lieu sacré de sacrifice), avant le départ en guerre contre un autre clan. Les costumes sont en végétaux. La musiques de percussion et de flûte est un peu envoutante, à l'époque, les sacrifices étaient humains, aujourd'hui les offrandes se font sous forme de fruits. Le marae et toujours dans un lieu reculé, en fond de vallée. ce sont des lieux assez magiques, tant  par les constructions de grosses pierres, que par l'atmosphère qu'ils dégagent. Je prépare mes valises et serai de retour d'ici quelques semaines. Je retrouverai nos randonnées avec plaisir. En lisant les messages de René  je vous ai un peu suivi dans vos balades hivernales.
    A bientôt  très amicalement à vous tous.
    Françoise


    votre commentaire
  • La météo nous avait prédit la journée la plus chaude de la semaine avec des températures estivales. Effectivement, au point de rendez-vous à Castets on a vu ressortir short et chemisettes. Mais quel ne fut pas notre surprise en arrivant au Cap de l'Homy de découvrir la dune noyée dans la brume. Ce fut en descendant de voiture que le choc fut important. Nous avions perdu plus de 10 degré depuis notre départ. Température au bord de la dune à 14h00: 13° L'océan nous rappelait qu'il n'avait pas encore eu le temps de se réchauffer. Il fallait vite sortir pulls et polaires des sacs avant le départ.

    Trés agréable circuit qui, en longeant la dune nous amène à la maison forestière de Yons. Bien sûr, nous avons été quelques courageux à vouloir gravir la dune pour voir la mer.

    A l'assaut de la dune

    Mais ho!... surprise, la brume était si épaisse que l'on ne voyait pas l'eau. Quelle étrange impression que d'entendre le bruit sourd des vagues sans pouvoir distinguer  l'écume des rouleaux.

    Le gros de la troupe nous attendait au pied de le dune et nous avons pu reprendre la marche en direction de la maison forestière.

    Au pied de la dune

    A Yons on fit une pause car les chemins sableux mettent les organismes à rude épreuve. Pendant que les uns trouvaient bienvenus les bancs d'une table de pique-nique, les autres allaient jusqu'à la fontaine pour en goûter l'eau ferrugineuse et un peu sulfureuse à la saveur pas trés agréable mais qui, dit-on, posséde des vertus reconnues.

    La fontaine

    La deuxième partie du chemin nous enfonce plus profondément dans la forêt et le paysage change radicalement, devient aride et sauvage. En nous éloignant de la dune nous avions retrouvé le  ciel bleu et un soleil ardent. Agréable sensation, dans un paysage magnifique mais qui ne durera pas longtemps.

    Un peu de solei au Cap de l'Homy

    Il fallait revenir et plus nous rapprochions de la mer, plus nous nous enfoncions dans la brume et la température hivernale (à peine 14°) à 17h00 au pied de la dune.

    Etrange situation météorologique car  c'est un changement radical de saison qui nous attendait en arrivant à Castets. A 17h30, il faisait 26°, et c'était l' été.

    Nous étions 28 pour cette balade d'une douzaine de kilomètres.

    La photo de la semaine :

    Dans les brumes du Cap de l'Homy


    votre commentaire
  • Nous voici sur notre lieu de départ, et ô surprise, 39 randonneurs, chiffre rarement atteint, et il n'y avait pas de crépes ou de merveilles à déguster au retour. Alors que l'on s'est plu, parfois, à penser que c'était cela qui gonflait la taille du groupe.

    Direction hyppopotamus. Tiens c'est quoi çà? une nouvelle espèce d'hyppopotame?. non c'est le restaurant qui se trouve sur le départ de la rando.

    Hyppopotamus ...

    Ma candide innocence me souffle: ils doivent servir de la viande d'hyppopotame. Pas du tout me dit on, on sert beaucoup de boeuf, ah bon !?. Brigitte Bardot si tu nous lis, tu dois intervenir, ici le boeuf souffre... dans l'assiette 

    Et c'est parti pour cette sortie d'une dizaine de km qui va nous faire passer par des endroits dont, nous Castésiens, connaissions les noms mais pas forcément l'endroit. Minjouay, clouchet, tarouet, tarquet etc...

    On le supposait guéri eh bien non!, son problème semble récurrent, avec une poussée plus importante à l'approche du printemps. C'est notre English teacher, reconverti en serial tagger.

    Hyppopotamus ...

    Passage difficile à Clouchet, où l'odeur des excréments de canard est décidément très désagréable !

    Au retour vers notre point de départ, lors de la traversée de la route de Dax, au niveau du rond-point, un chauffeur routier nous a dit avec véhémence que lui il  travaillait! on est c.., on s'en serait pas douté.

    La photo de la semaine :

    La censure nous ayant obligé de retirer tous les commentaires sur le cliché, vous n'aurez que la photo !

    Hyppopotamus ...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires