• Le randonneur et le baladin

     

    l était une fois...

    une soirée, composée d'un repas, d'une promenade et de scénaytes, proposée et concoctée, pour la partie spectacle, par les deux jolies et dynamiques animatrices de la Médiathèque...

    florie et emilie

    et reprise par notre tout aussi dynamique et méticuleux Président des par chemins et son équipe.

    Soirée qui a débuté par un repas. Dois je encore dire un mot du talent de notre équipe de cuisinières

    Les cuisinières

    et de cuisiniers?

    les cuistots

    oui je le crois; car ce qui n'est qu'une vulgaire cuisse de poulet chez moi (il est vrai que mes talents culinaires, plutôt l'absence...) devient aux mains de notre équipe un mets succulent.

    Mais une équipe perspicace également. Cent repas prévus, cent personnes demandeuses. P..... la classe!

    le repas

    Après le repas nous était proposé un trio de baladins des temps modernes.

     les baladins

    Deux musiciens aguerris, une conteuse qui, sur des textes extraits des contes Landais de Félix Arnaudin, allait, tantôt contant, tantôt mimant, souvent les deux, laissait transparaître un indéniable talent de comédienne.

    Après ce premier tableau, il y en aura trois autres alternant avec une petite rando à l'allure familiale, compte tenu du nombre d'enfants et de marcheurs inhabituels, la troupe, compacte, s'est élancée.

    La troupe

    Explications du parcours par notre incontournable guide, parcours jalonné de luminions, ça n'éclaire pas mais on sait vaguement où l'on va  

    Le guide

    Les deux tableaux suivants se sont déroulés dans une obscurité quasi totale, ne laissant apparaître que l'ombre de nos baladins, la musique et les paroles prenant alors une tout autre dimension, une curiosité assurément!

    obscurité

    A nouveau une tranche de marche, dans la forêt, délicate, le sol étant loin d'être plat.

    Le quatrième et dernier tableau était beaucoup plus éclairé, en gardant toutefois un fort effet de pénombre.

    dans la pénombre

    Le final, uniquement musical...

    Le final

    était une invite à mon éternelle âme d'enfant rêveur.

    Je ne sens plus mon corps, je suis la douce nuit, je suis  la musique, je suis dans la scène, je suis partout, la fée de la nuit m'accompagne, je suis les étoiles qui scintillent, clin d'oeil au talent des artistes... je suis dans l'éternité ...

    Le rêve prend fin, nous allons terminer la randonnée en alternant les passages dans la forêt et sur la piste cyclable.

    Merci aux propriétaires de nous avoir permis de traverser leurs beaux airials.

    Un rafraichissement nous attendait à l'arrivée, une grande satisfaction se lisait sur le visage de tous ... prélude, sûrement, à une nuit peuplée de magnifiques songes.


    votre commentaire
  • Sur le mode (si je puis me permettre le parallèle) des évangiles, je vous propose ce diaporama de la sortie annuelle des parchemineurs.

    Les 3 reporters-photos, à l'instar des auteurs des évangiles, bien qu'étant au même endroit, n'ont pas forcément vu et, ou, retenu les mêmes choses. C'est selon ...

    Moi, qui malheureusement n'est pu être présent, ai sélectionné quelques clichés, et si j'avais peint ou dessiné ces derniers, voila ce que, peut être, mes yeux auraient vu, selon...

    C'est dans votre Diapothèque! ...


    votre commentaire
  • il vient de rejoindre votre Diapothèque.

    La bande son qui accompagnait le diapo d'hiver a été appréciée par beaucoup d'entre vous. Ces chants étaient tirés du dernier CD d'Alvès. Le diapo du printemps fait donc appel à nouveau aux morceaux non exploités dans le diapo précédent.

    Nous sommes situés en Occitanie gasconne, nos parcours en font donc parti, alors quoi de plus normal que la musique Occitane pour vous accompagner. Le diapo se termine par l'hymne de l'Occitanie moyenne...

    drapeau occitan.

     

           Ten te fièr !


    votre commentaire
  • Pour cette sortie de fin de saison, et pour répondre à de nombreuses sollicitations,c'est à la montagne que nous avons décidé d'aller.

    Facile à dire mais encore fallait-il résoudre cette scabreuse équation: trouver un hébergement pour 60 personnes,  des circuits adaptés au niveau de marche du groupe, des occupations pour ceux qui ne marchent pas et un moyen de transport. De quoi occuper quelques longues journées et soirées d'hiver. Lorsqu'on travaille à deux sur un projet de voyage, c'est quelquefois cornélien de se mettre d'accord sur la destination. Discussions, négociations, accords,désaccords,emportements,réconciliations découragements et enfin la bonne idée.

    C'est comme çà que nous nous sommes retrouvés à 60 ce jeudi 28 juin un peu avant 7h00 du matin place de la mairie à Castets pour attendre notre car.

    Le bus est à l'heure, tous les participants également. Après les congratulations matinales, bagages et glacières contenant le pique-nique sont chargés dans les coffres et chacun trouve sa place dans le bus selon ses affinités ou sa promptitude à occuper la place souhaitée.

    Destination Gavarnie où nous arrivons vers 10h30, après une petite pause café ( et pipi bien sur) sur une aire d'autoroute.

    Il fait très beau et après ces quelques heures passées dans le car on sent dans le groupe une pressante envie de se dégourdir les jambes. Les marcheurs  (45) s'équipent et nous prenons le chemin en direction du cirque de Gavarnie.

    groupe au départ

    Les non-marcheurs profitent d'un temps libre au village de Gavarnie

    Le chemin qui longe le torrent, peu pentu au départ accentue sa déclivité plus on approche du cirque...

    bord du torrent

    mais on ne se rend pas compte de la difficulté tant les paysages sont magnifiques.

    paysage

    Arrivés au cirque, les plus courageux s'aventurent jusqu'au pied de la cascade pendant que le reste du groupe profite de la beauté du site. 

    cascade

    Nous avons la chance de voir quelques marmottes se faufiler entre les rochers.

    marmottes

    Descente vers le village pour retrouver le reste du groupe...

    Descente

    et Gérardine qui nous a trouvé, tout près de l’église, un très joli petit endroit pour le pique-nique. C'est dans une joyeuse et sympathique ambiance que c'est déroulé ce repas où il y avait encore beaucoup de spécialités pâtissières à goûter.

    pique-nique

    Après un petit temps libre dans le village, nous partons pour le Donjon des Aigles à Beaucens. Nous découvrons dans ce vieux château-fort transformé en parc animalier, une magnifique collection d'oiseaux.

    Plus particulièrement des rapaces: aigles,vautours,condors...

    rapaces

    mais aussi hiboux chouettes et  perroquets.

    perroquet

    Après la visite nous avons assisté à une démonstration de vol de plusieurs espèces de rapaces, chouettes, hiboux et perroquets.

    en vol

    Je crois que nous avons tous été impressionnés par la technique du serpentaire, ce gros oiseau très haut perché sur ses pattes dont il se sert pour tuer ses proies ( des serpents)  en les frappant sur la tête

    le serpentairee

    C'est avec de belles images plein la tête d'oiseaux en plein vol que nous avons rejoins le village vacances Clairevie à Argeles-Gazost pour nous installer pour la nuit.

    L' installation, une petite douche, et nous nous sommes retrouvés dans la bibliothèque du village, gentillement mise à notre disposition, pour la cérémonie incontournable des W.E. de sorties, c'est à dire l'apéro.

    la réception

    Tout avait été prévu saucissons et chorizos avaient été prédécoupés, les boissons au frais. Si les apéros sont toujours chez les Par Chemins des moments conviviaux, celui là a été en plus très chaleureux. L'effet montagne peut-être....

    Repas dans la salle de restaurant. Cuisine familiale et honnête. 

    Petit moment de détente après le repas où l'on a vu  notre ami "Titou" disputer une partie acharnée de baby-foot

     Dimanche matin, après une nuit réparatrice et un copieux petit déjeuner nous avons repris la route à 8h00. Une petite heure de route pour atteindre le pont d'Espagne. La météo est beaucoup moins favorable que la veille mais il ne pleut pas pour l'instant.

    Départ pour Gaube

    Les marcheurs s'élancent sur le chemin caillouteux qui mène au lac de Gaube.

    la montée vers lac de Gaube

    Les non marcheurs atteindrons le même lac en empruntant les œufs puis les télésièges. Il ne leur restera qu'un petit quart d'heure de marche pour arriver au lac.

    sur les telesièges

    La montée est plus laborieuse pour ceux qui montent par le chemin. La pente est rude et les gros cailloux ne facilitent pas la marche.

    au milieu des rochers

    Il n'y a pas eu de défaillance. Tout le monde est arrivé au lac et plus vite que je ne l'avais prévu. Doit-on voir là la bonne condition physique des Par Chemins ? Certainement.

    le lac de Gaube

    Là aussi, des paysages d'une grande beauté.

    paysage

    Mais la météo se gâte, de gros nuages noirs arrivent, il se met à pleuvoir et la température chute très vite. Il faut se couvrir. 

    il pleut

    Le plus gros du groupe des marcheurs reprend le chemin du retour en empruntant le tracé de la piste de ski pour éviter de redescendre par les cailloux. Nous restons à trois pour attendre ceux qui montent par les télésièges. Ils sont en retard car la remontée mécanique n'a ouvert qu'une demi-heure après notre départ. Ils arrivent enfin et nous accompagnent au bord du lac. Il pleut toujours un peu.

    Nous amorçons la descente et le temps se dégage. Petite halte au pont d'Espagne pour  admirer les cascades et nous regagnons le car.

    belle chute

    Retour sur Argelés-Gazost pour le repas au village. En arrivant, petit passage par le bar pour respecter la tradition. Nous en profitons pour souhaiter bon anniversaire à notre amie Agnés qui fêtait ses......? On ne vous le dira pas.

    le repas

    Après le repas nous reprenons la route pour nous arrêter à Agos-Vidalos chez un souffleur de verre. Artiste et passionné l'homme nous accueille chaleureusement.

    Après nous avoir expliqué les techniques du travail du verre, les couleurs, les matières et le fonctionnement des fours, il réalise devant nous trois pièces différentes. Un vase, une carafe et une tortue.

    le soufleur

    Il travaille tout en expliquant et répondant aux questions. Les gestes sûrs donnent une impression de grande facilité mais on se rend vite compte qu'il y a des années d'expérience derrière çà. ll manipule le verre à plus de mille degrés et après l'avoir soufflé le façonne au bout de sa canne avec quelques épaisseurs de papier journal mouillées. Impressionnant.

    Après la démonstration passage par la boutique pour les achats souvenirs.

    la boutique

    Toute chose ayant une fin, nous remontons dans le car pour regagner Castets........ sous une pluie battante.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires