• Mercredi 4 mai

    Tartas... les douze de la Midouze

    Circuit inconnu, pour la plupart, longeant la Midouze en majeure partie.

    photo

    La surprise était au départ à Castets : huit personnes présentes, alors qu’avec grand beau temps, nous passons habituellement la quarantaine. Aline notre guide du jour, et sa sœur, nous attendaient en bas des allées marines.

    Au bout de 20 mn de marche, appel désespéré de deux Linxoises qui attendaient en haut des allées.

    L’attente a été mise à profit pour se délasser sur une petite plage de sable blanc.

    photo

    Les douze au complet ont posé sur le petit pont enjambant le Retjons, petit affluent de la Midouze.

    photo

    Une légère halte pour écouter les grenouilles coasser dans une mare, reste des inondations que les habitants des lieux subissent périodiquement.

    Aline nous a fait observer de gros emballages de maïs broyés qui attendent d'être envoyés en Espagne pour nourrir les animaux…

    et tâter les culs des blondes d' Aquitaine de l'éleveur local.

    photo

    Temps beau et chaud rendant la promenade très agréable, et instructive, grâce à Aline.

    Jeudi 12 mai

    Marche annoncée à Magescq, en fait circuit sur trois villages: Saint Paul, Herm et  Magescq.

    Départ par un chemin bordé de chênes. Malgré les dires de miss météo, le soleil est au rendez vous ! plusieurs flaques nous obligent parfois à slalomer.

    Itinéraire qui nous a d’abord amené, par la forêt, jusqu’à l’étang des Abesses.

    photo

    Au passage au lieu-dit Desbroyes nous avons pu voir un platane remarquable au moins bicentenaire si ce n’est plus.

    photo

    Puis toujours par la forêt nous avons atteint le lieu-dit " Le Grand Nerthe" . Là nous avons pu admirer le chène du Nerthe. Arbre quadricentenaire, gigantesque, majestueux (voir archives). Il se dégage quelque chose d’indescriptible de ces grands arbres. Une sensation de  force, de sérénité mais aussi une attirance qui fait que l’on a du mal à s’en éloigner lorsqu’on les approche de près.

    C'est la dernière halte. Certain(e)s en profitent pour admirer et commenter, d'autres imaginent peut-être Saint-Louis rendant la justice...

    photo

    Après la séance photos et la chaine humaine autour du tronc pour en apprécier la taille, nous avons repris notre route un peu triste de quitter ce bel arbre.

    photo

    Nous étions 35, amateur d'histoire sûrement, sur ce parcours.

    Jeudi 19 mai

    Lesperon, un grand classique !  mais sous la conduite de Véro, la régionale de l’étape, le circuit est un peu différent de l’habituel. On peut le considérer comme un mix. A moment donné on passe même en territoire Lévignaquais.

    Le chemin très sableux est en permanence bordé de fleurs de différentes couleurs, avec la dominante jaune des Landes.

    photo

    Une curiosité : cette coupe rase découvre carrément une dune sur laquelle un nouveau semis a déjà été effectué.

    photo

    Le visage de Daniel s’illumine du bonheur de retrouver ses lointains cousins.

    photo

    Et notre violoniste surpris en train de prendre un raccourci…

    photo

    Une bonne trentaine de parchemineurs, déçus de voir que le printemps s’était encore dérobé, le vent assez fort, par moment, étant particulièrement désagréable.

    Jeudi 26 mai

    Le classique Taller et retour.

    JPS convalescent, c’est Aline qui, en empruntant des chemins habituels, nous a fait sortir des sentiers battus. Ce que l’on pourrait définir comme le meilleur de Taller.

    Une nouvelle adhérente, Arlette, vient de rejoindre l’association. Elle nous vient de la Sarthe et demeure maintenant dans notre bel éco-quartier de « Mouncaout »

    photo

    Un joli chemin où la canopée forme carrément un tunnel, où les verts frais et lumineux rivalisent.

    photo

    Le temps humide et lourd qui perdure, a permis à Nicole de faire une petite cueillette de girolles

    Quant au cheminement le long du petit ruisseau, qui nous ramène où s’élevait jadis l’hôpital de Kyo (voir archives pour plus d’infos) c’est un pur ravissement, à l’instar de ces digitales se fondant au milieu des iris jaunes.

    photo

    Surprenant et superbe, ce pigeonnier récemment restauré  sera…

    La photo du jour

    photo

    La météo incertaine du midi réduisant le groupe à 19, nous sommes obligés, une nouvelle fois, de dire que les absents ont eu (toujours) tort.


    votre commentaire
  • Ce dimanche 8 ma; les Par Chemins se sont associés à la Gymnastique Castésienne pour organiser une sortie dans les Pyrénées.

    But de la sortie; la passerelle d’Holzarté et les gorges de Kakuéta. Ces deux sites se trouvent entre Larrau et Sainte-Engrace.

    Un car avait été affrété et nous étions 53 pour cette sortie. Un départ à 7h30 de la place de la mairie, un petit arrêt pipi- café à Sauveterre de Béarn (très joli village) et à 10h30 nous étions devant le Logibar, point de départ de la montée vers la passerelle d’Holzarté. 150 mètres de dénivelé par un chemin caillouteux, pas vraiment difficile mais physique.

    photo

    C’est bien connu, les beaux sites ça se mérite, et à l’exception de trois ou quatre personnes tout le monde voulait voir la passerelle. Chacun à son rythme, ils sont tous montés. Dès qu’on l’aperçoit la passerelle d’Holzarté est spectaculaire, suspendue à 180m au-dessus du vide.

    photo

    Elle enjambe le canyon d’Olhadubi. Légère et gracile, elle inquiète ceux qui souffre de vertige. Lorsqu’on y arrive on se rend compte que la construction est solide. Le moins facile c’est de la traverser car soutenue par des câbles, elle est souple et bouge sous les pas des personnes qui circulent. Sensations garanties.

    photo

    Dépassant leurs émotions beaucoup de marcheurs ont fait la traversée. Le spectacle sur le canyon est grandiose.

    photo

    Retour par le même chemin qui, avec ces gros cailloux glissants, paraît quelquefois plus difficile à la descente qu’à la montée.

    Nous retrouvons le car pour nous rendre à Sainte-Engrace. Sur notre demande, la mairie de ce village à mis à notre disposition l’appentis de la ‘’ Maison pour Tous’’. Nous y étions bien installés pour pique-niquer, des tables et des bancs étaient à notre disposition pour nous installer.

    Une sortie originale !

    Après déjeuner, nous avons rejoint les gorges de Kakuéta.

    Des falaises vertigineuses qui peuvent atteindre trois cents mètres de profondeur, une végétation luxuriante, les gorges de Kakuéta, Amazonie des latitudes tempérées, comptent parmi les sites les plus sauvages d’Europe.

    photo

     4 km aller et retour, deux heures de marche sur des sentiers et passerelles aménagés qui permettent de progresser en toute sécurité jusqu’au bout de la balade, en longeant une rivière tortueuse, avec des passages où les deux versants de la faille en sont séparés que de quelques mètres.

    photo

    Et au bout une cascade qui chute d’une vingtaine de mètres et une grotte.

    photo

    C’est les pieds meurtris, les jambes un peu lourdes, mais heureux et la tête remplie de toutes les beautés de cette nature sauvage que nous avons regagné le car pour rentrer.

    * Nous vous proposons un diaporama de la sortie dans la Diapothéque

      ou lien direct : Holzarte et kakueta, une sortie originale


    votre commentaire
  • Cette année le 1er mai tombe un dimanche, tant pis pour le jour férié.

    Mais le 1er mai, c’est le jour où les Par Chemins organise un marché artisanal, pour créer un peu d’animation dans le village. C’était la deuxième édition pour ce marché, organisé dans le hall des sports. Six mois de préparation pour s’annoncer sur les sites du web, chercher et contacter les artisans, établir les dossiers. Cette année 46 artisans et producteurs ont souhaités exposer sur notre marché. Cela représente quelques 210 mètres d’exposition qu’il faut caser dans le hall des sports, en essayant de rendre la disposition agréable pour les commerçants, et pour les visiteurs; sans oublier de respecter les contraintes de sécurité pour une évacuation rapide en cas de nécessité.

    Tout cela se prépare en amont, plan de salle, emplacement de chaque artisan, traçage et mise en place du matériel le samedi. Tout doit être prêt le dimanche avant 7h00, car c’est l’heure à laquelle les premiers exposants arrivent.

    Une météo exécrable, avec un vent fort le samedi, nous donna beaucoup d’inquiétude.

    Heureusement le dimanche les choses se sont améliorées, mais il demeurait un petit vent très frais qui rendit la tâche difficile à ceux qui travaillaient en cuisine, sous le chapiteau à l’extérieur.

    photo

    Seul incident à déplorer le vent qui soufflait très fort le samedi a claqué une porte vitrée contre le mur et l’a cassée. Porte en alu d’un ancien modèle qui ne se fait plus, il faut changer tout le bloc. Montant estimé des dégâts 2500€.

     Heureusement nous sommes assurés.

    photo

    C’était un beau marché avec une grande diversité de créateurs. La fréquentation du public a été moyenne mais satisfaisante dans l’ensemble. Il faut dire que le hall des sports de Castets est excentré, pas sur un axe passant et donc plus compliqué d’accès pour les personnes venant de l’extérieur.

    photo

    Merci à tous ceux et celles qui se sont investis dans cette aventure et qui ont permis que cette manifestation soit une réussite. Les artisans ont été nombreux à nous faire part de leur grande satisfaction quant à l’organisation, et le déroulement de ce marché.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires