• Le Président non présent pour cause d'absence c'est sous la direction précise et dynamique de Jany, qu'un groupe très réduit s'est rendu à CONTIS sur un nouveau circuit.

    Il est donc maintenant acquis que le " parchemineur" est un individu qui craint la chaleur et l'humidité et surtout les averses par anticipation !

    C'est dommageable car les dernières études montrent qu'une bonne marche, sous le crachin qui nous attendait, est tonifiante, vivifiante et régénératrice cérébral.

    Crachin persistant qui nous a fait remarquer que nous étions 13 , et que ce maudit chiffre nous avait, aux dires de certains, attiré la pluie.

    La solution pour retrouver la sérénité climatique, éliminer l'un d'entre nous. Comme nous sommes viscéralement démocrates, nous avons demandé un volontaire...on l'attend toujours...courageux mais pas suicidaire le parchemineur !

    Cependant, profitant d'un impérieux besoin naturel à satisfaire, ils ont essayé de me perdre. C'était sans compter sur l'indestructible instinct de survie qui m'anime.

    Donc retour à 13, et la photo souvenir à archiver !

    Les rescapés

    A mi-parcours,à quelques mètres de la route, un peu en contre bas, une fontaine ruisselait. Nous avons supposé à sa stèle et son nom -Sainte Marie Madeleine- qu'elle possédait un certain caractère religieux :

    Fontaine Marie-Madeleine

    Un peu d'histoire: "Afin de bien situer le contexte, il faut savoir que la région du Marensin et du Born possède une forte tradition de fontaines depuis plusieurs siècles. Autrefois, ces traditions se rapprochaient de la vénération de la nature, des pierres et des arbres, que l'on retrouve dans l'histoire de France.

    Avec l'arrivée du Christianisme, des noms de Saints furent attribués à ces fontaines, afin de pouvoir continuer à les vénérer et à en apprécier les bienfaits. Trois fontaines existaient jadis sur Contis. La Fontaine Saint Marie Madeleine, la Fontaine Saint Jean (située 500 mètres en aval, côté Lit) et la fontaine Saint Pierre ( aujourd'hui totalement disparue). Chacune était supposée soigner des maux bien précis, en rapport avec le nom du Saint que l'on leur attribuait. La Fontaine Saint Jean, située côté Lit et Mixe soignait par exemple les maladies de peau."

    Une dizaine de km parcourus dans la bonne humeur et l'échange !


    votre commentaire
  • Lieu de départ différé, car surprise des camions chargeaient l'impressionnante masse de bois bordant les 2 côtés de la route...

    Chargement de bois

    A ce rythme de déboisement et une potentialité de tempêtes futures, nous allons vers un nouveau désert, à moins que l'on ne se décide à planter des espèces variées, offrant pour certaines une meilleure résistance au vent et pour d'autres, le gite pour des oiseaux prédateurs des parasites des pins.

    On en parle, faut le faire !

    Forêt de demain

     Chassez le naturel et il revient au galop, dit on !.

    Le "serial tagger" était à nouveau là, bombe en main. Le visage caché par une cagoule, il semble qu'il veuille, dorénavant, sévir dans l'anonymat. Au moment où l'on parle beaucoup d'addiction, à la drogue et surtout au sexe, lui c'est la bombe !

    Serial tagger

    L'absence de soleil et de vent, la pluie des derniers jours ayant éliminée la poussière, la marche a été très agréable. Variété du paysage, la traversée du très rustique pont de Lartigaou me remémorant, les longues parties de pêche de ma tendre adolescence.

    Pour terminer, un petit bonjour de papa Patrick, pour son fils Christophe qui nous lit chaque semaine depuis les Etats-Unis ! Hi !

    Patrick


    1 commentaire
  • Nous étions une petite vingtaine pour faire le grand tour du lac de Port d'Albret ce mercredi 1er juin.

    Il faisait beau, un ciel tout bleu, un soleil radieux et un petit air frais très vivifiant. Un temps idéal pour cette balade, tout d'abord autour du lac marin de Vieux-Boucau où les machines s'affairaient pour nettoyer la plage et débarrasser le lac de ses algues à l'approche du grand week-end de l'Ascension.

    Vidéothèque

    Puis la traversée du golf de Pinsolle avec ce gazon toujours impeccable, dense, vert et très ras.... une véritable moquette. Faut pas rêver, difficile d'avoir le même dans son jardin.  Après un petit tour dans la forêt, nous nous retrouvons au pied de la dune que nous escaladons pour arriver sur la plage de Soustons.

    Vidéothèque

    Marée basse, mer belle, nous partons en direction de Vieux-Boucau en marchant au bord de l'eau. Des enfants des écoles de surf apprennent à maîtriser les vagues tout en restant en équilibre sur leurs planches. Un peu plus loin, un moniteur exerce de jeunes adolescents à la pratique du sauvetage.

    Vidéothèque

    Peut-être avions-nous là les futurs Maîtres- Nageurs- Sauveteurs de nos plages.

    Poursuivant notre balade nous croisons deux hommes agenouillés qui grattent le sable de leurs mains. Ce sont en fait deux pêcheurs qui cherchent des vers bleus . Petits vers qui se trouvent dans le sable et dont sont très friands soles et turbos.

    Vidéothèque

    Retour par le bord du lac et le mail. Les commerces saisonniers étaient ouverts. Ce qui fit le bonheur de ces dames qui ne pouvant résister à la tentation terminèrent la rando par une séance lèche-vitrines, shopping.

    Vidéothèque

    Indifférentes au sort de cette pauvre grosse carpe qui dans le ruisseau qui longe le mail, le corps aux deux-tiers hors de l'eau en raison du niveau très bas, se débattait pour rejoindre des eaux plus profondes nécessaires à sa survie.

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Suite à la demande de quelques randonneuses amoureuses des palmiers, voici un petit diapo des palmiers de ma propriété.

    Deux n'y figurent pas, car leurs palmes ont grillées cet hiver, mais ils repartent doucement !...

    Les autres ont résisté à -14°, avec plus ou moins de bonheur, il y a quelques années. Certains ont souffert cet hiver et comme toujours avec les palmiers leur aspect au printemps n'est pas très attrayant.

    Bonne visite.

    Alain


    votre commentaire
  • Plus d'une vingtaine de parchemineurs étaient là, dont  un grand nombre qui n'avait pas effectué la sortie à Saint-Jean-Pied-de-Port. Beaucoup étant resté chez eux à récupérer de cette marche inhabituelle. randonneur alité

    Le temps était frais et la campagne verte à l'image des superbes arums qui bordent le ruisseau...

    Arums

    Certains, un peu inquiets, se souvenant que des 9 églises à Capbreton, ils n'en ont vu qu'une (et encore !), alors allez t'on voir les 3 moulins ?

    Eh bien non ! cette sortie se faisant avec et sans moulins. De surcroît, Simon n'était pas là:

    " Conei shetz pas Simon ? quei lo sol qui sap parlar aus molins ! " (1)

    La marche se fit donc sur un rythme assez élevé, René et Hubert n'étant pas absorbé par la beauté du paysage

    Les discussions allaient bon train avec évidemment des plaisanteries DSKniènes... 

    Arums

    (1) Vous connaissez pas Simon ? c'est le seul qui sait parler aux moulins !


    votre commentaire
  • Le film de la sortie à Saint-Jean-Pied de port est dans la vidéothèque.

    Par ailleurs, nos amis: Marlène et Jean-Jacques GUEDJ ont effectué une rando dans l'Atlas Marocain. Ils vous invitent à voir leur diaporama:

    Cliquez ici !


    votre commentaire
  • Cette année pour notre sortie annuelle c'est Saint-Jean-pied-de-Port qui a eu les faveurs de l'équipe oragnisatrice.

     Ce dImanche 22 mai, nous étions 60 au départ à 7h30 place de la Mairie. Comme le car ne pouvait contenir tout le monde, bien gentiment, Jean-Pierre et Marie-Jo ont suivi avec leur camping-car  prenant avec eux Maryse et René. Merci à eux, comme cela nous avons pu satisfaire toutes les demandes de participation à ce voyage.

    Un départ à l'heure, un voyage sans incident avec une petite halte "technico sanitaire" sur l'aire de Labenne.

    Notre journée a commencé par la visite chez un productreur de fromage des Pyrénées à Saint-Etienne-de-Baîgorry. Heureusement nous avions un chauffeur de car qui avait le gabarit de son véhicule au centimètre prés. Pour arriver à destination il fallait emprunter une  toute petite route avec des maisons trés rapprochées et des passages difficiles pour un car de cette dimension. Notre hôte qui s'était avancé pour guider le car dans les passages difficiles nous  a réservé un trés sympathique accueil avant de nous inviter à visiter ces installations. Nous avons ainsi pu voir les bergeries, les brebis et leurs agneaux et dans le local de fabrication du fromage avoir toutes les explications sur les techniques et tours de mains nécessaires pour la fabrication de cette spécialité locale.

    Aprés l'avoir dégusté chacun, avant le départ, a pu faire provision de cet excellent fromage.

     La grande dextérité de notre chauffeur fit que nous avons regagné la route normale sans le moindre petit bobo à la carrosserie.

    La deuxième étape nous mena à Ispoure au départ de la rando. Le car laissa là les randonneurs et ramena le reste du groupe à Saint-Jean-Pied-de-Port pour une visite de la ville.

    Vidéothèque

    Les marcheurs ( un quarantaine environ) se sont lancés sur ce chemin qui monte ,un peu abrupt au départ, dans les vignobles au dessus de Saint Jean Pied de Port et offre de beaux panoramas sur la ville.

    Vidéothèque

    A ce sujet, un grand coup de chapeau à nos doyens Maryse et René qui malgré la forte déclivité qui en a surpris plus d'un, ont fait le circuit sans faiblir. Encore bravo et respect à tous les deux. A l'issue de la balade, le groupe regagna le lieu de pique-nique par les rues de la ville. Merci aux non marcheurs qui avant notre arrivée avaient eu la gentillesse de décharger toutes les glacières du car, d'installer le pique-nique et de préparer l'apéritif.

    Comme d'habitude le repas se déroula dans une excellente et trés conviviale ambiance. 

    Vidéothèque

    C'est bien connu quand l'ambiance est sympathique le temps passe trés vite.Tellement  qu'il fallut repartir sans avoir le temps, pour les marcheurs, de faire la visite de la ville.

    Sur le chemin du retour, nous nous sommes arrêtés chez un producteur de vin d'Irouléguy.

    Passionné et passionnant, il nous fit d'abord visiter sa vigne pour nous expliquer comment  on cultive les vignes en terrasses; particularité des vignobles d'Irouléguy. Puis nous sommes allés à sa propriété pour une visite du chais et dégustation de sa production que chacun apprécia en fonction des ses goûts oenologiques.

    Vidéothèque

    Une belle journée à la croisée de tous les chemins de Saint Jacques de Compostelle. Des visites qui nous ont menés au contact du pays basque profond, avec de vrais producteurs, passionnés et fiers à la fois de leur région et de leurs produits.

    Une question d'amplitude de disponibilité du car nous a fait manquer d'un peu de temps pour la visite de la ville. Mais qu'à cela ne tienne, s'il le faut nous y reviendrons.


    votre commentaire
  • Ce jeudi, premier jour des nos marches matinales, qui s'étendront jusqu'au mois de septembre, nous voici rendu sur le parking de Saint-Girons plage.

    Cette rando, substituée à celle prévue à Herm, d'aucuns pensaient, pour changer, et avaient amené le maillot de bain, que nous irions sur la plage, en furent pour leur frais.

    Donc nous fûmes à nouveau confrontés à cette forêt qui nous donne notre identité de Landais.

    Prenant le chemin empierré qui longe le camping municipal, on pensait s'acheminer vers une marche confortable.

    Erreur: une société Autrichienne débardait, toujours Klaus, des deux cotés du chemin, en labourant outrageusement ce dernier. Engins avec des roues cerclées de chenilles et des camions qui passaient et repassaient dans un incroyable nuage de poussière.

    roues chenillées

    La progression s'en trouva beaucoup plus difficile, les montées étant très raides, et en l'absence d'air marin, nous avons eu droit à l'odeur caractéristique qui se dégage de la station d'épuration.

    Lors d'une halte, au sommet de la plus forte ascension, nous nous sommes retrouvés sous le panneau ci-dessous et comme on ne savait pas ce qui il y avait à tirer, on s'est " tiré"...

    Panneau de tir

    Finalement un parcours sportif appelant un déjeuner conséquent.

    Le beau souvenir qui restera est celui de nos charmantes caminayres, cueillant des girolles.

    Françoise cueille des girolles

    Françoise avait l'intention de faire une bonne omelette, mais absolument pas de m'inviter...


    votre commentaire
  • A Capbreton, ce circuit qui passe par le Tuc des 9 églises est bien connu des Par Chemins et certains l'appréhendent. De belles déclivités sur des chemins trés sableux, il y a de quoi faire monter trés vite les pulsations cardiaques. Aujourd'hui nous n'étions que 13 pour cette balade. Est-ce le ciel maussade ou les difficultés du circuit, qui en a découragé plus d'un?

    Les fortes pluies de la nuit avaient tassé le sable sur les chemins ce qui nous facilita beaucoup l'ascencion du Tuc. Comme à chaque fois, arrivés au sommet on voulu voir les 9 clochers mais comme à chaque fois à cause de la végétation, des mauvaises conditions météo,  etc....on en vit un, deux peut-être mais jamais neuf.   C'est sous un ciel couvert que nous avons parcouru les 9 km de ce circuit qui amène aux premières maisons de Cabpreton pour revenir par la fôret.

    De retour aux voitures, aprés l'incontournable apéritif  riche et varié, c'est dans une ambiance d'auberge espagnole où chacun proposait à tous ce qu'il avait amené que nous avons pique-niqué sur place puisque nous étions sur une aire prévue à cet effet.

    Vidéothèque

    L'aprés-midi, sous un ciel beaucoup plus lumineux et ensoleillé nous avons fait le grand tour du lac d'Hossegor. C'est un lieu un peu magique et l'on éprouve toujours autant de plaisir à faire et à refaire cette promenade.

    Vidéothèque

    C'est en tout 18 km qui ont été parcouru. Une belle journée de marche dans une ambiance  vraiment sympathique  et une agréable sensation de plaisir que même la fatigue n'arrive pas à estomper.

    A moment donné, nous fûmes confrontés à ce panneau et personne ne connaissait sa signification:

    Vidéothèque

    Après recherches, la voici: " Interdit à toutes circulations"

    Vu les traces au sol, il semblerait  que peu de gens la connaissent !

     


    votre commentaire
  • Une quinzaine de randonneurs sur le lieu de rendez vous, l'église du village, et une affectueuse pensée pour notre camarade Agnès dont le père, Robert, vient de décéder après une pénible fin de vie en Maison de retraite.

    Et nous voici parti sur un nouveau parcours, celui du Conseil Général. Hésitation au départ quant au bon côté et nous voici immédiatement dans le sous-bois, recouvert du superbe vert de la fougère nouvelle. Le parcours est sinueux et souvent très sableux, cette succession de montées et descentes est un peu épuisante amenant d'aucuns à poser la question suivante: "Dieu a t'il crée cela dans un but d'agrément ou au contraire pour f...."

    Vidéothèque

    Par la suite, rodage effectué, ce fut assez sympathique, rafraichi par un vent d'est aléatoire.

    Lors de la dernière petite pause, une pigne est tombée sur la tête de José et là, Mesdames et Messieurs, nous avons vécu un grand moment:

    Supportant l'intense douleur qui irradiait tout son crane, José a réussi à maintenir la pigne en équilibre, engendrant chez Carole stupéfaite, toute à coté, dégustant sa banane, un arrêt masticatoire.

    JIPS assistant à ce phénoménal show impromptu a eu cette phrase qui deviendra le dicton du jour:

    "Mieux vaut recevoir une banane dans la bouche, qu'une pigne sur la tête !"

    Vidéothèque

    Compte tenu de ce que l'on lit sur leur visage respectif, on se demande si c'est pas l'inverse ! ( Quel talent d'acteur !)


    votre commentaire
  • Onesse et Laharie, au delà de tout autre considération, c'est le nom de cette commune qui m'a un peu interpellé. On l'a bien compris ce sont deux bourgades proches qui se sont réunies pour ne former qu'un seul village. J'ai voulu savoir ce que cela pouvait bien vouloir signifier pour moi qui ne parle pas un mot de gascon. Après quelques recherches, j'ai pu satisfaire ma curiosité. Aussi, je vous livre en condensé le résultat de mes lectures. Onesse nous vient du gascon "Aunessa", hauteur, élévation de terrain. En effet, le village s'étage sur les pentes douces des vallées ou convergent des ruisseaux qui forment l'Onesse. Ruisseau qui a donné son nom au village. Laharie pourrait être à l'origine "La Haria", prononcez la harie ,dénomination qui fait allusion à la farine en gascon. Tout devient plus clair lorsque l'on sait que Laharie était situé sur la grande route du Moyen-Age ( Bordeaux-Bayonne) où se trouvait un château-fort " Le Castrum de farina", nom latin désignant un farréum: grange ou grenier à blé. De l'ancien Laharie tout à disparu; guerres et pillages ont tout effacé.

    Nous étions 28 ce jeudi pour parcourir les 13 km de cette belle randonnée le long du ruisseau Le coulin .

    Le coulin

    De très jolis passages sur les berges du ruisseau, sous les feuillus. Une météo agréable avec juste quelques gouttes pour nous rappeler si besoin était que nous n'étions pas encore en été. 

    Le coulin

    A signaler une petite hésitation à un carrefour du circuit pas judicieusement signalé. Ceux qui avaient déjà fait ce circuit l'an dernier se sont souvenus de la même hésitation au même endroit. Aucun affolement à signaler... C'est vrai qu'en retrouvant notre route c'est le chemin de Saint Jacques de Compostelle que nous nous avons emprunté pour  revenir au point de départ. Entre randonneurs et pélérins c'est une affaire qui marche.


    2 commentaires
  • De retour à Taller pour une spéciale "by JPS" !

    Une rando "by JPS" c'est devenue maintenant un passage obligé, qui est entré dans l'histoire des Par Chemins, bientôt sûrement un label.

    Les habitués connaissent bien JPS ! rappelez vous, c'est ce petit bonhomme qui a la faculté de réduire son corps de plus de 50% !. Au fil des sorties vous le croisez fréquemment une bombe à la main, aujourd'hui, c'est une machette !

    JPS et la machette

    Rassurons l'internaute de passage: il ne peut réduire que son propre corps, sa bombe sert à tracer les parcours et sa machette n'a jamais coupé de têtes ! (à vérifier toutefois)

    C'est avec plaisir que nous avons retrouvé notre ami Bernard, absent depuis de longues semaines. Vous le voyez ci-dessous réglant son GPS ! malheureusement une vue déclinante et des lunettes non appropriées ont fait que la programmation a été mal faite et nous ne retrouverons pas la carte satellitaire, du parcours, qui a fait la célébrité de " Monsieur circuit "

    Vidéothèque

    De la ferme " Berbille", nous avons plongé rapidement dans le sous-bois où après avoir traversé le pont sur la rivière Kyo, à ne pas confondre avec la rivière Kwaï, JPS en bon professionnel, nous a fait un historique sur la fameuse bataille du même nom !...nous n'y reviendrons pas.

    Ce tracé suivant l'Escourrion est vraiment extraordinaire: concentrez vous, fermez les yeux, tous vos sens sont en éveil, votre nerf optique est mitraillé de couleurs sans cesse changeantes, dues aux dénivellations permanentes, exposant ainsi tous les tons de vert, se bordant parfois d'un or scintillant, là où la canopée laisse passer le soleil. Vous entendez le gazouillis du petit cours d'eau, se modulant au gré du relief et des obstacles rencontrés...le tout s'imprègnant de l'enivrant parfum mellifère des robiniers. Encore un petit effort,...vous y êtes? inoubliable non !

    Vidéothèque

    Pour cause de vacances, 24 randonneurs, seulement, ont pu profiter de ces moments féeriques .


    votre commentaire
  • Les animations organisées par les offices de Tourisme  dans le cadre du Printemps des Landes ont pour objet de faire connaitre aux vacanciers les us et les charmes de notre région.

    En cela, ce jeudi 14 avril a été une journée pleinement réussie. Une belle journée de printemps avec un ciel limpide et la fraicheur matinale qui doucement s'estompe pour faire place à un soleil généreux. Nous étions environ 45 à 50 personnes à nous retrouver au lieu-dit Cachot sur la commune de Linxe, dans la propriété de la famille Bergés où nous avons été merveilleusement accueillis. Simone, la maîtresse de maison, secondée par Marie-Jo à la sono, nous ont expliqué et montré comment se préparait la pâte pour le "Pastis Landais". Pas moins de 70 oeufs, 10 kilos de farine et autres ingrédients nécessaires ont été utilisés pour la confection  de cette pâte. Comme pour toutes les préparations qui nous viennent d'une trés longue tradition, le tour de main y est pour beaucoup dans la réussite du gâteau.

    Il faut bien  le reconnaitre, les dames étaient bien plus attentives que les messieurs pour suivre les explications sur la fabrication de cette pâtisserie trés locale. Eux, semblaient plus intéressés par le four à bois à l'ancienne où devaient être cuits les Pastis. Son fonctionnement, sa construction etc, etc..

    Une fois la pâte prête, il fallait la laissait monter. Pendant ce temps, et aprés avoir pris un café nous sommes partis pour une randonnée de deux heures dans la forêt environnante accompagnés de Pierre Labeyrie. Pierre, landais d'origine contrôlée est un conteur passionné et passionnant féru de tout ce qui concerne l'histoire et les coutumes de sa région natale. Connaissances dont il nous fit profiter pendant la randonnée au moment des haltes ou en répondant aux questions qui lui étaient posées tout en marchant.

    Au retour de la randonnée la pâte du Pastis était levée et c'est en la prenant à pleines mains ( c'est ainsi que cela doit être fait) que la maitresse de maison remplît les moules. Il fallait maintenant attendre que la pâte lève à nouveau avant d'enfourner

    En attendant on prit l'apéritif offert par l'Office de Tourisme .Comme c'était l'heure du pique-nique  nous nous sommes installés sur les tables disposées dans le magnifique airial de la propriété de nos hôtes, à l'ombre des chênes séculaires.

    L'aprés-midi, Pierre nous fit une démonstration de gemmage. Souvenir du temps où la forêt  était habitée par le peuple des gemmeurs (ou résiniers) qui récoltaient la précieuse résine. Cette démonstration sembla vraiment intéresser tout le groupe; ceux qui connaissaient le gemmage comme ceux qui le découvrait. Il faut dire que notre homme ( Pierre) sait captiver son auditoire. La technique, les outils, les insectes et les maladies qui détruisent actuellement la forêt; il fut question de tout. Puis le groupe se scinda en deux. Les uns partirent pour une nouvelle petite promenade dans la forêt. Les autres retournérent à l'airial pour des activités plus prosaïques, quilles de six,  belote, sieste etc...

    Au retour de notre petite rando, la récompense nous attendait. Les pastis étaient cuits et on allait pouvoir les déguster. Ce que l'on fit sans se faire prier car ils étaient vraiment délicieux. La recette est excellente, maintenant saurons-nous la restituer?

    Puis, cette journée trés conviviale que nous avons été heureux de passer ensemble dans une ambiance trés chaleureuse et amicale s'est terminée doucement. Par petits groupes les gens s'installaient dans l'airial, d'autres jouaient aux boules. Une impression de réunion de famille. Comme pour prolonger encore un peu un trés bon moment que l'on ne voudrait pas voir finir.

    C'était une trés agréable journée et s'il fallait n'en retenir qu'une seule chose, ce serait certainement que nous avons été accueillis par une famille formidable qui a fait preuve d'un extraordinaire sens de l'hospitalité.

    ps: Compte tenu du caractère exceptionnel de la journée et des activités diverses, je mets à nouveau un diapo: vous nous suivrez donc à la manière des 2 reporters du jour.

    Enjoy

    Singer


    1 commentaire
  • Voila un nom qui fleure bon la Gascogne.

    En arrivant au "Moulin de Poustagnacq" on aurait pu se croire devant une demeure seigneuriale, tant la beauté du plan d'eau donne à l'ensemble cette touche ancestrale.

    27 randonneurs pour  cette sortie qui s'annonçait caniculaire, particulièrement dans les deux lignes droites qui nous attendaient et où le thermomètre flirtait allégrement au dessus de 45°.

    Dès le départ nous avons affronté une pluie de châtons de saule donnant au petit étang un aspect gelé.

    Je pourrais, comme d'habitude, vous faire un compte-rendu un peu particulier, avec mes affirmations au second degré et parfois plus !.

    Aujourd'hui j'ai décidé de donner la parole à l'image. Vous nous suivrez donc par ce biais, émanant de regards différents.

    Soyez attentif, derriére ces clichés vous découvrirez certainement un peu de l'âme des 3 reporters du jour !

    Bon voyage et ...vive le printemps !


    1 commentaire
  •   Lulu One

     

        Ma rando  par  Lulu

     

     

     Par une belle journèe du 31 mars sans giboulées, nous avons emprunté le circuit le plus connu de CASTETS : le circuit des 3 ruisseaux: le couyunte, l'escurion et le hontanx.

    Nous parcourons la pinède jusqu'aux ARRAOUCS où est né, d'après Bernard, la légende des enroués: c' était il y a très longtemps. Les premiers randonneurs s'etaient perdus à cet endroit, ils avaient appelé au secours durant toute la nuit et quand ils ont été retrouvés au petit matin, enroués, il fut décidé de donner à ce lieu le nom : LES ARRAOUCS. Passage à HILLON et poursuite de la rando à la queue-leu leu le long du limpide ruisseau du HONTANX, à proximité duquel on remarque les ruines du moulin de BARRERE.

    Lulu One

     Rapidement la boucle est bouclée, avec toutefois un passage difficile...

    Lulu One

    Tres belle journée printaniere, agréable surprise de découvrir le renouveau de la nature sur un circuit castésien.

    Lulu One


    votre commentaire
  • Un nouveau diaporama vient d'intégrer la Diapothèque: "Chemins d'hiver"


    votre commentaire
  • Notre camarade Hubert a un frère auteur compositeur.

    A mon goût il a fait une bien belle chanson...

    et vous qu'en pensez-vous ?

     


    votre commentaire
  • La tulipe

     La rando tulipes est un moment attendu chaque année.  Mais....Il faut d'abord découvrir où se trouvent les champs de ces belles gracieuses.Sont-elles suffisamment épanouies? La météo sera-t-elle favorable et aurons-nous l'autorisation du propriétaire pour nous approcher du champ? Quand tous ces paramètres sont réunis nous pouvons programmer la sortie en chamboulant un peu le planning établi.

    Cette année c'est à Gourbera qu'il fallait aller. Nous étions 37 pour cette balade, une météo superbe et bien sur le spectacle fabuleux des champs de tulipes. Comme un tableau géant, aux couleurs chatoyantes, posé à même le sol avec la forêt pour cadre.

    Groupe dans les tulipes

     Une bien agréable promenade d'environ 8 km qui nous permit de voir les 2 plantations de tulipes qui se trouvaient dans le secteur.

    toujours les tulipes

     En ces temps chauds, les boissons fraiches et petits gateaux qui nous attendaient à l'arrivée furent trés apprèciés. Appréciés aussi les loukoums turcs que Gérardine avait ramenés de son dernier voyage.

    Arrêt buffet

     Avons de vous quitter je voudrais vous confier ceci:

    Info Persane



    votre commentaire
  • Non ! dès l'arrivée sur le parking, les par chemins se sont mis en marche pour éviter ce phénomène local.

    Vidéothèque

     Probablement vexé par ma réflexion de la semaine dernière, le soleil n'a même pas daigné montrer le bout de son nez.

    En conséquence, un plafond très bas, de la brume, du crachin et un vent de nord infernal. Le parcours coincé entre l'Adour et les barthes n'a pas amélioré la qualité de l'après-midi.

    L'attention s'est portée sur les cigognes, très présentes sur le site. Nous avons eu la chance de voir un couple, marié quelques heures auparavant et s'apprétant pour sa première nuit de noces...

    Vidéothèque

     Rencontre avec les poneys, mais sans les Indiens...

    Vidéothèque

     Au milieu des barthes, une angoisse a étreint une partie du groupe, lorsque une hésitation s'est faite quant au chemin à suivre, rappelant la facheuse erreur de l'an passé.

    Vidéothèque

     " Debout dans la boue, de bout en bout, jusqu'au bout, de la boue, sans jamais voir le bout...sinon le bout de la boue..."


    votre commentaire
  • Rendez-vous au Cap de l'homy, où après une légère prière à Notre Dame de la mer, 20 incorrigibles randonneurs se sont élancés à l'assaut de la forêt...

    Vidéothèque

     parcours devenu un grand classique, avec en cette saison le vert qui se constelle du jaune des ajoncs et des premiers genêts en fleur...

    Vidéothèque

     Arrivés dans la lette la rando s'est effectuée sur deux niveaux, pour s'adapter au profil de chacun...

    Vidéothèque

     Pour ceux qui ont choisi l'option haute, quel bonheur de respirer à plein poumon, ajouté à l'impression de dominer les éléments, n'est ce pas Myriam !...

    Vidéothèque

     Les deux groupes se sont rejoints aux abords de la maison forestière et quelques uns sont allés boire à la source détentrice de bienfaits divers. Certains ont bu sur place, d'autres ont préférés faire une réserve pour s'assurer un transit intestinal de qualité dans les jours suivants. Pas de miracles donc, mais un tonus incroyable pour les consommateurs...

    Vidéothèque

     Nous sommes rentrés par la piste cyclable, construite par les Allemands lors de la guerre 39/45, en bien mauvais état, conséquence du passage répété des engins forestiers.

    Un rayon de soleil, enfin, vient éclairer la cime des pins...il est un peu plus de 16 H.

    Curieux comportement que celui de cet astre qui se lève quand des humains pense déjà à aller se coucher

    La photo du jour: Un superbe pin-lyre.

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Le lac d'Hossegor est un lieu magnifique. En ce bel aprés-midi de printemps nous étions 35 à partir pour cette randonnée qui nous amenait le long du lac et sur les bords du canal...

    Vidéothèque

     jusqu'au port de Capreton, puis sur le front de mer, pour nous faire  revenir  par les rues de la ville.

    Vidéothèque

     Nous  laissant ainsi le temps d'admirer les belles villas en marchant sous les mimosas en fleurs et enfin terminer le tour du lac sous un soleil radieux malgré un petit vent frais et ravigotant.

    Vidéothèque

     Il y avait dans l'air quelque chose de fort. Comme si, sous le soleil, la  nature renaissante en ce début de printemps voulait nous transmettre toute sa force, toute sa puissance à se régénérer.

    Il est des jours qui vous rendent l'âme légère. En effet, comment ne pas se sentir heureux, libre et le coeur joyeux lorque l'on marche  dans un trés beau paysage sous un ciel bleu qu'illumine un soleil radieux,en respirant à plein poumons l'air vif du large et que l'on est en compagnie de personnes avec qui on se sent bien.

    Vidéothèque

     Je ne connais rien de mieux pour soigner une humeur chagrine et éloigner pour un temps soucis et tracas.

    Cela s'appelle la "randothérapie"

    J'allais oublier, nous avons eu la trés heureuse surprise d'avoir avec nous pour cette belle  balade ,Claudine et Gérard, nos sympathiques amis normands en vacances dans la région. Nous espérons les revoir pour les vacances de Pâques

     Lors de l'arrêt annuel devant ce palmier, la même question !. Il s'agit d'un Butia Capitata ou cocotier du Brésil. (prenez des notes! )

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Cette randonnée ayant été effectuée l'an passé, dans des conditions extraordinaires, neige, vent etc... et pour ne pas avoir un clone de la précédente, après de difficiles négociations avec Météo France, nous avons obtenu une après-midi relativement agréable, quasi idéale pour apprécier un parcours différent où l'on sent les prémices du printemps.

    Marie-jo, notre reporter photo, spécialiste de la flore, vous propose ces quelques clichés...

    Parcours dans la joie et la bonne humeur, les petits groupes se faisant et se défaisant au fil des minutes, émaillant le paysage de leurs éclats de rire.

    La photo du jour: l'innocence de l'enfant et le gentil pottock représente le lien fort avec la nature...

    Vidéothèque

     23 parchemineurs, toujours vivants, au bout de 12 km...


    votre commentaire
  • Sensible aux remarques formulées hier sur la vidéo: "Les par chemins au pays des merveilles", j'ai pu, n'ayant pas supprimé les éléments sur le montage, apporter les modifs souhaitées.

    Juste avant le générique de fin, vous trouverez la recette exacte de préparation des merveilles Landaises. Pour l'avoir à disposition, si vous pensez ne pas pouvoir noter assez rapidement, faites une capture d'écran.

    J'ai diminué le niveau de la bande son de la démo, pour permettre à certaines de pouvoir entendre ce que Marie-Jo n'a pas dit!


    votre commentaire
  • Cette randonnée du jeudi 17 février avait un caractère un peu particulier. Elle demandait au préalable quelques préparations, non pas techniques ( distance, orientation, dénivelé...) mais plutôt culinaires. Car c'est dans les cuisines que l'aprés rando devait se préparer. En effet en ce mois de février, mois de la chandeleur nous nous devions de sacrifier à la tradition et nous retrouver aprés la balade pour déguster crêpes et merveilles que de trés talentueuses petites mains avaient si gentillement préparées.

    Un temps un peu chagrin en début d'aprés midi fit que nous n'étions que 21 au départ.

    Vidéothèque

    Sous la houlette de notre guide favori et sur un circuit qu'il avait concocté, tenant compte des paramètres inhérents à cette marche. Pas trop court mais pas trop long non plus compte tenu de ce qu'il y avait aprés. Bien sur nous sommes allés en forêt en partant en direction de Taller.

    Vidéothèque

    Puis nous avons rejoint la piste cyclable pour un retour sur le village que nous avons traversé pour continuer jusqu'au lieu-dit Salier et revenir à Castets par le Tiou, la station de pompage, la route de la Pailleuse. Je ne sais pourquoi, mais plus nous approchions de la salle du Barrat, plus le pas s'accélérait. Gourmandise quand tu nous tiens... Le temps s'étant trés vite remis au beau, c'est sous un soleil radieux que nous  avons fait cette jolie balade.

    Bien au chaud et confortablement installés dans la salle du Barrat, nous avons pu déguster  crêpes et merveilles.Il y en avait pour tous les goûts; des formes et des recettes différentes en fonction de la région d'origine de leur créatrice. Mais toutes aussi succulentes les unes que les autres.

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Direction Saint-Vincent de Paul et l'étang de la Glacière, paradis à la fois des amoureux du cochonnet et de la nature!...

    Vidéothèque

    Très beau spectacle que cet étang avec tous ces oiseaux, canards et oies sauvages entr'autres.

    Le temps est printanier et l'humeur à l'unisson. Après une vaine tentative par les chenilles de nous barrer le chemin, nous continuons dans ce que nous pourrons qualifier de rando animalière. Car après les volatiles divers, nous avons croisé de superbes chevaux et de nombreuses races de chiens, que l'infinie science de la gent canine de Carole, a permis de mettre un nom sur chacun.

    Croisant un élevage d'oies, nous avons constaté qu'en plus de l'image et du son, ils nous avaient mis aussi l'odeur (ce qui a permis d'accélérer le pas)

    Vidéothèque

    Puis nous sommes revenus dans le village de Buglose où pendant que certains visitaient l'église, d'autres admiraient les magnifiques sculptures d'anges au sommet du bâtiment. En ce lieu divin, d'aucuns ont même cru entendre le son des instruments...

    Vidéothèque

    Encore un petit effort, et les 27 parchemineurs,au bout des12 km du jour pesant de plus en plus dans les jambes et creusant l'estomac, ont, lors de la pause finale, pu se délecter des gâteries patissières et du cidre de Normandie offert par nos régionaux de l'étape, Marlène et  Jean-Jacques.

    Voila un geste bien sympathique et hautement apprécié en la circonstance.

    Vidéothèque


    votre commentaire
  • Certains m'ont fait part de problèmes d'affichage du dernier compte rendu. Comme vous pouvez le voir, c'est rectifié.

    D'aucuns n'avaient pas ce problème. Leur navigateur est Firefox, ou Safari de Apple.

    J'en profite pour dire à nouveau qu' Internet Explorer n'est pas un bon navigateur, il ne respecte pas les standarts du web. Choisissez n'importe lequel d'autre, Safari, Opéra ou Chrome.


    votre commentaire
  • Ma rando  par Mosquita...

    Une fois n'est pas coutume, nous avons joué à la maison.

    Départ de la randonnée en face de la propriété " La  palue", une petit sentier qui serpente entre les coupes de pins, qui monte pas mal, qui descend...

    Vidéothèque

    C'est ainsi que nous traversons le "Domi", affluent de "La palue". Auparavant nous sommes passés au large du Hillon, Maison neuve et nous continuons jusqu'au "Pic", le point le plus septentrional de notre sortie.
    Maintenant direction "Palestro", dupont, quartiers aux très jolies maisons. Nous laissons Petit et grand Pontguilhem à notre gauche.

    Vidéothèque

    Notre balade nous conduit vers une zone déboisée (le mont chauve?) d'où l'on voit " le séquoia de la place de la mairie.
    Ici s'élevait jusqu'au milieu du XVIII ème siècle la première église de Castets dont la cloche rythme toujours la vie de notre village.
    Nous rejoignons nos véhicules en passant per Planbet et Cadilhon: il est 16 heures, nous sommes à l'arrivée, comme au départ, 33 marcheurs qui avons parcouru 9 km.


    votre commentaire
  • La fraicheur du temps n'a pas découragé les Par Chemins car nous étions 31 au départ de ce circuit à Saint-Paul-Lès-Dax que la plupart ont déjà parcouru. Aprés avoir essuyé la mauvaise humeur du responsable de la grande enseigne locale qui jugeait que nous nous montrions trop envahissants sur son parking, et aprés avoir pris soin de regrouper nos voitures au fond de l'aire de stationnement pour  libérer la devanture du magasin,nous avons pu prendre le départ de cette agréable rando et nous adonner à notre passe-temps favori.

    Le circuit en cette saison ne présente pas de particularité. Paysages hivernaux, une forêt un peu endormie et des marcheurs bien emmitouflés

    Au détour d'un chemin  une prairie aux hautes herbes sèches prend, en cette saison, des allures de savane. Le temps d'une pause nous observons ce spectacle en rêvant aux grands espaces africains..... le froid en moins bien sur.

    Vidéothèque

    Un peu plus loin, Bernard, en sylviculteur averti nous fit remarquer une anomalie de la nature. Une excroissance sur un pin où poussent une multitude de petites branches formant une boule verte, dénaturant ainsi la majestueuse allure de l'arbre.

    Vidéothèque

    Une défaillance dans la signalisation nous éloigna un peu de l'itinéraire; mais le sens  de l'orientation trés éprouvé de notre guide favori nous fit trés vite retrouver le bon chemin.

    Vidéothèque

    Pas d'inquiétude, toujours le sourire et le plaisir de marcher ensemble.


    votre commentaire
  • Nous partîmes 27 ... du point tri, longeant le camping "le galan" et le pont de l'autoroute, direction Taller. Après avoir traversé le ruisseau des Forges, la petite ascension permet une belle vue sur l'ensemble déboisé.

    Croisant la nouvelle piste cyclable et constatant avoir oublié nos vélos, nous avons laissé nos pas fouler le bel enrobé qui la recouvre.

    Vidéothèque

    Au bout de quelques kilomètres nous apercevons une palombière que d'aucun, même silhouette et angle d'inclinaison, ont pensé à la tour de Pise... des galeries tout autour, de la belle ouvrage.

    Vidéothèque

    Arrivant à Castillon, ce quartier nous offre, entre les anciennes maisons Landaises rénovées, ci-dessous avec un four à pain dans le couvert du fond...

    Vidéothèque

    et de belles villas new look, l'harmonieuse co-habitation des deux styles.

    Plus loin nous avons assisté au travail, toujours impressionnant, de la coupe d'un pin, de son ébranchage et du débitage en 2m, en 4, 5 minutes

    Vidéothèque

    Un plus loin, Jany notre indigène le mieux adapté à la forêt Landaise, nous a montré des scolytes, le parasite qui est en train de tuer lentement nos pins

    Vidéothèque

    Retour vers Castets par "Les viviers de France",et  au bout des 12 km du jour...

    ...nous rentrâmes 27.


    votre commentaire
  • 31. Nous étions 31 à nous retrouver sur le parking de l'église de Lévignacq pour cette seconde randonnée de 2011.

    Nous commençons notre balade à 13h55, au programme un circuit autour du coquet petit village.

    Nous prenons, dans un premier temps la route de Castets, puis peu aprés l'usine de Gascogne Woods nous entrons dans la forêt de grands pins, pas trop malmenés par la tempête. Mais au fil de notre parcours nous rencontrerons un certain nombre de parcelles défrichées:en attente de reboisement,de culture?

    Premier arrêt au Moulin Vieux et nous continuons vers l'élevage de truites où mouettes,hérons et cormorans surveillent leur (eventuel) garde manger.

    Nous rentrons sous le couvert et ....la croisée des chemins: l'image d'une vie diraient certains.....tout droit? à droite? ce sera à gauche...

    Vidéothèque

    et avant d'arriver au petit hameau de Barzarque nous saluons un magnifique chataignier TRICENTENAIRE: une photo souvenir s'impose !

    Vidéothèque

    Traversée de la départementale dans le désordre: peut -être Jany devrait-il louer un chien de berger; les" Par chemins" peuvent être indisciplinés parfois.

    Tiens? Un totem? Sommes nous toujours dans les Landes?

    Vidéothèque

    Direction la piste cyclable vers Lit et Mixe (ça va peut être faire un peu long), ouf ! nous bifurquons à gauche pour rejoindre le bourg en face de l'usine de bois.

    Jolie vue, façon carte postale, sur le village avec un premier plan un cormoran qui prend la pose sur un piquet au milieu de l'étang: un lutrin plus vrai que nature!.

    Vidéothèque

    Fin de la randonnée de10km à 16h15.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique