• A l'instar du mariage si l'on peut dire "rentrée pluvieuse, rentrée heureuse", cela présage une excellente saison 2015-2016 car il pleuvait pour cette première sortie. Oh ! pas une pluie diluvienne, mais une petite pluie fine qui nous a accompagné tout au long de la randonnée. Ceci expliquant peut-être cela, nous n'étions que 14 à braver le mauvais temps pour cette première.

    Bien entendu avant de partir il y a eu la pose devant l’objectif du photographe afin d'immortaliser l'instant pour les 14 irréductibles.

    photo groupe

    Le longe côte a été abandonné pour un circuit plus à l'intérieur qui nous fait faire le tour du lac, passer par le golf de Pinsolle, toujours aussi bien entretenu, et revenir au bord du lac par la forêt.

    C'était la rentrée à Vieux Boucau

    Une remise en jambes ponctuée de petites averses. Et comme d’habitude lorsqu'il s'agit d'annoncer du mauvais temps la météo ne s'était pas trompée.

    lac

    En fin de parcours le ciel s'était un peu dégagé, ce qui a permis à certains d'aller faire quelques emplettes sur le marché de Vieux-Boucau, où il y avait encore beaucoup de touristes.

    Même si le soleil n'était pas totalement de la partie, c'est toujours agréable de commencer la saison par une marche en bord de mer.

     C'était la rentrée à Vieux Boucau

     


    votre commentaire
  • L'automne va bientôt pointer son nez. Chez les par chemins la nouvelle saison va débuter le jeudi 10 septembre.

    Si le beau temps est au rendez-vous, les sorties s'effectueront avec un départ à 9:00, pour les traditionnels longe- côtes, sinon l'après-midi pour du longe-pins happy ( à consommer avec modération !).

    Vous retrouverez bien sûr les comptes-rendus inhérents à chaque sortie.


    votre commentaire
  • Cette sortie est la dernière des manifestations estivales, hors saison régulière.

    Au programme uniquement une promenade nocturne (7km) pour permettre aux petits enfants et marcheurs de circonstance  de pouvoir participer.

    Elle coïncide sciemment chaque fois avec le week-end de "la nuit des étoiles".

    Malheureusement, en ce samedi 8 août, il y avait à peu près autant d'étoiles que de soleil, la pluie incessante de la journée ayant fait craindre l'annulation de la sortie.

    Finalement nous étions 28, vacanciers et locaux, à démarrer, sans pluie mais sans étoiles, hélas; la recherche d'étoiles filantes étant l'attraction habituelle des adultes, les enfants eux jouant avec les luminions et bracelets lumineux.

    Toutefois, sur la fin, après quelques gouttes, des étoiles ont fait leur apparition.

    Petite réception à l'arrivée, et minuit approchant il était temps d'aller au lit retrouver une nuit, elle, peut être peuplée d'étoiles sleep

    Un petit diapo; regardez bien, il se passe beaucoup de choses la nuit ! un regard aiguisé permet d'en cerner certaines:


    votre commentaire
  • Jeudi 30 juillet la Médiathèque de Castets  proposait, à partir de 18h00 au Barrat, une animation très originale. Le concours de notre association avait été demandé pour préparer le circuit et assurer un repas  après le spectacle.

    Présenté par la Compagnie "Hors Sujet" cette animation comportait deux parties.

    Dans un premier temps, les personnes venues assister au spectacle, une soixantaine environ...

    Le spectacle était dans l'arbre.

    étaient amenées dans la cour de l'école et invitées à s'installer sur des bancs placés au pied  de l'unique arbre qui pousse dans cette cour, un grand pin franc haut d'une vingtaine de mètres.

    Le spectacle était dans l'arbre.

    Une jeune femme, membre de la troupe Hors Sujet, conteuse-arboriste qui est une spécialité située entre l'arboriste-grimpeur et le comédien-conteur s'est attachée au mousqueton de sécurité de la corde de rappel qui avait été installée dans l'arbre.

    Le spectacle était dans l'arbre.

    Tout en racontant aux spectateurs la vie de ce grand arbre, puisque selon elle nous étions le jour de son anniversaire. Sa joie d'avoir autour de lui tant de personnes pour l’événement. Comment  il était né, s'était enraciné, avait grandit et étendu sa ramure.Tout en parlant aux spectateurs, la conteuse montait à sa corde de rappel, se balançait, se retournait complètement, tête en bas et reprenait son ascension.

    Le spectacle était dans l'arbre.

    Tout cela avec une étonnante aisance, sans aucune impression d'effort. Lorsqu'elle eu atteint la ramure, elle poursuivit son conte en se déplaçant de branche en branche à plus de quinze mètre de haut...

    Le spectacle était dans l'arbre.

    puis redescendit toujours suspendue à sa corde de rappel, en demandant aux spectateurs de souhaiter un bon anniversaire à l'arbre.

    Le spectacle était dans l'arbre.

    La deuxième partie se situait en bas de la rue des forges, le long du ruisseau où il existe une assez grande variété d'arbres. Les spectateurs suivaient  Alfie Renonbatone, guide philoarboriste qui expliquait pour chaque essence rencontrée  les origines de l'espèce, les qualités et les différentes utilisations de son bois ou de ses fleurs et feuilles, son utilité dans le milieu végétal, ses fragilités et ses astuces pour assurer la pérennité de l'espèce. Et bien sûr des conseils pour la préservation de la nature et des arbres en particulier.

    On eut droit à une petite dégustation de sirop d'acacia à mi-parcours..

    Au retour de cette intéressante et instructive promenade, nous nous sommes retrouvés dans la salle du Barrat, membres de l'association, personnel de la médiathèque, acteurs de la troupe Hors Sujet et les quelques spectateurs qui le souhaitaient, pour terminer la soirée, dîner ensemble en dégustant les délicieux chipirons à l'encre et chipirons basquaise préparés par l'équipe cuisine. Tout çà dans une ambiance vraiment sympathique et chaleureuse.

    Une petite vidéo de l'exercice...

     

     


    votre commentaire
  • Le vendredi 24 juillet les Par Chemins  organisait à Castets une randonnée nocturne animée par la troupe théâtrale "Art Sans Cible".

    Le départ était fixé à 21h30  à la salle du Barrat .

    C’est en dégustant une cuisse poulet marinée à la plancha et son risotto préparés par l'équipe cuisine de l’association...

    photo

    et dans une ambiance très conviviale que les randonneurs noctambules ont attendu la nuit tombée et l’heure du départ.

    Juste avant de partir, les comédiens de la troupe théâtrale interprétaient un premier sketch qui déclencha bien des moments d’hilarité parmi les marcheurs, confortablement installés sur les gradins devant la salle du Barrat.

    photo

    Puis le départ fut donné, pour la plus grande joie des plus petits, chaque enfant équipé d’un bracelet lumineux fluorescent. Guidés par les membres de l’association...

    Balade nocturne théâtralisée

    ce sont environ 120 personnes qui se sont mises en marche dans les rue du village, puis sur la piste cyclable pour gagner le lieu-dit "Salier" où ils était attendus par deux membres de la troupe Art Sans Cible.  Dans un magnifique airial, sous des chênes  centenaires, les comédiens, sous un éclairage un peu irréel, proposaient aux randonneurs  une lecture théâtralisée d’un texte qui faisait résonner dans la nuit les éclats de rires.

    Balade nocturne théâtralisée

    La représentation terminée la troupe reprenait sa marche nocturne sur les chemins forestiers pour rejoindre le lieu-dit "Berlinguet" dans un autre magnifique airial, sous les frondaisons des grands chênes et, dans le bruissement des feuilles, les marcheurs s’installent devant une petite scène à l’éclairage multicolore de fête champêtre. Deux comédiennes en costume surgissent de la nuit...

    Balade nocturne théâtralisée

    pour interpréter  avec beaucoup de verve, d’humour et de talent une saynète dont l’action se situe au moyen âge et où il était question, en termes choisis, de départ pour les croisades et de moyens utilisés pour préserver la chasteté de ces dames restées au château. Un très agréable moment.

    Tout au long de cette belle promenade au clair de lune dans la forêt landaise, les marcheurs ont été ravis par les différentes interprétations de la troupe Art Sans Cible avec des textes vaudevillesques, légers, pleins d’humour et de quiproquos.

    Balade nocturne théâtralisée

    La dernière scène terminée, il faut penser à rentrer.

    Balade nocturne théâtralisée

    On s’attarde un peu pour parler avec les artistes qui nous ont fait rire, mais notre guide nous rappelle qu'il reste de la route à faire et que la soirée est déjà bien avancée.

    Le retour se fait par les chemins forestiers, balisés par des bâtons lumineux que les enfants se dépêchent de récupérer en passant. 

    Balade nocturne théâtralisée

    Des boissons fraîches attendaient les marcheurs à l’arrivée pour se désaltérer et se dire au revoir après une très belle soirée passée sur les chemins, en compagnie de nos amis comédiens qui ont vécu là une expérience inédite et à qui nous disons bravo et merci pour leur talent et leur bonne humeur.

    * * * *

    Ci-dessous un petit diapo à partir des photos fournies par "Tamilezoom" (à bonne distance ?)


    votre commentaire
  • Il y a quelques semaines Claire, que les lecteurs réguliers de notre journal connaissent sous le pseudo de "georgette",  a pris son bâton de pèlerin pour rejoindre Saint Jacques de Compostelle.

    Elle vous propose une vidéo de son parcours de Castets à St Jacques.

    C'est dans votre Vidéothèque !

    Un chemin pas comme les autres ...


    votre commentaire
  • Il s'agit du diaporama du dernier trimestre de la saison.

    Il s'intitule : "Et vive le printemps", vous le trouverez bien sûr dans votre Diapothèque.

    Si vous êtes pressé, cliquez sur l'image ci-dessous :

    Il vient d'arriver !


    votre commentaire
  • Vous vous souvenez sûrement de l'AG 2014 et du récital de la petite fille de notre ami Bernard, avec sa copine.

    C'était déjà très bien ... mais depuis elles ont sorties ce clip :


    votre commentaire
  • Le diaporama de notre week-end sur l'ile d'Oléron est en ligne. Comme d'habitude vous le trouverez dans la rubrique "Multimedia" onglet "Diapothèque".

    Toujours dans le but d'éliminer toute fatigue inutile, vous pouvez aussi cliquer sur l'image ci-dessous.

    Bon voyage

    Week-end à Oléron (image)

    Un des clichés du diaporama vous a plu ? n'hésitez pas à nous le demander, nous vous le fournirons dans sa définition d'origine !


    votre commentaire
  • Vache au propre comme au figuré.

    Cette dernière sortie de la saison, proposée sur une journée, nous dirigeait vers la chalosse profonde, où nous trouvons toujours cours d'eau et verdeur permanente.

    photo

    Si le parchemineur aime bien les ponts, on le retrouve souvent à la croisée des chemins, soit pour une pause mais aussi parce que la bonne direction s'est dérobée à ses yeux.

    photo

    Nous voici donc à Montaut  où l'on suppose que le nom vient de son exposition à une certaine altitude (monte haut).

    De fait la vue est assez spectaculaire ...

    photo

    Mais tout aussi spectaculaire et surtout assez éprouvante furent, dans un premier temps une longue descente sur de gros cailloux et un sol fortement raviné et une montée, sur route, digne des meilleurs cols, qui nous obligea à laisser Aline au sommet et venir la récupérer pour le déjeuner. Ah la vache on a entendu !.

    Heureusement cette sortie était classée "Effort & Réconfort" et nous avons repris nos véhicules pour nous rendre à Saint-Sever à la ganadéria Maynus

     Une journée vache ? ...

    C'était la seconde partie vache, mais celle ci beaucoup plus agréable. Une fraiche sangria de bienvenue nous attendait permettant ainsi de commencer à se délasser.

    photo

    Un repas préalablement commandé nous fut ensuite servi, je ne vous dirais pas tout, mais la daube de toro que nous dégustâmes avec délice était digne d'un restaurant étoilé.

    A la fin de cette copieuse remise en forme, on nous a proposé une séance vidéo montrant les différents aspects d'une ganadéria Landaise, de l'élevage à la présentation en compétition des meilleures coursières.

    Une dernière vidéo nous montrait les différents écarts et sauts proposés aux spectateurs, faisant découvrir à votre serviteur, somnolent, que ces prestations sont beaucoup plus techniques que l'on ne pense.

    Pour ceux qui n'avait pas été cassé par la marche, la visite de l'élevage dans une carriole couverte d'une taule et dont les bancs étaient en tube de ferraille carré, ainsi que le dossier, et ce sur un sol accidenté, a permis à leur dos de se rappeler à leur bon souvenir.

    Le troupeau dans lequel sont prélevées les meilleures coursières ...

    photo

    et les taureaux assurant la reproduction. La nature, généreuse, leur a octroyée un solide bagage (?) sarcastic leur permettant une dynamique vie de plaisir. (voir encart)

    photo

    Nous avons également vu une vache à poil (highland d'Ecosse), comme quoi le naturisme semble gagner certains animaux smile

    photo

    Il faisait vraiment très beau et chaud, et on peut considérer que les 29 présents ont appréciés cette journée sportive, gastronomique et enrichissante.

    La photo du jour :

    Un couple de pins égaré dans un champ de maïs

    photo

    Comme c'est le dernier reportage de la saison officielle et que vous avez été sage une deuxième ...

    Photo du jour :

    photo

     


    votre commentaire
  • A la fin du compte-rendu du voyage sur l'île d'Oléron, je vous avais demandé de revenir sur l'article dans les jours suivants pour découvrir une surprise.

    Elle est arrivée, c'est à la fin de l'article.

    Allez vite voir ... enfin plutôt écouter !!

    En plagiant le Chevalier de Lagardère, je dirais: "Si tu ne vas pas à la surprise, la surprise viendra à toi"

    Pour vous éviter tout effort inconsidéré la voici donc :

    Durant le trajet de retour Evelyne a écrit un chant, elle se fait un plaisir de l'interpréter ci-dessous.


    3 commentaires
  • Effort et réconfort, voilà un binôme intéressant qui ne devrait jamais être dissocié.

    Ce jeudi, il ne l'a justement pas été pour cette sortie à Messanges plage.

    C'était aussi le retour aux sorties matinales et aux longes côtes de nos fins et débuts de saison.

    Nous étions 27 à démarrer sur une plage entièrement occupée par les surfeurs et écoles de surf. Un petit vent de nord était déjà présent, qui s'il n'est pas très agréable pour les adeptes de la serviette était, au contraire, très tonifiant pour nous.

    Nous avons, avec ou sans chaussures, cheminé jusqu'à Moliets plage et retour.

     on the beach

    Chassez le naturel et il revient au galop, Daniel et Jean pécheurs, mais pas que devant l'éternel, se sont mis à fouiller le sable pour trouver des vers bleus, appât indispensable en cette période de l'année.

    Effort et réconfort ... on the beach

    Un peu plus loin, une autre personne s'acharnait également à creuser; on a d'abord pensé qu'il cherchait des pépites ou des paillettes d'or, pas du tout, lui aussi voulait des vers ...

    Effort et réconfort ... on the beach

    Nous  avons croisé un individu qui cherchait désespérément son maillot ..

    Effort et réconfort ... on the beach

    Alors que notre promenade se terminait nous avons entendu un bruit bizarre au dessus de nos têtes et nous avons aperçu un moustique motorisé eek

    Effort et réconfort ... on the beach

    Et c'est après ces 10 km d'effort que le réconfort est arrivé au "Bar de la plage", restaurant particulièrement prisé, puisque littéralement pris d'assaut quelque soit le jour de la saison estivale.

    Déguster un succulent déjeuner tout en ayant un oeil sur cette belle plage est un moment de bonheur rare et apprécié des 22 parchemineurs qui s'y sont attablés.

    Effort et réconfort ... on the beach

     


    votre commentaire
  • L’île d'Oléron telle était la destination pour notre sortie de fin de saison. Tout le monde était à l'heure pour le départ place de la Mairie, même le car. Après avoir mis les bagages en soute, il y eu bien quelques appréhensions quand il a fallu monter  dans la partie supérieure pour prendre place dans ce car où tous les voyageurs se trouvent à hauteur d'un premier étage d'immeuble.

    car

    La conduite douce et sans à-coups de notre chauffeur a fait qu'aucun malade n'a été a déplorer. Petite halte détente, café, pipi au nord de Bordeaux et à 11 heures 30 nous étions  à Saint-Denis-d'Oléron au nord de l'île. Il pleuvait fort, ce qui n'arrangeait pas du tout nos affaires car nous avions prévu un pique-nique. Que faire? Application du plan "B". Quelques uns ont trouvé abri le long des bâtiments à proximité du car pour leur pique-nique; les autres se sont réfugiés dans les restaurants autour du port.

    Après le repas le groupe des marcheurs s'est élancé sur le chemin du littoral pour rejoindre le phare de Chassiron à quelques 5 km de là. La pluie s'était calmée mais nous avons quand même eu droit à un averse sur le chemin.

    Sur l’île d'Oléron

    C'est à bord du car que les non-marcheurs ont rejoint le groupe à Chassiron. Phare construit en 1834, mis en fonctionnement en 1836, haut de 46 m.

    Sur l’île d'Oléron

    Les plus hardis n'ont hésité à gravir les 224 marches pour profiter du panorama à hauteur de la lanterne. Ceux qui souffraient de vertige ou qui regrettaient qu'il n'y ait pas d'ascenseur ont en profité pour visiter les jardins du phare et faire une balade le long de la côte rocheuse, escarpée à cet endroit.

    Sur l’île d'Oléron

    Nous avons poursuivi notre visite en nous rendant à la Cotinière. Le soleil était revenu et c'est sous une agréable chaleur que nous avons pu visiter ce charmant petit port et pour certains aller se prélasser un moment sur la plage.

    Sur l’île d'Oléron

    Fin de journée, il nous fallait regagner notre hébergement au village vacances "Arc-en-Ciel" à Saint-Trojan-les-Bains. Le temps de nous installer dans les chambres et de nous rafraîchir et nous nous sommes retrouvés dans la salle mise à notre disposition pour le traditionnel apéritif. C'est un moment important et attendu du voyage. Moment de convivialité où on a plus de temps pour se rencontrer, se parler, tisser des liens. Sous la houlette de Evelyne et de Hubert des carnets de chants ont été distribués et nous avons pu entonner ces chansons qui font partie de notre patrimoine ( mais lequel patrimoine? culturel, génétique ou génético-culturel) car il y en a que l'on connait sans avoir l'impression de les avoir apprises. Bon j'arrête car je crois que l'air marin ne me réussit pas trop...

    Sur l’île d'Oléron

    Après le repas, pour les amateurs il y avait rugby dans la salle télé, finale Top14 oblige, et pour les autres  film documentaire sur l'île d'Oléron.

    Dimanche, après le petit déjeuner, il devait être 8h15, pour le groupe des marcheurs départ pour Château d'Oléron (11km). Belle balade qui traverse villages, forêt, marais et prairie et nous mène au pied des remparts de la citadelle de Château d'Oléron. Toujours sous une petite pluie fine mais tenace.

    Sur l’île d'Oléron

    Le deuxième groupe quittera le village un peu plus tard en car pour regagner Chateau d'Oléron. Pour ce groupe visite de la Citadelle, des remparts et de la ville en petit train.

    Sur l’île d'Oléron

    Ensuite pour tout le monde temps libre pour visiter la ville, le marché ou les cabanes des créateurs dans l'ancien quartier ostréicole. Pittoresques petites cabanes aux couleurs vives, anciennes cabanes d'ostréiculteurs, où se sont installés des artistes et créateurs de tous styles.

    Sur l’île d'Oléron

    Nous avons même vu un vélo habillé d'un tricot - Pour éviter les rhumes certainement.

    Sur l’île d'Oléron

    Et partout de magnifiques roses trémières.

    Sur l’île d'Oléron

    A midi, retour au village Arc en Ciel pour déjeuner. Après le repas, pas le temps de faire la sieste, nous regagnons Saint Denis d'Oléron pour embarquer sur le bateau "Le Picot des Iles" pour une balade en mer et faire le tour du fort Boyard. Nous avons eu de la chance car il n'y avait pas de tournage sur le site et nous avons pu nous en approcher de très près.

    Sur l’île d'Oléron

    Retour à terre et petit temps libre pour se dégourdir et se désaltérer avant le départ.

    Retour sans encombrement de circulation et dans la gaîté. Nous avons eu droit à un petit tour de chants. Il y a eu d'abord Evelyne et de Hubert qui entraînaient tout le car pour des chansons  traditionnelles, Maria qui a dévoilé un de ses talents cachés et nous a chanté deux chansons en portugais. Il y a eu aussi notre chauffeur qui en plus d'être un excellent conducteur, cultivé et communicant, s'est révélé être aussi un très bon chanteur particulièrement dans le domaine des chants du patrimoine gascon.

    Et, cerise sur le gâteau, ce chauffeur que tout le monde a apprécié habite Castets!

    Un très beau week-end à qui il n'a manqué qu'un petit rayon de soleil.

    * * * *

    Pendant le trajet de retour Evelyne a écrit un chant, elle se fait un plaisir de l'interpréter ci-dessous.

    D'ici quelques jours un diapo comprenant des clichés de 4 reporters-photos sera en ligne.

    Singer

     


    votre commentaire
  • Ce jeudi 11 juin, le temps était particulièrement exécrable.

    Un dicton nous précise: " Tous en cusse comme à Saubusse". Des averses incessantes l'ont fait mentir, pas âme qui vive, déjà l'apport des parchemineurs a été faible, puisque nous n'étions que dix.

    Plutôt que des commentaires, nous vous offrons ce diaporama, sans musique, en hommage au soleil décédé ce jour.


    votre commentaire
  • A l'aube de ce jeudi 4 juin une magnifique journée semble se dessiner. Depuis le temps que l'on attendait; Dieu soit loué ! enfin pour les croyants. En digne descendant de Saint Thomas, mon scepticisme est toujours d'une redoutable vigilance.

    Mais faisons fi de tout préjugé et considérations plus ou moins hasardeuses et admirons ce ciel d'un bleu pur, exempt de tout représentant de la famille des cumulus. Une forêt, majoritairement en feuillus, d'une rare verdeur et ce sans la moindre brise, ainsi qu'une température avoisinant les 20° à 9:00. Du pur bonheur.

    Nous voici donc à Louer, avec ou sans aide divine, pour un très agréable parcours sous la houlette d'Aline qui nous a fait découvrir ce charmant petit village.

    photo

    Saluons l'arrivée d'une nouvelle adhérente, Maryse, qui vient rejoindre ses belles soeurs de la tribu des "D&D"

    photo

    Très vite nous nous engageons sous la, encore rafraichissante, canopée où, quelques mètres auparavant, l'enivrante effluve du chèvrefeuille a incité quelques parchemineuses à venir s'en imprégner.

    photo

    Un camping particulièrement bien placé et attrayant incite les citadins à venir se ressourcer ici.

    photo

    La traversée de ce dernier n'a, compte tenu de leurs cris agressifs, pas été appréciée par ce couple d'oies, dans leurs préliminaires amoureux.

    les oies

    Un petit cours d'eau, le Louts, traverse cette commune. L'eau a l'air de stagner, il faut bien regarder pour voir légèrement frémir son lit. Et puis brutalement le voila transformé en cascade...

    cascade

    et un petit peu plus loin, débit réduit, laissant apercevoir une plage de galets.

    photo

    Cet endroit prête à la rêverie et l'on m'a rapporté que certains auraient aperçu des anges; réalité, hallucination... il est vrai que le soleil tapait très fort. Me voila à nouveau à douter !?

    Plusieurs fois nous avons aperçu ce Louts, tant et si bien que l'on s'est demandé si c'est nous qui suivions son parcours ou si c'est lui qui suivait le nôtre.

    Que d'émotions Seigneur, mais si vous passez par là, surtout arrêtez-vous! ... ce village est magique !

    La photo du jour :

     les anges

    Le parcours du jour :

     carte

     


    votre commentaire
  • De source il en fut question puisque c'est de la "source de Yons" que partait notre randonnée. Située entre Mixe et Cap de L'homy, en pleine forêt, cette source qui selon les croyances locales posséderait des vertus thérapeutiques se trouve à la jonction de tout un réseau de chemins forestiers et pistes cyclables.

    De source et de sable

    Pour innover, nous avons suivi le chemin tracé par le Conseil Général. Est-ce le hasard ou pour le rendre plus sportif mais ce circuit emprunte presque exclusivement des chemins sableux. De ce sable fin et fluide qui rend la marche plus difficile. Au demeurant excellent, pour travailler les muscles des jambes, cuisses et mollets.

    De source et de sable

    Les deux premiers tiers de cet itinéraire se situent en forêt, longent la dune pour s'approcher de Cap de Lhomy.

    De source et de sable

    Dune qu'un petit groupe de courageux n'a pas hésité à franchir pour aller voir l'océan.

    Dans le dernier tiers du parcours le paysage change complètement. Plus sauvage avec un chemin qui serpente au milieu d'un maquis de genets...

    photo

    et où l'on a vite l'impression d'être au milieu de nulle part. Très dépaysant avec un peu des allures de maquis corse.

    Il faisait  beau et chaud. 10 bons km de marche dans le sable avaient épuisé les énergies et tout le monde était heureux de retrouver la source de Yons terme de notre marche.

     De source et de sable

     


    votre commentaire
  • C'est à Capbreton que se situe ce fameux Tuc des neuf églises, qui est le point le plus élevé du circuit éponyme. C'est un classique de notre planning mais qui a aussi la particularité d'être parmi les plus physiques, et peut-être même le plus physique.

    Un terrain accidenté dans une forêt dunaire, avec des chemins sableux et de fortes déclivités qui mettent à rude épreuve les mollets non entraînés. Tout cela dans une forêt de pins, chênes verts et chênes lièges créant de beaux paysages ombragés où il fait bon marcher par temps chaud. Ce qui n'était pas le cas aujourd’hui,  car malgré un soleil généreux un petit vent frais venant du nord-ouest incitait à rechercher plutôt le soleil que les places à l'ombre.

    photo

    Un petit passage le long du Boudigau à l'eau boueuse qui n'avait pas très bonne mine à cette heure de marée basse.

    photo

     Au détour d'un chemin rencontre avec deux sympathiques chèvres que tout le monde voulait approcher et caresser. Je crois même que Madame Chèvre avait  entamé une conversation, certainement intéressante, avec  une de nos randonneuses sous le regard incrédule de Monsieur Bouc.

    ah le bouc!

    Notre itinéraire nous conduisait ensuite dans les premiers lotissements de Capbreton pour franchir à nouveau le Boudigau...

    main dans la main

    et reprendre les chemins en forêt. Il n'y a pas eu de photo de groupe sur le pont cette fois-ci. La tradition se perdrait-elle?

    La montée vers le Tuc des neuf églises, longue et assez pentue, en fit haleter plus d'un.

    photo

    Une fois atteint le sommet  tout le monde cherchait les neuf clochers que l'on est censé voir depuis cette altitude. Déception, un seul clocher a pu être vu.

     église

    Il faut dire que la végétation a beaucoup grandi, et que la dernière coupe rase qui dégage la vue date d'il y a très longtemps, si l'on tient compte de la taille des arbres qui entourent le Tuc.

     Nous étions 28 à parcourir les 11 km de cette randonnée

    La photo du jour :

    photo

     


    votre commentaire
  • Titre surprenant n'est-ce pas? qui mérite une petite explication, sûrement !

    La sortie du jour, proposée, nous pensions l'avoir déjà effectuée. C'était en partie vrai, mais pas dans le même sens, en fait en verlan, à l'envers quoi, comme le titre, ce qui nous donne à Lesperon.

    Et ce sous la houlette d'une représentante du club de ce village, Véronique.

    Norepsel à ...

     

    Hormis le final, c'est bien un nouveau tracé, particulièrement attrayant, que nous avons découvert et que nous avons classé spontanément dans le Top 10 de nos meilleures sorties.

    A l'instar de la semaine dernière, une belle canopée, quasi permanente, d'une remarquable verdeur.

     

     

    Admirez ces touffes d'osmondes royales ...

    photo

    Avant de poursuivre, je dois signaler le retour de JPS, requinqué et muni d'un nouveau bâton de marche de sa fabrication.

    photo

    Je ne voulais pas satisfaire ce besoin, frisant la pathologie, de la photo sur un pont, mais sous la menace j'ai du m'exécuter. no

    photo groupe

    C'est beau ! je n'ai plus envie d'écrire et vous peut-être de lire ...

    photo

    Et si c'était ça le bonheur ! m'ont murmuré les chevaux, ...

    photo

    repris dans son lent et sinueux parcours par ce petit cours d'eau.

    photo

    Notre dynamique guide nous a appris qu'à l'époque des diligences, pour permettre la traversée des ruisseaux, c'étaient des blocs d'ardoises qui faisaient la jonction des deux rives. Ci-dessous, une partie d'un bloc immergée.

    photo

    Et alors que l'on croyait en avoir terminé, apercevant le panneau Lesperon, nous nous sommes à nouveau engagés dans la forêt.

    photo

    Ce qui nous a permis de voir un pin résiné traditionnellement, c'est à dire au hapchot, sans adjonction d'acide sulfurique, comme ce fut le cas malheureusement au siècle dernier. Toujours le profit, tant pis pour la nature et les gemmeurs.

    photo

    Et notre promenade s'est achevée par la classique traversée de la superbe bambouseraie, où fort heureusement aucun "coup de bambou" n'a été à déplorer.

    photo

    La photo du jour :

    * non retouchée

    photo


    votre commentaire
  • Il faisait très beau ce jeudi et cela laissait à penser que nous serions très nombreux à marcher en se référant à la fréquentation habituelle des sorties par grand beau temps. Ce ne fut pas la foule. Nous étions 32, soit un effectif moyen, loin des records de participation. Comme quoi les statistiques ne permettent pas toujours des prévisions exactes.

    Le départ de cette balade se situe prés d'une passerelle et comme le dit le dicton des Par Chemins "Où il y a un pont, il y a une photo"  Nous avons sacrifié à la tradition...

    sur le pont

    Cette randonnée au départ de Saint-Julien-en-Born qui longe d'abord le ruisseau "Le Mézos", pour ensuite continuer le long du "Courant de Contis", est vraiment un très beau circuit dont une grande partie se fait sous les frondaisons de vergnes, chênes, bouleaux, frênes et autres feuillus. Ce qui est très agréable par forte chaleur et c'était le cas.

    Le long du courant de Contis

    De nombreuses zones inondées aux allures de mangroves des régions tropicales ou d'autres avec des arbres les pieds dans l'eau et la végétation flottante sur ces eaux stagnantes nous font penser aux Everglades de Floride ou au Bayou de Louisiane et l'on s'attendrait presque à voir émerger la tête inquiétante d'un alligator .

    marais

    Marcher le long d'un ruisseau réserve quelques surprises. Les crues de l'hiver, très certainement, ont creusé  des brèches dans les berges du courant créant des petits bras d'eau infranchissables qui empêchaient notre progression. La réflexion s'engage, rebrousser chemin ou franchir l'obstacle les pieds dans l'eau?. Un tas de vieilles branches laissées là par la décrue fit vite le bonheur de notre équipe du génie civil. Tels les castors (pas vraiment juniors), avec quelques branches et quelques troncs jetés dans l'eau ils eurent vite fait de faire, non pas un un barrage, mais un gué permettant de rejoindre l'autre rive.

    Le long du courant de Contis

    Une assistance au franchissement se met en place pour aider ces dames et ces messieurs aussi à traverser sans risquer la chute dans une eau pas très claire. Ouf, tout le monde est passé sans incident!. C'est peut-être un petit regret pour les photographes qui attendaient le doigt sur le déclencheur pour faire la photo du jour...

    Le long du courant de Contis

    Le retour, le long de ces grands champs, où des tracteurs qui préparaient les semailles du maïs, soulevaient au loin des nuages de poussière, s'est effectué sans mauvaise surprise.

    Le long du courant de Contis

    Circuit à retenir pour les journées de forte chaleur et loin des périodes de pluie.

    La photo du jour :

    Il semblerait que seul notre reporter-photo ait aperçu quelque chose d'insolite ...

    Un alligator

    Le parcours du jour :

    La carte GPS

     


    votre commentaire
  • non ce n'est pas un cours sur la conjugaison.

    Même si, effectivement, marcher est l'infinitif de ce verbe, marché est la manifestation que nous organisons le 1er mai.

    Ce 30 avril, le groupe était réduit; se partageant entre deux activités.

    Une partie pour la marche comme chaque jeudi...

    Les guides habituels et votre serviteur employés dans le second groupe, c'est une nouvelle fois Hubert qui supplée et vous raconte le parcours:

    "Nous étions peu nombreux : 11 marcheurs à prendre le départ pour notre petite rando, en majorité .... la gent féminine.

    Après avoir parcouru quelques hectomètres sur la piste cyclable, nous avons emprunté un chemin tracé il  y a quelques temps par notre ami Bernard MIRAMBEAU.

    Marcher et ... marché ...

    Ce chemin nous a conduit sur le sentier qui serpente le haut du ruisseau Girons.

    Marcher et ... marché ...

    Nous avons trouvé un endroit très verdoyant, principalement planté de chênes.

    De là, nous nous sommes retrouvés le long du ruisseau que nous avons suivi jusqu’à la maison landaise de Girons.

    Cet endroit est l’endroit idéal où il est agréable de faire une pause et d’immortaliser ce moment.

    Marcher et ... marché ...

    Puis nous avons poursuivi notre chemin en longeant la ferme photovoltaïque.

    Marcher et ... marché ...

    Sur le chemin du retour, comme il faisait beau et chaud, nous n’avons pu résister à  l’invitation de ce tronc d’arbre couché sur le sol qui ne demandait qu’à nous servir de siège et nous offrir encore quelques minutes de détente.

    Marcher et ... marché ...

    Et puis retour vers 16 h 30 par les chemins forestiers, en passant par Camerade.

    Soit au total une marche d’environ 10 kms sur terrain sec  et agréable."

     * * * * *

    Une autre partie avait rendez-vous au Hall des Sports, lieu où se déroulera le Marché Artisanal.

    Voilà une manifestation qui ne va de soi. Un travail considérable doit être effectué en amont.

    Les par chemins ont un président, comme il se doit, mais en fait c'est un binôme qui dirige cette association.

    Binôme constitué de René, le président et de son épouse Gérardine, épouse dont il ne se sépare jamais, même par temps de pluie ?

    Depuis le mois de février leur ordinateur tourne à plein régime pour trouver des participants, suffisamment , mais pas trop, éviter les doublons (beaucoup fabricant des bijoux en matériaux divers) la salle n'étant pas extensible, régler les diverses et nombreuses formalités.

    Ceci étant, il fallait aussi gérer la mise en place des participants dans la salle, tout devant être quasiment millimétré.

    Un plan a donc été établi par notre binôme; ci-dessous le consultant:

    le binôme

    C'est plus d'une dizaine de parchemineurs qui, décamètre, cutter, bandes collantes, protections etc..., traçaient les emplacements...

    photo

    pour installer ensuite tables, grilles, chaises, sans oublier le bar et le stand de restauration rapide.

    photo

    Et évidemment quoi de mieux que d'expertes mains féminines pour livrer un ensemble d'une propreté impeccable.

    photo

    Rendez-vous à demain pour le compte-rendu de cette manifestation ...


    votre commentaire
  • Premier mai, 6:30; quelques volontaires lève tôt sont là pour achalander le coin bar-restauration, accueillir les exposants et les conduire à leur emplacement.

    Un café de bienvenue leur est offert, pour en réchauffer certains et dynamiser d'autres.

    Une quarantaine de participants aux activités diverses, même si les fabrications de petits objets sont les plus fréquentes.

    Le marché artisanal

    Le diapo ci-dessous pour faire un peu connaissance:

    Des personnes toutes bien sympathiques, d'où je me permets de citer le vendeur de miel à la gouaille intarissable, d'aucun aurait suggéré qu'il avait avalé un CD. En tout état de cause, lui a "fait son beurre" avec du miel. Les deux charmantes productrices de ces excellentes et variés confitures. Les deux fabricantes de crayons dont la mine rieuse rivalisait avec celles de leurs réalisations, conçues avec de l'osier et du bois flotté. La couturière de vêtements et objets pour les touts petits, un peu déçue par la propension de certains à négocier exagérément les prix etc ...

    Je ne peux bien sûr citer tout le monde, je m'en excuse, et cette petite liste est forcément subjective, voire partiale. Vous pouvez manifester votre mécontentement ci-dessous, voire en cliquant sur l'onglet: Ecrivez-nous

    Félicitations et merci à tous les exposants pour leur tenue exemplaire, je réitère mes excuses aux deux personnes qui ont attendu un peu trop longtemps leur assiette au coin restaurant. Pourtant l'équipe était de qualité, une petite partie ci-dessous:

    Le marché artisanal

    Le temps était loin d'être idéal, surtout en début d'après-midi où vent et pluie se sont renforcés, ce qui a sûrement réduit le  nombre de visiteurs.

    18:00, tout le monde plie bagages ...

    Le marché artisanal

    et les membres de l'asso sont fins prêts pour remettre la salle en ordre.

    La photo du jour :

     daniel et la crèpe

    Le parcours du jour :

    Celui-ci étant essentiellement digestif, notre GPS n'a pu nous fournir de carte.


    votre commentaire
  • Au départ de notre rando de ce jeudi 23 avril, nous longeons un moment la route de Soustons qui borde les zones marécageuses de l'Etang Noir. Les premiers iris jaunes sont en fleur tandis que les osmondes et autres carex (ces grosses touffes d'herbe) s'épanouissent.

    D'un point un peu plus élevé, nous pouvons apercevoir l'Etang Blanc.

    photo

    Etang Noir, Etang Blanc, leur nom provient surement de la différence de couleur de ces deux étendues d'eau l'une par rapport à l'autre. L'Etang Noir plus profond et vaseux paraît plus sombre que l'Etang Blanc qui n'a que 65 cm de profondeur en moyenne. L'Etang Noir se jette dans l'Etang Blanc qui, par un court exutoire, se déverse dans l'Etang de Hardy et lui même dans l'Etang de Soustons.

    Quittant la route nous nous enfonçons dans la pinède qui est ici bien escarpée.

    photo

    Nous suivons un balisage rouge qu'il est difficile de ne pas voir...

    photo

    et qui nous mène dans les profondeurs des dunes côtières, celles là même qui empêchent les eaux de la lande de s'écouler naturellement vers l'océan et provoquent la formation de ce chapelet d'étangs dont nous sommes familiers avec notre étang de Léon.

    Très belle lumière dans cette forêt mélangée de pins et de chênes liège.

    photo

    Les quelques chênes (pédonculés) sont en fleur et leur pollen s'ajoute à celui des pins pour former de jolis dessins à la surface des flaques d'eau.

    photo

    Parlant de flaque d'eau, la première que nous avons rencontrée n'était rien comparée à la suivante. Elle s'étalait dans une zone basse, débordant largement de l'emprise du chemin.

    photo

    Et je suis sure que nos joyeux randonneurs retiendront de cette balade le passage épique de touffe de molinie en touffe de molinie.

    photo

    Etant tôt dans la saison, il y avait entre les dunes des zones basses envahies par l'eau, faisant crever les pins. Les grenouilles nous ont offert un beau concert.

    photo

    Petite halte sous un chêne-liège avant de prendre le chemin du retour, un peu sableux mais sec.

    photo

    La photo du jour :

    ami randonneur, lève la tête !

    photo

    Le parcours du jour :

    carte

     


    votre commentaire
  • Un internaute qui vient de lire le compte-rendu sur les tulipes et constatant la récurrence de cette sortie, nous écrit :

    " Et pourquoi pas les champs de coquelicots " et il joint l'image ci-dessous :

    photo

    Effectivement vu sous cette angle la (dé)marche parait intéressante, d'autant que l'on peut supposer que depuis l'angle opposé, on doit découvrir(?) des éléments nouveaux.


    votre commentaire
  • Pichelèbe. Là où le lièvre soulage sa vessie. Drôle de nom pour un pont qui enjambe le courant d'Huchet. C'est en tout cas de là que nous sommes partis pour notre randonnée. Il pleuvait sur Linxe mais en  s'approchant de l'océan le ciel devenait plus clément; toujours gris mais sans pluie. Peut-être encore la baraka des Par Chemins !!!

    Un départ de rando un peu difficile à cause d'un chemin mis à mal par des débardages dans le secteur. Heureusement la petite pluie du matin avait tassé un peu le sol et évitait la poussière.

    photo

    Nous étions trente pour cette marche. La première halte avant d'atteindre le courant d'Huchet nous l'avons faite sous les frondaisons d'un chêne-liège aux dimensions impressionnantes. Quatre fois centenaire, le majestueux arbre penche un peu et un panneau à proximité nous demande de respecter l'ancêtre.

    photos et infos

    La pose suivante se fit à la Nasse, au bord du courant d'Huchet.

    photo

    Lieu que connaissent bien les touristes qui  remontent le courant en barque car à cet endroit, il faut mettre pied à terre pour permettre aux bateliers de faire franchir à leurs embarcations le barrage en bois qui régule le niveau du lac.

    Le franchissement du courant sur le pont en bois, nous apprend que nous sommes sur un chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

    photo

    Une dernière pause se fera à hauteur du lieu-dit "Le pas du loup".

    photo

    Une légende qui nous est racontée par André Labadie, ancien président des bateliers du courant d'Huchet de 1961 à 1992 nous  informe sur l'origine du nom de ce lieu-dit.

    photo

    Le retour vers Pichelèbe par la rive Est du courant nous fait passer près des cyprès chauves. Ces arbres  originaires des zones marécageuses de Louisiane ont la particularité de développer des émergences racinaires qui pointent hors du lit de la rivière ou du sol inondé et permettent aux racines de capter l'oxygène de l'air grâce à un tissu très aéré qui les constitue. Ces racines sont absentes lorsque le sol est normalement aéré. Mais voila, ces émergences racinaires ont des formes très phalliques qui généralement déclenchent commentaires et quolibets dont je ne rapporterais aucun propos ici par crainte de voir mon article censuré.

    photo

    De retour au pont de Pichelèbe et pour faire bonne distance nous avons poursuivi la marche  de l'autre côté de la route jusqu'au marais de la Pipe. Depuis l'observatoire nous n'avons vu aucun oiseau sur le plan d'eau. Peut-être effrayés par le tapage de notre groupe avaient-ils quitté les lieux avant notre arrivée...

    photo

    Pour finir sur une info. Le nom du courant d'Huchet vient du gascon "uishet" signifiant "exutoire". En effet, le courant d'Huchet est l’exutoire du lac de Léon. 

     La photo du jour :

    photo

    Le parcours du jour :

    La carte GPS

     


    votre commentaire
  • Dès à présent découvrez le diapo de l'hiver, "Hiver le printemps" dans votre Diapothèque.

    L'hiver saison rarement aimée, à part pour les amateurs de neige, est pourtant le tremplin du printemps:

    "Hiver nerveux, printemps joyeux"

    Pour accompagner cette marche vers les beaux jours, le concerto pour violons n°2 de Mendelssohn.


    votre commentaire
  • Petite elle a été: 7 km parcourus ce jeudi 9 avril.

    Petit était le groupe : 34 randonneurs mais quel entrain...!

    Pourquoi bleue?  ceci a été notre préoccupation tout au long de l'itinéraire. A nous deux, les marques bleues du balisage du Conseil Général !

    photo

    Nous avons démarré "fort". Dans les dunes le chemin est parfois escarpé.

    photo

    Peut-être distraits par le relief, à moins que ce ne soit par la beauté du paysage, nous avons perdu les marques bleues. Un responsable: le parcours balisé avec de petites flèches vertes positionnées à intervalles réguliers ainsi qu'un drôle de petit bonhomme rouge.

    photo

    Au bout d'un moment, un carrefour: comment savoir où aller? Plus aucune marque bleue! Il y avait bien une carte qui nous a aidé à nous positionner  et à réaliser que si nous allions droit vers le sud on devrait retrouver le circuit fléché.

    photo

    Jean pierre à l'air d'en douter...

    Bien sûr chacun à un avis...

    avis

    Il n'empêche que malgré quelques hésitations, Jany a mené la rando de main de maître.

    Le héros du jour ...

    photo

    La preuve: nous arrivons sur le balisage "officiel".

    photo

    Nous sommes bien sur le circuit des Bareuyes et nous empruntons celui des Tucs pour rejoindre St Girons par l'airial de Retges. Tout le groupe est en forme.

    photo

    Le relief accidenté de cette balade ouvre des espaces magnifiques sur la forêt dunaire.

    photo

    La photo du jour :

    photo

    Le parcours du jour :

    La carte GPS

     


    votre commentaire
  • Parti à Rome, et revenu, bien avant les cloches, Jean-Pierre vous invite à partager son immersion au coeur de la ville éternelle.

    C'est beau et instructif ! et c'est, comme toujours, la rubrique "Marcher mais pas que" et "Voyage ...voyages"

    Bonnes Pâques ...et pas que çà !


    votre commentaire
  • En plagiant Michel Chevalet, je dirais: La dépendance, comment ça marche?

    Santé magazine nous en donne une définition médicale:

    " La dépendance désigne un état psychologique et/ou physique qui se manifeste par un besoin irrépressible et répété, jamais réellement assouvi. Celui-ci peut être lié à une consommation de produits (d'alcool, de tabac, de psychotropes) ou à un comportement, addiction au jeu, au sexe, Internet, désir répété de voir quelque chose, etc..."

    Et la tulipe me direz vous, que vient elle faire là-dedans?

    Tout comme le musulman se rend chaque année à la Mecque, les par chemins se rendent sur les champs de tulipes. Quelques mois avant certains demandent déjà: "Quand est-ce qu'on va voir les tulipes?"

    Le désir est fort, car ce jour là, il n'y a pas que les tulipes qui fleurissent, les appareils photos aussi, preuve s'il en est de ce besoin.

    Dans le cas des par chemins, on peut donc parler de tulipo-dépendance relative.

    Nous voila partis pour ce pèlerinage annuel, non point à Herm comme les autres années, mais à Castets au lieu dit: Lacay. A ne pas confondre avec la caille, la phonétique étant strictement la même.

    Départ donné du centre routier, les 47 marcheurs présents empruntent la piste cyclable. On se rend alors compte que ces jours derniers, il a vraiment beaucoup plu. La partie de terrain ci-dessous étant entièrement inondée.

    photo

    En arrivant sur ce lieu-dit, surprise ! les champs de tulipes sont contigües à un élevage de canards?

    De fait cette fleur qui n'a généralement pas d'odeur en a une, mais sûrement pas le genre d'effluve qu'on pourrait lui attribuer.

    Le spectacle est toujours fascinant, surtout avec un soleil aussi ardent. Chaque année on vous montre une ou plusieurs photos, alors cette année vous n'en aurez pas, bon une quand même (peur du lynchage?).

    photo

    En fait, à ma grande surprise, j'ai assisté à un curieux phénomène; j'ai d'abord pensé à une hallucination, dans les fleurs de chaque couleur s'incrustait le portrait d'une parchemineuse !

    Il est évident que je désirai ardemment faire partager cela ! Mais voilà, comment photographier une image émise par mon cerveau?

    Je ne peux vous dire comment, mais j'y suis arrivé !

    C'est donc à visionner dans ce petit diapo ci-dessous:

     

    Sur le chemin du retour; on sait que la campagne comportait de vieilles granges délabrées, nous avons vu une belle transformation...

    La transformation

    Beaucoup se demande ce que l'on fait pendant les pauses et bien voilà ...

    on fait pipi

     Le parcours du jour :

    11km500 en 2:45, TPC compris !

    La carte GPS

     


    votre commentaire
  • Un personnage célèbre avait initié ce type d'activité. Deux mille ans plus tard, elle semble particulièrement au point.

    L'idée trottait dans nos têtes et lors de la réunion du bureau, vendredi, il a été décidé de créer une section de "Marche sur l'eau"

    Cette dernière devrait être opérationnelle début mai. Les plus motivés peuvent déjà commencer à s'équiper !

    Vous serez bien sûr informé de son évolution au fil des jours.


    votre commentaire
  • C'est sur le parking de l’église de Linxe que nous avions rendez-vous pour le départ de cette randonnée. Il bruine et dès la descente des voitures  nos marcheurs enfilent le pancho ou ouvrent le parapluie. Sur le parking rituel habituel, on se salue, on prend des nouvelles lorsque soudain notre amie Corinne s'effondre victime d'un malaise. Quelques instants dans une semi-conscience et elle retrouve ses esprits pour le plus grand soulagement de tous. Émotion dans l'assistance car c'est toujours impressionnant une personne qui perd connaissance et s'écroule au sol. Corinne a été reconduite chez elle. Nous avons pris des nouvelles, elle va bien. Il semble que cela ne soit rien de grave.

     Après ce moment d'inquiétude les discussions vont bon train. Il bruine toujours, le départ de la rando est donné pour un circuit d'une douzaine de km, concocté par nos amis Robert et Martine, dans le massif forestier (ici en devenir).

    photo

    Itinéraire agréable qui nous a permis de voir la nouvelle aire de pique-nique de Linxe, pas encore arborée pour des repas à l'ombre, mais dotée d'une aire de jeu pour enfants, toilettes sèches (écologie oblige) et d'une représentation en miniatures de quelques cultures qui se pratiquent dans les Landes : forêt - verger - vigne.

    Les bruines de Linxe

    Merci à nos deux guides qui avaient préparé cette randonnée. Le choix de l'itinéraire, selon leurs dires, avait fait l'objet de  modifications, ce qui a entraîné en cours de route quelques hésitations quand au  choix du chemin à prendre.  Martine avait tracé des repères sur son chemin, mais Roger avait d'autres préférences. C'est quand même Martine qui l'a emporté. Ce que femme veut...

    Rien à craindre, ils connaissent parfaitement les lieux et nous avons fait une belle balade.

    Nous étions 28 à marcher et il semble qu'aujourd'hui les dieux protecteurs des Par Chemins étaient aux abonnés absents car ils ne nous ont pas gratifiés de leur habituelle bienveillance.

    Juste avant l'église, un pont enjambe le "Binaou" et nous avons aperçu un cygne et deux ragondins (en bas à droite sur la photo, prenez une loupe !).

    photo

    La pluie fine qui tombait ne nous a pas quitté du départ jusqu'à l'arrivée.

    Les bruines de Linxe

     La photo du jour :

    photo

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique