• Pour l'édition 2 de notre vide-greniers, le bilan est encore satisfaisant. Avec une quarantaine d'exposants  et une proposition d'articles à la vente assez diversifiée, il y avait de quoi satisfaire les chineurs à le recherche de la pièce rare ou le chaland en quête d'une bonne, voire très bonne affaire à réaliser.

    exposants

    Et il y en a eu des affaires de faites, malgré des acheteurs un peu moins nombreux que lors de la 1ère édition ( Effet de crise oblige). Malgré cela, la plupart des exposants m'ont dit être relativement satisfaits de leur journée.

    Une  météo clémente et un public assez nombreux ont contribué à la réussite de cette manifestation.

    le public

    Nous avons même eu le plaisir de voir  notre édile municipal déambuler parmi les stands avec sa petite famille.

    la famille du maire

    .Il faut toutefois dire que la préparation et la mise en place d'un vide grenier ne sont choses faciles. Encore plus quand il y a pléthore d'animations en même temps. La chorale A MI CHANT qui recevait un chœur Gallois, "The Gwalia singers" et que nous avions envie d'aller écouter. La commission du Patrimoine qui à l'occasion de la journée nationale du Patrimoine, avait invité un groupe de forgerons pour une démonstration de leur art en plein air et que nous avions envie d'aller voir. Tout cela a compliqué un peu les choses pour percevoir et mettre en place le matériel dont nous avions besoin et qui était utilisé. Pugnacité, patience, courtoisie et bonne humeur ( qualités intrinsèques à tout Parchemineur....) ont permis d’aplanir les difficultés et d'assurer la mise en place.

    Pour que les choses soient bien faites, il y avait une buvette pour les boissons fraîches et de la restauration rapide.

    Le bar resto

    Et là, étonnement et satisfaction des exposants pas habitués à trouver dans ce genre de manifestation une si grande variété de plats   (oubliées les sempiternelles ventrèches et chipolatas). Ils ont été nombreux à fréquenter "l'Estanquet" même si une friteuse trop petite obligeait à un peu de patiente pour être servi.

     L'association y avait son stand, alimenté en articles divers par la communauté et tenu par de sympathiques "Parchemineuses" au talent de vendeuse irrésistible. Bon, c'est vrai, la conjoncture étant ce qu'elle est, la recette n'aura pas une grande incidence sur le budget de l'association.

    Le stand parchemineur

     Nous avons eu quelques frayeurs  à la fin de cette journée harassante où l'on a vu un bénévole sombrer d'épuisement. Mais rassurez-vous rien de bien inquiétant, quelques minutes d'assoupissement sur un banc adossé à une charmante voisine et tout est rentré dans l'ordre. 

    le bénévole

    Un grand merci à tous les membres qui ont œuvré pour  l'organisation, la mise en place, le déroulement de ce vide grenier.

    Sans oublier celles et ceux qui ont réalisé les délicieuses pâtisseries qui ont connu un vif succès auprès des exposants et des visiteurs.


    1 commentaire
  • Pour profiter des derniers beaux jours de cette magnifique arrière saison, c'est encore au bord de la mer, les pieds dans l'eau, que nous sommes allés marcher ce jeudi.

    Un ciel chagrin avec même quelques gouttes, au départ de Castets, ne laissait pas présager une belle matinée.  Heureusement arrivés à Saint-Girons-plage le ciel était plus dégagé et le soleil commençait à chauffer.

    C'est étrange cette sensation que l'on ressent lorsqu'on arrive sur ces immenses plages landaises, le matin lorsqu'il fait beau et que la plage est déserte. Sensation de plénitude et de liberté et l'envie de respirer à pleins poumons.

    le groupe arrivé

    C'est bien beau tout çà, mais il faut se décider. Nous marchons vers le nord ou vers le sud. Aujourd'hui c'est le sud qui l'emporte.

    Il y a ceux qui  marchent sur le sable  et ceux qui préfèrent avoir les pieds dans l'eau.

    marche dans l'eau

    L'aller est toujours ponctué d'arrêts plus fréquents pour profiter du spectacle magnifique et sauvage entre dune et océan.

    Nous avons croisé une importante colonie d'oiseaux de mer posés sur le sable. Mouettes ou goélands? Ce n'est que leur envol silencieux qui me fait dire qu'il s'agissait de goélands. Les mouettes sont beaucoup plus bruyantes. Je pense qu'ils devaient être attirés là, par la présence d'importants bancs de petits boissons en bordure de mer.

    mouettes

    Eux, n'ont pas besoin d'un attirail compliqué pour attraper les poissons, contrairement aux quelques pêcheurs que nous avons rencontrés, bien équipés mais bredouilles.

    des pêccheurs

    Rencontre aussi, mais beaucoup moins agréable, des méduses jalonnant le bord de mer.

    une méduse

    Au retour, ceux qui en avait envie ont pu  en profiter pour prendre un bain aussi rafraîchissant que réparateur. Le  soleil haut dans le ciel commençait à vraiment chauffer et la fatigue commençait à se faire sentir. Il faut dire aussi que les kilomètres dans le sable sont des kilomètres qui comptent

    Pour terminer cette  bien agréable matinée, nous étions quelques uns à nous installer, pour déjeuner, à la terrasse d'un des derniers restaurants encore ouvert à Saint-Girons plage. Je vous recommande ce restaurant si vous n'aimez pas les rations copieuses quand vous commandez le plat du jour. ouch

    Peut-être les aléas de la fin de saison.......

    La photo du jour :

    Des parchemineuses médusées !

    femmes et méduse


    votre commentaire
  • Ce jeudi 11 septembre inaugurait la reprise des sorties de notre dynamique groupe de marcheurs, sans peur et de peu de reproches.

    Direction Messanges plage. Nos premières sorties, lorsqu'il fait beau, sont consacrées à la promenade en bordure de l'océan, le matin.

    Nous avons eu la joie de voir réapparaître "Monsieur circuit", notre ami Bernard. C'est lui qui me permettait de vous proposer en plus de l'article, la carte de la rando du jour. Selon une indiscrétion, dans peu de temps, nous les fournirons à nouveau. Mais bon je vous ai rien dit.

    L'ami Bernard

    Dans la poursuite de cette magnifique semaine estivale, une mer calme et sereine, de belles couleurs vives et une température idéale nous attendait.

    le groupe

    Le sourire empreint de zénitude de Corrine, vous signifie qu'être présent, ce matin, sur cette plage, permettait de s'approprier un  exaltant moment de bonheur.

    Corrine

    Quelques 7 km, mais dans le sable; bonjour les mollets!

    Rien de plus à dire? si, personnellement j'ai vu des surfeurs sans vagues ...

    surfeuses

    de vagues pêcheurs ...

    pêcheurs

    et des jolies filles par vagues !

    joiles filles

    Plusieurs d'entre nous sommes posés la question: Avec une aussi belle journée, est il humain, sitôt la promenade terminée, de rejoindre nos domiciles?

    Nous avons répondu non ! nous nous sommes baignés, dans une eau certes fraiche, mais délassante et vivifiante pour notre musculature.

    J'ai toujours dit que le réconfort devait succéder à l'effort, et nous nous y sommes attelés de bon coeur sur la terrasse du restaurant, qui nous offrait en sus une magnifique vue sur la plage!

    L'un des convives, votre serviteur pour ne pas le citer, s'est aperçu qu'il n'avait plus ses chaussures? pas de trace, ni sur la plage, ni dans la voiture, ni au restaurant? l'angoisse!... Rassurez vous, je suis quand même rentré avec, et l'un d'entre nous vous contera sûrement l'histoire complète.

    Je précise que cela n'a eu aucune incidence sur mon appétit, la preuve ...

    à table


    votre commentaire
  • Dans votre onglet: Calendrier des sorties, vous pouvez prendre connaissance du calendrier 2014/2015, jusqu'au 26 février.


    votre commentaire
  • A la fin de la saison, je vous avais dit qu'en plus des comptes-rendus des spéciales de l'été, vous auriez aussi quelques histoires humoristiques.

    Malheureusement pour nous, notre raconteur habituel vit actuellement une incroyable histoire d'amour, et donc, c'est bien connu les gens heureux n'ont pas d'histoires, pas même à raconter.

    Il semblerait que faire rire les autres soit, souvent, l'apanage des gens tristes. Joyeux en public, triste en privé.

    C'était sûrement le cas de Pierre Desproges, à l'esprit torturé; je ne résiste pourtant pas à vous proposer ces belles lignes:

    Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c'est.  

    L' ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crâne !

    Je n'ai jamais abusé de l'alcool, il a toujours été consentant.
     
    Si vous parlez à Dieu, vous êtes croyant... S'il vous répond, vous êtes schizophrène.
     
    5 fruits et légumes par jour, ils me font marrer... Moi, à la troisième pastèque, je cale.
     
    Un jour j'irai vivre en Théorie, car en Théorie tout se passe bien.

    La médecine du travail est la preuve que le travail est bien une maladie !
     
    Le Lundi, je suis comme Robinson Crusoé, j'attends Vendredi.
     
    IKEA est le meilleur prénom pour une femme : suédoise, bon marché, à emmener aussitôt chez soi et facile à monter.
     
    Dieu a donné un cerveau et un sexe à l'homme mais pas assez de sang pour irriguer les deux à la fois.

    La lampe torche. Le PQ aussi.
     
    La pression, il vaut mieux la boire que la subir.
     
    Jésus changeait l'eau en vin... et tu t'étonnes que 12 mecs le suivaient partout !
     
    Si la violence ne résout pas ton problème, c'est que tu ne frappes pas assez fort.
     
    Travailler n'a jamais tué personne mais pourquoi prendre le risque ?


    votre commentaire
  • Déjà un an ! et nous voici à nouveau prêt à repartir à Saint-Sébastien pour voir le feu d'artifice de ces fêtes, célèbre des 2 côtés de la frontière.

    A contrario de l'an passé, cette fois-ci nous étions 55 (pas uniquement des parchemineurs, d'ailleurs) donc nous avons réservé un car pour nous y rendre. Le retour par le métro (le topo) Hendaye/Saint-Sébastien, nous ayant un peu gâché la fête.

    Quid de cette sortie? eh bien me direz-vous:" Tu ferais mieux de la fermer ! on t'a vu avec la caméra; alors passe nous la vidéo !"

    Ne voulant pas vous contrarier, je m'exécute prestement.

    Voici donc: "Una noche en San Sebastian con los par chemins"

    Cette vidéo ne restera que quelques jours sur cette page, mais elle sera toujours disponible dans la Vidéothèque.


    votre commentaire
  • quelques nuages, certes, mais aussi quelques étoiles et un semblant de lune.

    Pas mal pour un jour en vigilance orange! il est vrai que nos relations dans les hautes sphères météorologiques nous permettent d'être épargnés par une mauvaise humeur du temps.

    33 personnes étaient au départ de notre balade annuelle nocturne.

    Rando départ

    Beaucoup d'enfants, donnant à cette sortie une joie et une gaieté que eux seuls savent générer, beaucoup de couleurs avec des luminions aux teintes flashies variées, qu'ils se disputaient ardemment lors du retour.

    Il faisait très doux, un temps idéal sur un chemin de 6km, pas trop sableux, la pluie ayant éliminé la poussière.

    Notre encyclopédie mobile nous permet de répondre à toutes les questions. Les vacanciers s'informant de la vie économique et sociale du village.

    encyclopédie sur pied

    Cassandra nous a proposée quelques pas de danse ...

    Cassandra

    Et le retour sous la direction lumineuse de nos guides professionnels

    retour guidé

    Allait on laisser repartir tout ce gentil monde ainsi? bien sûr que non!

    Gérardine et Viviane nous attendait pour le verre de l'amitié.

    photo


    votre commentaire
  • Le randonneur et le baladin

     

    l était une fois...

    une soirée, composée d'un repas, d'une promenade et de scénaytes, proposée et concoctée, pour la partie spectacle, par les deux jolies et dynamiques animatrices de la Médiathèque...

    florie et emilie

    et reprise par notre tout aussi dynamique et méticuleux Président des par chemins et son équipe.

    Soirée qui a débuté par un repas. Dois je encore dire un mot du talent de notre équipe de cuisinières

    Les cuisinières

    et de cuisiniers?

    les cuistots

    oui je le crois; car ce qui n'est qu'une vulgaire cuisse de poulet chez moi (il est vrai que mes talents culinaires, plutôt l'absence...) devient aux mains de notre équipe un mets succulent.

    Mais une équipe perspicace également. Cent repas prévus, cent personnes demandeuses. P..... la classe!

    le repas

    Après le repas nous était proposé un trio de baladins des temps modernes.

     les baladins

    Deux musiciens aguerris, une conteuse qui, sur des textes extraits des contes Landais de Félix Arnaudin, allait, tantôt contant, tantôt mimant, souvent les deux, laissait transparaître un indéniable talent de comédienne.

    Après ce premier tableau, il y en aura trois autres alternant avec une petite rando à l'allure familiale, compte tenu du nombre d'enfants et de marcheurs inhabituels, la troupe, compacte, s'est élancée.

    La troupe

    Explications du parcours par notre incontournable guide, parcours jalonné de luminions, ça n'éclaire pas mais on sait vaguement où l'on va  

    Le guide

    Les deux tableaux suivants se sont déroulés dans une obscurité quasi totale, ne laissant apparaître que l'ombre de nos baladins, la musique et les paroles prenant alors une tout autre dimension, une curiosité assurément!

    obscurité

    A nouveau une tranche de marche, dans la forêt, délicate, le sol étant loin d'être plat.

    Le quatrième et dernier tableau était beaucoup plus éclairé, en gardant toutefois un fort effet de pénombre.

    dans la pénombre

    Le final, uniquement musical...

    Le final

    était une invite à mon éternelle âme d'enfant rêveur.

    Je ne sens plus mon corps, je suis la douce nuit, je suis  la musique, je suis dans la scène, je suis partout, la fée de la nuit m'accompagne, je suis les étoiles qui scintillent, clin d'oeil au talent des artistes... je suis dans l'éternité ...

    Le rêve prend fin, nous allons terminer la randonnée en alternant les passages dans la forêt et sur la piste cyclable.

    Merci aux propriétaires de nous avoir permis de traverser leurs beaux airials.

    Un rafraichissement nous attendait à l'arrivée, une grande satisfaction se lisait sur le visage de tous ... prélude, sûrement, à une nuit peuplée de magnifiques songes.


    votre commentaire
  • Sur le mode (si je puis me permettre le parallèle) des évangiles, je vous propose ce diaporama de la sortie annuelle des parchemineurs.

    Les 3 reporters-photos, à l'instar des auteurs des évangiles, bien qu'étant au même endroit, n'ont pas forcément vu et, ou, retenu les mêmes choses. C'est selon ...

    Moi, qui malheureusement n'est pu être présent, ai sélectionné quelques clichés, et si j'avais peint ou dessiné ces derniers, voila ce que, peut être, mes yeux auraient vu, selon...

    C'est dans votre Diapothèque! ...


    votre commentaire
  • il vient de rejoindre votre Diapothèque.

    La bande son qui accompagnait le diapo d'hiver a été appréciée par beaucoup d'entre vous. Ces chants étaient tirés du dernier CD d'Alvès. Le diapo du printemps fait donc appel à nouveau aux morceaux non exploités dans le diapo précédent.

    Nous sommes situés en Occitanie gasconne, nos parcours en font donc parti, alors quoi de plus normal que la musique Occitane pour vous accompagner. Le diapo se termine par l'hymne de l'Occitanie moyenne...

    drapeau occitan.

     

           Ten te fièr !


    votre commentaire
  • Pour cette sortie de fin de saison, et pour répondre à de nombreuses sollicitations,c'est à la montagne que nous avons décidé d'aller.

    Facile à dire mais encore fallait-il résoudre cette scabreuse équation: trouver un hébergement pour 60 personnes,  des circuits adaptés au niveau de marche du groupe, des occupations pour ceux qui ne marchent pas et un moyen de transport. De quoi occuper quelques longues journées et soirées d'hiver. Lorsqu'on travaille à deux sur un projet de voyage, c'est quelquefois cornélien de se mettre d'accord sur la destination. Discussions, négociations, accords,désaccords,emportements,réconciliations découragements et enfin la bonne idée.

    C'est comme çà que nous nous sommes retrouvés à 60 ce jeudi 28 juin un peu avant 7h00 du matin place de la mairie à Castets pour attendre notre car.

    Le bus est à l'heure, tous les participants également. Après les congratulations matinales, bagages et glacières contenant le pique-nique sont chargés dans les coffres et chacun trouve sa place dans le bus selon ses affinités ou sa promptitude à occuper la place souhaitée.

    Destination Gavarnie où nous arrivons vers 10h30, après une petite pause café ( et pipi bien sur) sur une aire d'autoroute.

    Il fait très beau et après ces quelques heures passées dans le car on sent dans le groupe une pressante envie de se dégourdir les jambes. Les marcheurs  (45) s'équipent et nous prenons le chemin en direction du cirque de Gavarnie.

    groupe au départ

    Les non-marcheurs profitent d'un temps libre au village de Gavarnie

    Le chemin qui longe le torrent, peu pentu au départ accentue sa déclivité plus on approche du cirque...

    bord du torrent

    mais on ne se rend pas compte de la difficulté tant les paysages sont magnifiques.

    paysage

    Arrivés au cirque, les plus courageux s'aventurent jusqu'au pied de la cascade pendant que le reste du groupe profite de la beauté du site. 

    cascade

    Nous avons la chance de voir quelques marmottes se faufiler entre les rochers.

    marmottes

    Descente vers le village pour retrouver le reste du groupe...

    Descente

    et Gérardine qui nous a trouvé, tout près de l’église, un très joli petit endroit pour le pique-nique. C'est dans une joyeuse et sympathique ambiance que c'est déroulé ce repas où il y avait encore beaucoup de spécialités pâtissières à goûter.

    pique-nique

    Après un petit temps libre dans le village, nous partons pour le Donjon des Aigles à Beaucens. Nous découvrons dans ce vieux château-fort transformé en parc animalier, une magnifique collection d'oiseaux.

    Plus particulièrement des rapaces: aigles,vautours,condors...

    rapaces

    mais aussi hiboux chouettes et  perroquets.

    perroquet

    Après la visite nous avons assisté à une démonstration de vol de plusieurs espèces de rapaces, chouettes, hiboux et perroquets.

    en vol

    Je crois que nous avons tous été impressionnés par la technique du serpentaire, ce gros oiseau très haut perché sur ses pattes dont il se sert pour tuer ses proies ( des serpents)  en les frappant sur la tête

    le serpentairee

    C'est avec de belles images plein la tête d'oiseaux en plein vol que nous avons rejoins le village vacances Clairevie à Argeles-Gazost pour nous installer pour la nuit.

    L' installation, une petite douche, et nous nous sommes retrouvés dans la bibliothèque du village, gentillement mise à notre disposition, pour la cérémonie incontournable des W.E. de sorties, c'est à dire l'apéro.

    la réception

    Tout avait été prévu saucissons et chorizos avaient été prédécoupés, les boissons au frais. Si les apéros sont toujours chez les Par Chemins des moments conviviaux, celui là a été en plus très chaleureux. L'effet montagne peut-être....

    Repas dans la salle de restaurant. Cuisine familiale et honnête. 

    Petit moment de détente après le repas où l'on a vu  notre ami "Titou" disputer une partie acharnée de baby-foot

     Dimanche matin, après une nuit réparatrice et un copieux petit déjeuner nous avons repris la route à 8h00. Une petite heure de route pour atteindre le pont d'Espagne. La météo est beaucoup moins favorable que la veille mais il ne pleut pas pour l'instant.

    Départ pour Gaube

    Les marcheurs s'élancent sur le chemin caillouteux qui mène au lac de Gaube.

    la montée vers lac de Gaube

    Les non marcheurs atteindrons le même lac en empruntant les œufs puis les télésièges. Il ne leur restera qu'un petit quart d'heure de marche pour arriver au lac.

    sur les telesièges

    La montée est plus laborieuse pour ceux qui montent par le chemin. La pente est rude et les gros cailloux ne facilitent pas la marche.

    au milieu des rochers

    Il n'y a pas eu de défaillance. Tout le monde est arrivé au lac et plus vite que je ne l'avais prévu. Doit-on voir là la bonne condition physique des Par Chemins ? Certainement.

    le lac de Gaube

    Là aussi, des paysages d'une grande beauté.

    paysage

    Mais la météo se gâte, de gros nuages noirs arrivent, il se met à pleuvoir et la température chute très vite. Il faut se couvrir. 

    il pleut

    Le plus gros du groupe des marcheurs reprend le chemin du retour en empruntant le tracé de la piste de ski pour éviter de redescendre par les cailloux. Nous restons à trois pour attendre ceux qui montent par les télésièges. Ils sont en retard car la remontée mécanique n'a ouvert qu'une demi-heure après notre départ. Ils arrivent enfin et nous accompagnent au bord du lac. Il pleut toujours un peu.

    Nous amorçons la descente et le temps se dégage. Petite halte au pont d'Espagne pour  admirer les cascades et nous regagnons le car.

    belle chute

    Retour sur Argelés-Gazost pour le repas au village. En arrivant, petit passage par le bar pour respecter la tradition. Nous en profitons pour souhaiter bon anniversaire à notre amie Agnés qui fêtait ses......? On ne vous le dira pas.

    le repas

    Après le repas nous reprenons la route pour nous arrêter à Agos-Vidalos chez un souffleur de verre. Artiste et passionné l'homme nous accueille chaleureusement.

    Après nous avoir expliqué les techniques du travail du verre, les couleurs, les matières et le fonctionnement des fours, il réalise devant nous trois pièces différentes. Un vase, une carafe et une tortue.

    le soufleur

    Il travaille tout en expliquant et répondant aux questions. Les gestes sûrs donnent une impression de grande facilité mais on se rend vite compte qu'il y a des années d'expérience derrière çà. ll manipule le verre à plus de mille degrés et après l'avoir soufflé le façonne au bout de sa canne avec quelques épaisseurs de papier journal mouillées. Impressionnant.

    Après la démonstration passage par la boutique pour les achats souvenirs.

    la boutique

    Toute chose ayant une fin, nous remontons dans le car pour regagner Castets........ sous une pluie battante.


    votre commentaire
  • L'avènement de l'été scelle donc la fin de nos sorties hebdomadaires et des compte-rendus afférents.

    Le journal ne s'arrête pourtant pas, il vous tiendra au courant des sorties originales, repas et marche de nuit, marche de nuit, sortie à StSébastien etc ...Quelques histoires et photos humoristiques viendront sûrement l'égayer égalementl.

    Dans les jours à venir le diapo du printemps rejoindra la Diapothèque et René vous fera vivre la sortie annuelle à Argelés-gazost.

    L'été est donc là, mais laissons le poête...

    Voici venir juillet où tremblent les moissons

    Que la brise alanguit de lascives caresses,

    Voici venir juillet où courent des frissons

    Au dos des lacs bercés d'ineffables tendresses

     

    Voici venir l'été qui pose des diamants

    D'eau claire et de soleil au long cou de la mer

    Voici venir l'été, les rires, les serments

    Qui meurent avec lui aux premiers jours d'hiver

    J.M.Jouaret


    votre commentaire
  • Cette année nous clôturons la saison à Lit et Mixe. Départ un peu laborieux, dû au retard de nos deux Daniel qui se sont trouvés coincés entre Saint-Paul-lès-Dax et Castets,  sur les lieux d'un un accident  de la circulation. L'attente n'a pas été trop longue et Hubert qui nous a concocté ce circuit a pu nous mener au départ.

    Nous étions  25 pour cette sortie à laquelle se sont jointes 3 Péruviennes en vacance en France, et voisines de notre amie Evelyne. Je suppose que cette marche a dû paraître d'une extrême facilité pour ces dames habituées à toujours marcher en  zone montagneuse.

    le groupe

    Très beau circuit de 11 km avec beaucoup de passages en forêt de feuillus.Il faut dire qu'il est agréable en cette saison de pouvoir marcher à l'ombre

    On a même trouvé quelques girolles sous les chênes.

    Un détour d'un chemin, un très beau rucher que son propriétaire tentait de protéger en installant aux 4 coins des pièges à frelons asiatiques. Je n'ai pas eu la témérité de m'approcher de trop près pour vérifier si les pièges étaient efficaces.

    les ruches

    Un peu plus loin, alors que nous sommes sur un terrain  sec, un panneau nous indique"Marais de Contis". Peut-être y a t-il eu là, il y a longtemps, des marais?

    le panneau

    Poursuivant notre route, nous empruntons un petit chemin empierré. Je devrais dire dallé, car se sont en fait des dalles qui recouvrent ce chemin étroit.

    chemin dallé

    Un petit coup d’œil sur Google Maps m'indique que nous pourrions marcher sur le chemin de Péchine. Je n'ai trouvé aucune explication sur l'origine et l'utilité de ce chemin.

    Alors que nous approchions de la fin de notre parcours, nous avons traversé une zone de végétation luxuriante. En effet des fougères plus hautes que nous bordaient le chemins, et donnaient un petit air d' exotisme à la balade.

    au milieu des fougères

    A l'arrivée à Lit et Mixe, Evelyne nous attendait. Avec Hubert, ils avaient eu envie de nous accueillir pour l'apéritif puisque nous passions devant chez eux au retour de la marche.

    pre-apero

    C'était la dernière marche de la saison, l'idée était bonne de marquer le coup et en raison du nombre de convives, l'association a pris en charge les boissons et Evelyne nous a préparé comme amuse-gueules tout un choix de délicieux cakes au thon, au piment, au chorizzo, aux olives.

    Assoiffés et affamés, personne ne se fit prier pour faire honneur à ce succulent et rafraîchissant buffet.

    Encore merci à Evelyne et Hubert pour cet accueil bien sympathique. Ces attentions toujours appréciées sont des moments de grande convivialité. 


    votre commentaire
  • Après un septennat d'attente, l'Association Les Par Chemins a maintenant un siège. Petite précision pour ceux qui n'ont pas trop suivi l'actualité du moment, il se situe dans la Maison de la Nature. Cette dernière se trouve à l'angle de la rue du Bousquet et du Chemin de la Mousque. L'adresse postale n'est pas encore connue car on ne sait pas encore si la référence se fera rue du Bousquet ou Chemin de la Mousque.

    le siège

    Cette belle bâtisse qui abrite également l'association des chasseurs de Castets a été inaugurée vendredi 20 juin 2014. Un grand chapiteau avait été loué pour l'occasion par la Municipalité.

    la tente

    Chasseurs, Par Chemins et bien sûr toute la population de Castets étaient conviés à cette joyeuse manifestation. Ce qui fait que nous nous sommes retrouvés à plus de 200 personnes pour l'apéritif traditionnel.

    Pour la partie officielle, il y avait le Maire actuel a qui revenait le privilège d'inaugurer ce beau bâtiment...

    le meire

    l'ancien Maire instigateur du projet, le conseil municipal quasiment au complet, le Président de la Communauté des Communes, les Présidents des associations concernées et quelques officiels de la chasse.

    le élus

    Monsieur le Maire coupa le ruban tricolore tenu par deux très jeunes enfants et puis comme le veut la tradition élus et Présidents se fendirent d'un discours.Qui pour dire qu'ils étaient heureux et fiers d'avoir réussi un bâtiment aussi agréable et fonctionnel et qui pour dire qu'ils étaient vraiment ravis qu'il soit mis à leur disposition pour héberger leur associations.

    Les sentiments exprimés étaient sincères. Il aurait été incompréhensible qu'il en soit autrement.

    Petit moment d'émotion  après les discours lorsque a été dévoilé, dans la salle, le tableau réalisé par Dolores Urlacher et Jean Dabbadie ...

    les deux peintres

    en l'honneur d' Etienne Lavielle, chasseur aujourd'hui disparu, qui à longtemps œuvré et légué une certaine somme pour que soit réalisé cette maison qui à l'origine devait s’appeler Maison de la Chasse

    le tableau

    Puis, tous les convives se sont retrouvés sous le chapiteau pour l’apéritif offert par la Mairie, les Par chemins et les Chasseurs. Ces derniers proposaient quelques amuse-bouche de leur spécialité à base de sanglier qui régalèrent l’assemblée.

    l'apéro

    Il faisait très chaud, il fallait boire souvent pour éviter tout risque de déshydratation ( mais pas que...) et c'est dans une ambiance extrêmement sympathique et chaleureuse ( bien sûr!..) que la fête dura jusque tard dans la nuit.

    A signaler:

    Notre artiste-parchemineuse Lulu, a offert une jolie aquarelle qui orne également la salle d'accueil.

    le tableau

     


    votre commentaire
  • Je crois que nous avons été bien inspirés d’abandonner l'idée d'aller marcher à l'intérieur des terres, et de préférer le bord de mer. Il fait un temps magnifique en ce jeudi. A 9h00 du matin, le ciel est absolument limpide et le thermomètre affiche déjà 21°.

    Direction Moliets, sa plage  sauvage et magnifique.

    la plage

    Nous sommes 24 pour cette marche les pieds dans l'eau.

    Le groupe

    A peine arrivés sur le sable qu'il faut adapter sa tenue et commencer par enlever les chaussures qui pour  avancer dans le sable fin ne sont pas d'une grande utilité. Et puis de marcher pieds-nus  dans le sable, c'est excellent pour faire travailler les muscles profonds des cuisses.

    on se déchausse

    Il est un peu tôt, le soleil est déjà chaud et la plage déserte. La mer calme avec juste ce qu'il faut d'air frais pour atteindre cet état de bien être et de plénitude qui nous transporte ( où... je ne sais pas, mais certainement là où vont nos pas...)

    Pour éviter de se mouiller, les jambes se dénudent mais le chef se couvre. Les chapeaux sont de sortie.

    dames à chapeau

    Nous suivons donc le bord de l'eau, puisque nous faisons du longe-côte, jusqu'à Messanges et nous rebroussons chemin, histoire  de faire bronzer la face, à l'ombre à l'aller, de notre anatomie.

    bravo

      Sur le chemin du retour un pêcheur peu chanceux, qui n'avait réussi 'à prendre que quelques vives s'est vu tout à coup entouré d'une troupe d'hommes et de femmes qui le pressait de questions. Il y avait parmi eux des spécialistes de la pêche en mer, mais il y avait aussi les néophytes....... Est-ce que ça pique quand on y touche?- Est-ce que ça se mange?...... blablabla blablaba...Entonné et ravi, l'homme se prêtait de bonne grâce au jeu des questions 

    un pêcheur

    Après une si belle balade, et comme nous n'avions pas trop envie de quitter la plage, nous nous sommes retrouvés une bonne douzaine à la cave aux moules pour déguster la spécialité de la maison c.à.d. une moule frite.... ou une pizza.

    Les moules-frites

    Bien sympathique moment qu'il ne faut pas hésiter à renouveler lorsque les beaux jours arrivent.

    La photo du jour:

    Des jambes ... qui perdent la tête ...

    Les pieds dans l'eau à Moliets

     


    votre commentaire
  •  Ouf enfin! Plusieurs fois nous avons dû retarder cette randonnée pour cause de mauvais temps. En effet, les barthes, qu'elles soient de Pontonx ou d'ailleurs, deviennent vite impraticables par temps de pluie. Les barthes du gascon "barta" sont les pleines alluviales inondables longeant les cours d'eau.

    En ce jeudi, il fait un temps magnifique. A 9h00  au départ à Castets le soleil est déjà chaud.  Nous étions 26 pour cette sortie Nous savions que marcher dans les barthes par une chaude journée après une longue période de pluie, nous allions forcément être confrontés  à des attaques en règle de la part des pires ennemis des randonneurs. Je veux parler de ces "gentilles" anophèles qui nous laissent bras et jambes en feu après leurs petites ponctions.

    anophele

    Pour se prémunir certains avaient même gardé les manches longues malgré la chaleur.

    Après un départ, ce qu'il y a  de plus normal, les choses se compliquèrent un peu en arrivant au milieu des étangs.

    étangs

    La carte indiquait bien qu'il fallait longer l'Adour; mais comment retrouver la berge? Nous pensions bien qu'il fallait aller à droite mais le balisage du Conseil Général nous envoyait ailleurs.

    la recherche

    Après quelques discussions nous avons eu recours à un employé communal qui travaillait sur place et qui nous indiqua le bon passage. La petite passerelle en bois dissimulée dans la verdure......Et nous voilà sur le chemin de hallage, juste au bord de l'Adour. Adour que l'on ne voit pas beaucoup tant la  végétation est dense à cette saison.

    Nous avons pu l'admirer un peu en profitant d'un passage aménagé pour la mise à l'eau des bateaux.

    l'adour

     Belle promenade sous les frondaisons qui nous protégeaient des rayons ardents du soleil. Nous n'avons pas eu trop à nous plaindre des moustiques qui n'étaient pas virulents ce matin.

    frondaison

    A 11 heures le soleil est déjà très chaud, nous avons quitté les bords de l'Adour et nous marchons  maintenant à découvert. Nous décidons de raccourcir et de prendre le chemin en direction du village. Petit chemin que nous avions déjà pris lors de notre dernier passage ici et qui nous fait passer devant cette maison,magnifiquement fleurie.

    Maison fleurie

    La propriétaire est dehors, la conversation s'engage et très gentiment elle nous autorise à faire quelques photos.

    Le soleil est brûlant, il faut maintenant hâter le pas pour regagner les voitures si l'on veut éviter l'insolation.

    La photo du jour :

    Alors casquette


    votre commentaire
  • Par un bel après-midi de juin....nous étions quand même 29 à vouloir profiter du beau soleil de cet après-midi. Comme prévu, nous nous sommes tous retrouvés à côté de l'église de Messanges, lieu de départ de cette randonnée. Nous devrions suivre d'abord le fléchage du Conseil Général, puis faire un petit crochet vers la plage  (on ne s'en lasse pas!), et enfin marcher sur l'itinéraire de St Jacques de Compostelle qui traverse la commune de Messanges (voie du littoral). Ca, c'était la théorie et d'ailleurs tout a très bien commencé. Notre guide du jour, Jany, nous expliqua avec force gestes la présence et l'origine du nom de l'étang de Moïsan.

    jany explain

    Le groupe attentif aux explications de Jany.

    groupe ecoute

    Bien sûr, si vous les interrogez, ils ne manqueront pas de vous raconter que vers 1310, il y eut une grosse tempête. L'Adour qui sortait à Capbreton fut repoussée dans les terres et elle divagua jusqu'au quartier du Plecq, à Messanges, qu'elle élit pour sa nouvelle embouchure. Port d'Albret fut le meilleur abri de Sud de l'Aquitaine au grand désespoir des Bayonnais qui jalousaient cet avant port naturel de l'Adour. Quand en 1578, Louis de Foix détourna l'Adour, à Bayonne, l'ancienne embouchure s'ensabla inexorablement. La ville de Port d'Albret fut petit à petit abandonnée et perdit jusqu'à son nom pour devenir "Vieux Boucau", la vielle embouchure.

    Quant au Moïsan, c'était le nom d'un bateau qui se trouvait à l'ancre au fond du bassin près de Messanges et qui se trouva prisonnier du lac d'eau de mer quand l'Adour fut détournée.Il dut être abandonné sur place. Le lac de Moïsan est un vestige de l'immense rade "anglaise" d'où appareillèrent  les navires "basques" et "gascons" qui rejoignaient Terre Neuve  dès 1392 soit un siècle avant le voyage de Christophe Colomb.

    Suivez l'itinéraire du Moïsan!          

    Au bord de l'étang de Moïsan ...

    au bored du lac

    Après ce parcours historique, nous voici au sommet de la dune à contempler la plage de Messanges.

     A la recherche de ...

     La mer est belle !

    A la recherche de ...

    Après un bon bol d'air nous rebroussons chemin, mais nous n'avons jamais trouvé le croisement de la route de Messanges à la plage et du chemin de St Jacques de Compostelle. Peut-être était-ce mieux ainsi car parti à 29 nous n'étions déjà plus que 28 et certains, fatigués par le grand soleil de ce jour, commençaient à se sentir épuisés.


    votre commentaire
  • Rando ce mercredi, pour cause de fête de l'ascension.

    Ce jour ressemblait beaucoup à la dernière sortie; pluie incessante, mais moins de vent.

    Sûrement échaudé (par le froid ) la semaine passée, le lieu de départ était plutôt désert.Toutefois, nous étions six!!

    Allait on partir à Vieux-Boucau, comme prévu, de surcroît sans aucun de nos guides?.

    Bien sûr que oui ! seul membre du bureau présent, j'ai décidé de pratiquer la promenade au feeling. Soyons fous !

    Arrivés au bord du lac marin; la photo, que les générations futures contempleront ...cool

    Les six irréductibles:

    Les impénitents !

    Avec un temps pareil, allions nous être seuls? non, un groupe de jeunes paddle-boarders occupait le plan d'eau...

    paddle boarders

    un héron les a longuement observés, n'ayant sûrement jamais vu d'animaux à trois pattes...

    et bien sûr l'incontournable pêcheur tout autant irréductible que nous!

    Les impénitents !

    Direction la plage de Soustons où, au bord du chemin, nous avons admiré ce chêne-liège, travaillé à la façon d'un bonsaî par les tempêtes.

    la photo

    Arrivés sur la plage, encore des jeunes qui s'amusent... ah tiens il y a aussi quelqu'un qui bosse yes

    tractopelle et surfeurs

    Puis nous avons longé le bord de mer et traversé le courant, face au vent du nord, pour rejoindre la plage de Vieux-Boucau...

    face au vent

    Une question me taraude: qu'est devenu le l'emblématique Captain bar, qui fût autrefois le seul restaurant de la plage?

    Après les tempêtes à répétitions de cet hiver, ses fondations avaient quasiment été mises à nu. Des milliers de mètres cube de sable ont été apportès à hauteur de la terrasse sur une dizaine de mètres; il n'y aura donc plus de descente directe à la plage.

    le captain bar

    Retour par les villas longeant le golf miniature, difficile pour Fatima qui avait eu la bonne idée (selon elle) de remplir un sac de coquillages. Après l'avoir porté sur la tête, à l'africaine, Marie Claude a partagée son effort; un tel trésor!  

     Le coin détente 

    Mes camarades de l'arrière-garde étant absents, j'ai cogité, seul, sur la marche du monde.

    Ce monde où le chikungugya gagne du terrain, où les avions se crashent sans raison, où les valses Hollandaises à mille temps, n'ont qu'un temps, où l'on construit des trains plus larges que les rails ! ... où le prix de l'Eurovision...et ... les élections européennes.. et ...

    Que faire?

    Peut être çà, alors!

    l'évolution


    votre commentaire
  • Après avoir abandonné l'idée d'aller marcher dans les barthes de Pontonx, en raison des fortes précipitations de ces derniers jours, pensant à juste raison que les chemins devaient y être très boueux; nous avons pensé que la météo serait plus clémente au bord de la mer et les chemins plus praticables.

    Rendez-vous est donné sur le parking de la plage de Saint-Girons. Ciel menaçant, vent assez fort et pas très chaud mais il en faut plus pour démoraliser un parchemineur. A peine parti que la pluie s'invitait, nous obligeant à sortir les équipements ad hoc.

    photo

    Nous serons plus à l'abri dans la forêt pensions-nous.  Mais  surprise, les bûcherons étaient passés par là, déforestant d'énormes étendues. Paysage méconnaissable que cette terre à nue, laissant paraître les mouvements du terrain que la forêt, lorsqu'elle est présente, dissimule.

    dans la coupe

    Pas le moindre arbrisseau pour nous abriter sur les deux premiers kilomètres et la pluie et le vent qui soufflait. 

    Nous étions 20 pour cette sortie en ce "bel après-midi de printemps" mais pas un ne rebroussa chemin.

    Nous avons tout de même fini par atteindre la forêt avec des très jolis bois de feuillus et enfin marcher à l'abri du vent.

    le groupe

    Comme me disait un vieux marcheur,  rencontré sur les sentiers bien arrosés de Bretagne, la marche sous la pluie ce n'est pas anodin. Pour continuer il faut arriver à être en communion avec les éléments et être en accord avec soi. Cela peut être une révélation où l'on s'aperçoit que l'on éprouve du plaisir à quelque chose que l'on croyait détester.

    Pour finir cette randonnée, nous étions quelques uns à franchir la dune pour voir la mer, sentir les embruns portés par le vent et respirer l'air du large. Extrêmement vivifiant !!!!

     l'océan

    Les vagues par milliers naissent, dansent et meurent,

    C'est la grande leçon de cette immensité;

    Depuis le premier jour, et pour l'éternité,

    Les hommes sont mortels, mais les choses demeurent.

    J.M.Jouaret


    votre commentaire
  • En ce jeudi était le retour du beau temps, un ciel bleu immaculé, mais un vent de nord-est s'activant par fortes rafales, faisant ployer les jeunes pousses de seigle, mais évidemment pas le parchemineur.

    groupe dans le champ

    Nous avions rendez-vous à "labaste" où, sous la direction de Bernard, le maitre des lieux, nous avons effectué un parcours un peu modifié par rapport aux précédents.

    bernard explique

    10 km de cheminement au milieu des pins et des beaux airials, avec leurs anciennes demeures.

    demeure et son airial

    Une jeune huppe orpheline n'a pas voulu que l'on lui trouve une famille d'accueil; nous l'avons donc laissée à son triste sort.

    la huppe

    Mais la nouveauté du jour, et je vous préviens promeneurs: il vous faudra respecter "le code du chemin"!

    Le groupe a été très ralenti dans sa progression, au moment où, confronté à une circulation alternée, la moitié du groupe devait revenir pendant que l'autre partait et vice-versa

    photo

    Je ne dirais pas que cette sortie était merveilleuse, mais compte tenu de la réception à base de grands plats de merveilles, on serait tenté d'associer ce qualificatif !

    la réception

    Dieu bénit cette famille chez qui le pèlerin trouvera toujours le gite et le couvert.

    L'amitié règne au sein du groupe, n'y voyez donc là strictement rien d'autre !

    l'amitié

    Et les participants, vous voulez les voir? et bien voila! à signaler toutefois: le premier comptage donnait 29, le second 30 et le dernier 31 !

    le groupe

    La photo du jour :

    Parti à la découverte de la ville éternelle, 6 parchemineurs sont à Rome, alors qu'ici, deux sont arums.

    arums


    votre commentaire
  • J'en vois certains qui ont déjà les yeux qui brillent et qui se disent: " Comme on le connait, il va nous faire un diapo avec de superbes gonzesses, genre Play-Boy "

    Pas du tout! un diapo certes, oui avec des superbes poules, mais à plumes !

    Ce mercredi faisait partie des sorties sur la journée, trop rare au goût de beaucoup, où nous enrichissons notre esprit, tout en cultivant notre forme.

    Nous avions rendez-vous au conservatoire avicole de Puyobreau.

    l'entrée

    Un parc très arboré en feuillus denses, au vert éclatant, conséquence d'un terrain très humide enrichi en permanence par les déjections des volatiles. Et surprise, un arbre impressionnant, inconnu de tous, 4.5m de circonférence! séculaire dirons beaucoup,

     Et bien non, à peine 39ans! il s'agit d'un "Pterocarya du Caucase" arbre à croissance très rapide mais d'une qualité inexploitable; bois léger et friable.

    photo arbre

    Monsieur et Madame DUBUC ont créés ce magnifique espace, dans leur passion de la nature et de sa diversité, a contrario de la tendance à vouloir créer des races au rapport certain. Ils font partie de ces gens qu'un jour les générations futures remercieront avec un profond respect.

    Monsieur Dubuc

    Ils collectionnent donc, surtout, toutes les races de poules qui n'ont pas disparues, plus de 130, et assurent leur survie en perpétuant chaque espèce.

    description du lieu

    Un diaporama, non exhaustif, de la collection:

     Malgré l'enthousiasme général, l'heure et les estomacs appelaient à se restaurer, ce que nous fîmes au lac de Christus.

    tous à table

    Puis la rando, avec un départ au joli plan d'eau des Abesses.

    photo

    9 km à parcourir, avec un but; le plus que séculaire chêne de Nerthe, qui a perdu, avec une grosse branche, une partie de sa superbe ...

    le chêne

    il n'en demeure pas moins que, malgré ses 700 ans, les femmes l'embrassent avec toujours autant de passion !

    ce sera la ...

    Photo du jour :

    bise arbre


    votre commentaire
  • Lors de notre sortie à Lévignacq, où certains, à la vue d'un magnolia soulangeana, se sont écriés:" oh le beau tulipier!", j'avais dit que lorsque les vrais tulipiers seront en fleurs je vous montrerai la différence.

    Le magnolia soulangeana est un hybride, croisement de Magnolia denudata et Magnolia liliiflora, au printemps, avant les feuilles il se couvre de fleurs ressemblant à des tulipes.

    photo

    A contrario, le vrai tulipier (liriodendron tulipifera) produit des tulipes, très rustiques, seulement après l'apparition des feuilles. Il est originaire de Virginie d'où son appellation : Tulipier de Virginie. L'exemplaire ci-dessous est présent dans ma propriété.

    Le tulipier


    votre commentaire
  •  Il faisait si beau en ce mercredi, jour inhabituel de randonnée pour les Par Chemins, que je ne pourrais vous dire combien nous étions; mais au moins 25 c'est sur.

    D'abord trouver l'entrée du parking de la plage puisque celui des camping-cars est maintenant fermé par une barrière de péage. Technologie et rentabilité obligent. Après salutations et palabres de coutume nous prenons le départ. Sur la dune nous remarquons une maison aux lignes résolument modernes.

    la photo

    Au départ, l'itinéraire emprunte la piste cyclable qui longe le CD 41 en direction de Saint-Julien-en-Born. Premier arrêt à la sortie de l'agglomération sur le Pont Rose qui enjambe le courant de Contis. Et comme d'hab. chez les Par Chemins quand il y a un pont il y a photo.

    le groupe

     Retour sur la piste cyclable, mais très vite nous lui préférons le petit chemin en contre-bas, bien plus agréable dans la verdure et plus éloigné de la route.

    photo

    Ce petit chemin nous permet d'aller voir la fontaine de Sainte Marie Madeleine dont j'ignore les vertus

    A Contis-Vieux tout le monde traverse la route pour escalader "le tuc" qui doit nous mener dans la forêt. La pente est assez raide mais pas trop longue. Juste assez pour un bon échauffement musculaire.

    photo

    Au sommet, une très belle vue sur la forêt. Mer de verdure qui ondule à l'infini et le phare de Contis qui émerge de la dernière vague verte sur fond d'océan.

    photo

    Si la pente était raide, la descente l'est tout autant. Mais c'est bien plus facile de se laisser aller sur un chemin sableux et souple pour regagner le chemin tout en bas..

    A la halte suivante, une immense tas de souches, stigmate des dernières tempêtes forme une insolite sculpture dans cet écrin de forêt. De la bio-masse disent les écologistes.

    tas de souches

    C'est à mi-chemin que nous avons eu les grandes surprises et rencontrés d'étranges personnages.

    Sa seigneurie "Roberto Contis di Pharo" roi de la Gasconnie du littoral qui, à l'instar de Louis IX qui rendait la justice sous son chêne, lui l'a rend dans son chêne.

    le roi robert

    Et Jean-Marc qui, dans un effort surhumain, comme Atlas soulevant le monde, retient cet énorme chêne pour éviter à son ami José une chute qui aurait pu lui être fatale.

    la photo

    Rassurez-vous, la justice a été rendue avec une grande équité et José s'en est sorti indemne.

    Encore quelques ascensions dans le sable mou et nous retrouvons la piste cyclable qui nous ramène à Contis-plage.

    La balade se termine par une petite halte au pied du majestueux phare de Contis avec ses 41,5m de haut. Construit en 1863, à mi-chemin entre Biarritz et Arcachon, les murs sont en garluche. La lampe à l'origine fonctionnait à l'huile de colza,  puis à l'huile de baleine et au pétrole avec une portée de 80 km. Pour atteindre la lampe il faut gravir un escalier en fonte de 183 marches.

    A l'origine il était tout blanc. C'est en 1937 qu'il a été orné de deux bandes noires en forme de double vis d'Archimède par le peintre Bellocq.

    phare de Contis

    Petite info pour finir: Le phare de Contis peut être visité à partir du 1er mai.


    votre commentaire
  • Jeudi 24 janvier, non pardon avril. C'est vrai que cette mâtinée ressemble beaucoup à celles que nous avons eu cet hiver, avec le même questionnement récurrent: va t'il cesser de pleuvoir cet après-midi? 20 ont répondu oui.

    le groupe

    Et ils ont eu raison, même si nous avons eu droit à un petit rafraichissement de 10 mn. Il faisait donc très bon pour se promener.

    Promener est le terme approprié pour qualifier cette sortie. Une dizaine de km agrémenté de haltes relativement longues.

    Direction un petit village situé pas loin de DAX, Angoumé. Ah bon ça existe? ben oui !

    Peu le connaissait et pourtant c'est le village où vécut le célèbre compositeur René d'Avezac de Castéra,  né à Dax en 1873 et mort à Angoumé, en 1955.

    La demeure est considéré comme le "château d' Angoumé" où demeure toujours Luc d'Avezac de Castéra, fondateur et directeur de la société " LES BARTHEX".

    le château

    Circuit du Conseil général, peu attrayant a priori car des pins, toutefois le village est logé en partie sur le massif de la forêt landaise, et en partie sur la zone des Barthes de l'Adour qu'il surplombe. On trouve donc vers le sud-ouest de vastes étendues de pins, le chemin emprunté est surélevé et nous voyons de chaque côté une très longue cuvette où foisonne la tourbe, la rando est d'ailleurs appelée: Circuit des tourbières, et en descendant vers l'Adour, une végétation plus variée, composée essentiellement de chênes.

    la vallée

    Progression relax donc, nous nous arrêtons très vite, premières vidanges, d'autres ne pouvant à la fois parler et marcher no

    groupe arrêté

    Un petit ruisseau, le laboudigue, un lavoir restauré où l'on ne lave plus rien depuis bien longtemps et qui devient donc un "à voir".

    ruisseau et lavoir

    Ces petits villages sont très prisés, les urbains venant y construire leur résidence, charmante et fleurie.

    maison

    Sa floraison est maintenant à son apogée, de superbes asphodèles.

    les  asphodèles

    Et nous terminons devant  l'église caractéristique de ce village où, dans l'herbe, se trouve de minuscules pieds d'orchidées.

    parc autou église

    Le poête ...

    "Oui, je suis ainsi fait; sensible et frémissant,

    Toute peine d'autrui m'est une déchirure

    Et je garde toujours en mon coeur la blessure,

    Amis, de tout chagrin qui me griffe en passant

     

    Que nul ne me connait, même pas moi sans doute,

    Et surtout pas les gens dont je suis familier,

    Je ne me confie pas; je suis singulier,

    Solitaire et blessé, que l'amitié envoute."

    Jean-Marie Jouaret

    Dorénavant, vous trouverez, parfois, dans mon compte rendu, une strophe ou deux, tirés de son livre; "Un peu des Landes, un peu de moi", de notre poête local expatrié depuis longtemps à Paris ...

    A la découverte du poête


    votre commentaire
  •  C'est je pense le plus classique de nos circuits, donc pas une nouveauté. Mais il faisait très beau ce jeudi et nous étions 28 pour cette balade, dont une nouvelle adhérente: Marie-Claude.

    la photo

    Départ à pied de notre "point de rendez-vous habituel", tel qu'il est souvent dit dans les mails du mercredi. Jany qui mène le groupe nous fait faire un petit crochet. Très certainement pour utiliser au maximum les zones à l'ombre car le soleil chauffe dans le ciel.

    Halte quasi traditionnelle au lieu-dit "Les Arraouts" qui nous permet d'admirer le travail des artisans qui rénovent une grange et de revoir le magnifique four à pain.

    le four et la grange

    Le photographe grave pour la postérité l'image dans les pixels.

    La descente vers le Moulin de Barrère est très agréable à l'ombre des feuillus ...

    la descente

    et en bas le bruissement du ruisseau très rafraichissant incite à la pause et la rêverie.....

    le ruisseau

    Mais il faut continuer pour atteindre le prochain ruisseau.

    A la sortie de la vallée de l'Escurion, les ajoncs en fleurs jaunes offrent un très joli spectacle.

     les ajoncs

    Dans la coupe rase que les ajoncs ont couvert d'or, les petits points colorés ne sont pas des fleurs mais les Par Chemins qui avancent.

    ajoncs et parchemineurs

    En arrivant à Couyunte, petite pose à l'ombre. Avec la chaleur qu'il fait, il est bien tentant d'aller se rafraichir dans l'eau.

    la pause

    Toutefois, une question se pose allons-nous pouvoir marcher le long du ruisseau, au fond de la vallée. Cet hiver, le chemin était dégradé, quasiment impraticable.  Franchissons le pont, nous verrons bien!

    passage sur le pont

    Le printemps chaud et sec a asséché les berges et nous pouvons profiter du très beau spectacle que nous offre les méandres du ruisseau.

    le ruisseau

    Nous avons même rencontré un petit fox-terrier qui s'évertuait à aller chercher dans l'eau le bâton que sa maitresse lui lançait et il lui fallait nager très fort à contre courant pour revenir.

    photo

    N'avait-il pas fini après bien des efforts pour remonter sur la berge avec ses courtes pattes ...

    photo

    que le bâton était relancé loin dans l'eau et toutou replongeait.Tel maître, tel chien......

    Sortie par la héronnière, où nous ne voyons aucun héron. Et pour cause, ils devaient certainement être occupés à calmer leur appétit aux abords de la pisciculture

    Avec tout çà, on ne s'est même pas rendu-compte que l'on avait parcouru un peu plus de 12 km.

    L'événement:

    Après Moïse, voici René, sauvé des eaux au péril de Salvi.

    la photo


    votre commentaire
  • Le diaporama de cet hiver est dans votre Diapothèque. Il s'intitule : Où est tu hiver ?

    L'accompagnement musical est composé de deux chants tirés du dernier CD d'ALBÈS *

    Cet auteur-compositeur est un farouche défenseur de la langue occitane, tous les chants sont donc dans cette langue.

    Ecoutez bien ça vient des tripes !

     

    * ALBÈS de son vrai nom: Alain Bessiere est le frère de notre ami parchemineur Hubert.


    votre commentaire
  • Par un bel après -midi de printemps....c'est vrai qu'il faisait rudement beau et nous avons décidé d'aller voir le printemps en forêt. Non pas notre forêt de pins qui change peu d'une saison à l'autre, mais la forêt de feuillus juste quand les petits bourgeons éclosent. La lumière était merveilleuse. Jugez-en par vous-même:

    .un peu surexposée. Dommage!

    une chute d'eau: paysage dont nous n'avons pas l'habitude. Cela vaut bien une petite halte!

    Tout cela nous l'avons découvert sur la petite commune de Louer, à l'est de Pontonx.

    Le clocher de l'église nous attendait fièrement et c'est de là que nous sommes partis pour notre randonnée.

    Nous avons décrit un grand cercle autour du village, reliant divers lotissements et zones agricoles entrecoupées de zones boisées. En tout  un peu plus de 8 km, un petit parcours aujourd'hui, sans difficulté particulière.

    Il y eut quand même quelques passages "humides", quelques pieds mouillés mais pas de chute notoire!

    et un passage épique pour franchir un fossé. Merci Jany d'avoir mis un bâton en travers.

    Malgré tout, heureusement qu'il y avait José. Rien de tel qu'un bon coup de main pour surmonter la difficulté.

    Le groupe, fier d'avoir surmonté ses angoisses, se retrouve pour poser pour LA photo sur le pont au dessus du Louts.

    photo groupe

    Si nous comptons bien, nous étions 31 (30 le groupe+le photographe) et si nous avons dépassé la barre des 30 c'est grâce à l'arrivée dans le groupe d'un autre Daniel. Bienvenu à toi, Daniel; nous sommes heureux de partager avec toi les émotions du chemin.

    Daniel

    Pour être bien vu dans le groupe, Daniel avait mis son T-shirt bleu. Vous ne pouvez pas le rater sur la photo. Mais attention, il n'a pas de bombe de peinture rouge à la main. Ce qui est, à n'en pas douter, la caractéristique de notre ami Jean-pierre!

    Avant de se quitter, le coin botanique:

     il s'agit de l'asphodèle et, le coin zoologie:

    <

    il s'agit ici d'une jeune tortue d'eau douce: la cistude d'europe. Malheureusement, celle-ci a vécu son dernier printemps.

    Retour vers 16h30. Avant de regagner les voitures, un petit tour s'imposait pour voir l'église de plus près ainsi que le curieux petit édifice en avant du mur du cimetière.

    Bon retour à tous

    La photo du jour :

    sauterelle sur aphodelle


    votre commentaire
  • Il a plu toute la matinée et l'on commençait à nouveau à se demander si l'on allait partir, d'où une petite valse hésitation.

    Mais c'était la semaine de la valse (voir aussi le coin détente).

    Le nombre de parchemineurs présents, 18, nous imposait de maintenir la sortie.

    Direction Lévignacq pour la seconde fois de l'année, pour un parcours un peu modifié, mais pas forcément maitrisé

    Dès le départ un petit regard vers le superbe magnolia soulangeana, que pratiquement tout le monde appelle tulipier, lequel arbre, liriodendron tulipifera, est vraiment différent. Lorsque ces derniers seront en fleurs, je mettrais un cliché pour bien faire la différence.

    le magnolia

    Si les chemins avaient commencés à sécher, les dernières pluies avaient fait réapparaitre les flaques ...

    photo

    et réalimenté les lagunes.

    lagune rempli d'eau

    Conséquence de cette humidité permanente, la forêt est recouverte de mousse.

    photo

    Ah voila que Bernard et Daniel s'arrête au bord de ce petit ruisseau; l'un pense voir du cresson, mais comme le spécialiste de cette salade, Hubert, n'est pas présent, la discussion est restée ouverte.

    le cresson ?

    La première halte destinée à faire recoller au groupe certains et à vidanger pour d'autres, a permis de prendre la photo du groupe.

     photo du groupe

    Après avoir cheminé dans les sous-bois sous une légère bruine, notre progression nous a mené sur la piste cyclable.

    Et c'est là que se situe le fait du jour: aucun pin n'indiquait à quel moment il fallait tourner à droite et la pluie s'est intensifiée ...

    Lévignacq bis ...

    après avoir consulté et consulté à nouveau le plan et effectué 2km en plus, nous avons fini par prendre le bon chemin et retrouvé les signalisations du Conseil général.

    Lévignacq bis ...

    Notre théoricien, Françis, a suggéré qu'une personne mal intentionnée aurait déterré le pin indicateur pour le replanter 200m plus loin !

    Onze km parcourus, humidifiés et contents, nous avons repris nos véhicules pour retrouver nos foyers, à l'abri des fortes averses qui ont suivis.

     

      LE COIN DETENTE

    Mardi aussi nous avons assisté à une valse, mais pas d'hésitation ..

    non une Valls à plusieurs temps, le pas principal, angoissant pour beaucoup était, Taubira ou Taubira pas et finalement Taubira

    Rebsamen, comme disent les chrétiens

    Et au final une Valls Royal !

    Dis Daniel est ce que ce monde est sérieux ?

    Avec un Président qui a un nom de fromage, rien n'est moins sûr !

    On murmure qu'il va créer le quinquennat de la femme ...

    Ah bon, il va y en avoir d'autres ?


    votre commentaire
  • Ils avaient quittés pour quelques jours la bruine et les chemins inondés de nos Landes. Nadine et Jean-Pierre depuis Châtel, la jolie petite station familiale limitrophe de la Suisse, les portes du soleil, où travaille leur fils, vous propose ces quelques clichés:


    votre commentaire
  • La rando des tulipes fait partie des incontournables de nos plannings. Un champ de tulipes est un spectacle magnifique, comme une œuvre d'art aux couleurs flamboyantes. Gigantesque tapis aux couleurs infinies posé au milieu de la forêt.

    le champ

    Mais voilà pour profiter de ce très beau spectacle plusieurs conditions sont à réunir. Il faut d'abord savoir où se trouvent les champs, car pour éviter les pillages les lieux de plantation ne sont pas ébruités. Il faut ensuite choisir le bon moment pour s'y rendre. Attendre qu'elles soient toutes fleuries. C'est ce qui fait le charme du tableau. Enfin, pour profiter de toute la beauté du spectacle il faut du soleil et une belle lumière. Cette dernière condition n'est pas la plus facile à réunir car c'est au mois de mars que les tulipes fleurissent dans les Landes.

    Les conditions météo étaient bien mauvaises en ce jeudi matin. Une amélioration était annoncée pour l’après-midi mais à 13h00 il pleuvait encore. Angoisse... Peut-être n'y aura-t-il personne au départ? Fallait-il annuler ou retarder ? Mais il y a un risque à reculer la date de cette rando car les tulipes ne restent pas longtemps fleuries dans les champs. Les fleurs sont assez rapidement coupées pour faire profiter les bulbes.  En effet, ces plantations ne sont pas destinées à produire des fleurs mais des bulbes pour une firme hollandaise.

    je me suis plantée

    Le temps des tulipes est comme celui des cerises il ne dure pas longtemps.

    Dès 13h00, le ciel a commencé à s’éclaircir. La pluie a cessé et lorsque nous nous sommes retrouvés au point de rendez-vous le soleil y était aussi.

    Nous étions 22 pour cette sortie sur un circuit de 11 km qui fait le tour du village de Herm et nous conduit jusqu'au champ de tulipes.

    Un circuit assez classique en forêt Landaise et malgré les pluies de ces derniers jours les chemins étaient en assez bon état si l'on excepte un petit passage un peu délicat.

    C'est sous un ciel chargé de nuages que nous sommes arrivés au champ de tulipes, mais de belles éclaircies nous ont permis de profiter du magnifique spectacle.

    photo

    Et bien entendu pour sacrifier à la tradition nous avons fait la photo souvenir.

    le groupe

    Des tulipes déjà cueillies et abandonnées sur le bord du chemin ont fait le bonheur de ces dames qui ont pu se constituer des bouquets.

    bouquets

    Pendant ce temps J.P. scrutait le ciel. Qu'y cherchait-il?  Cela restera un mystère........

    la photo

    Nous avions encore la baraka, pas une goutte de pluie et  plus nous avancions plus le ciel se dégageait. C'est sous un soleil radieux que nous avons terminé cette balade.

    photo

    L'événement de la semaine:

    Présent dans certaines mythologies, généralement absent de l'ère moderne, nos parchemineurs, à leur stupéfaction, ont fait la rencontre du croisement entre un chêne et un être humain ...

    la photo

    Vraiment surprenant !!


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique