• Même quand le temps n'y est pas, le tour du lac d'Hossegor reste d'une étonnante beauté.

    Aujourd'hui c'était marée basse, gros coefficient et c'est un lac presque totalement vide qui s'offrait à nous. Impressionnant, presque plus d'eau, les parcs à huitres totalement découverts.

    parc à huitres

    Quelques cormorans impassibles, comme échoués sur les bancs de sable, attendaient que la marée remonte pour reprendre leurs plongées, en de longues apnées de chasse sous-marine.

    Quelqu'un me disait, on pourrait faire la traversée à pied tellement le lac est vide..

    La mer s'était calmée et sur la jetée les pêcheurs avaient repris leurs places. Les bateaux reprenaient le chenal en direction du large. Les marins répondaient-ils à l'appel de la mer ou tout simplement au besoin de gagner leur vie et satisfaire l'insatiable appétit des consommateurs friands de poissons frais. Les deux sûrement....

    chalutier remonte le chenal

    Comme il ne faisait pas trop froid nous avons eu envie d'aller jusqu'au bout de la jetée. Combien d'entre nous ont du se dire qu'il ne devait pas être bon se trouver là au plus fort de la tempête.

    Hossegor la jetée

     Etait ce à cela que pensait ce promeneur immobile au pied de la statue de la vierge et qui semblait implorer sa protection pour les gens de mer?

    Beranrd et la vierge

    Les déchets laissés sur le sable nous montraient combien la mer s'était déchainée ces derniers jours projetant ses vagues furieuses très loin sur les berges.

    déchets sur la plage

    Dans les rues des quartiers situés entre lac et mer les mimosas sont en fleurs. Gracieux bouquets de soleil qui embaument l'atmosphère et enchantent le regard.

    les mimosas

    Le retour sur les bords du lac, coté ouest, la plage blanche sur fond or des mimosas en fleurs est déserte, puis c'est le défilé des magnifiques demeures du bord du lac.

    bord du lac ouest

    La magie c'est que cette balade offre des spectacles dont on ne se lasse pas.

    Juste parce que nous avons l'habitude de le dire: nous étions 27 pour cette sortie fleurie.

    Et s'il n'en reste qu'un, ce sera celui là !

    Kite surfer alone on the beach

    * * * * * * *

    Photo de Daniel

     

     

     

     

     

     

     

    Joëlle commence une partie de golf.
    Elle frappe sa balle et voit celle-ci heurter un homme qui joue son parcours pas loin d'elle.
    Elle le voit mettre immédiatement ses mains serrées entre ses deux jambes et tomber au sol.
    Elle se presse d'aller le voir.
    Il est tordu de douleur au sol dans la position foetale.
    Elle lui demande pardon et lui explique ensuite qu'elle est physiothérapeute et qu'elle sait qu'elle pourrait diminuer sa douleur s'il la laissait faire.
    Oaouooh....Nnooon...Non... Ce n'est pas nécessaire, tout va aller pour le mieux tout à l'heure, dit-il avec le souffle court.
    Mais elle insiste pour lui faire un traitement et finalement il se laisse faire, elle lui enlève les mains d'entre les jambes, ouvre son pantalon et place ses mains à l'intérieur en le massant délicatement...
    Après quelques minutes, elle lui demande :
    Comment vous sentez-vous ?'
    Ça fait du bien, mais j'ai toujours mal au pouce!'...

     


    votre commentaire
  • Robert et Jocelyne m'ont envoyé ce magnifique diaporama. 

    C'est éblouissant, d'une beauté presque irréelle et cela doit être partagé !!! Bravo à l'auteur.

    Cliquez sur la double flèche >> pour lancer le diapo.

    PS: Le chargement est un peu long, mais vous serez récompensé.

     


    votre commentaire
  • Dans une semaine d'un temps exécrable, nous avons encore eu, en ce jeudi, une fenêtre de beau temps comme dise les navigateurs.

    Toujours est-il que nous étions 26 à nous lancer sur ce très agréable circuit  de 11 km qui nous fait faire le tour du village d'Azur. Sur le parcours  nous avons pu voir un ancien lavoir très bien restauré.

    Lavoir restauré

    Dans un enclos un jeune ânon qui voulait jouer " A dada sur mon baudet" avec sa "maman",

    anon

    faire une halte au" Pont du Loup" et admirer les villas de style moderne plus belles les unes que les autres au quartier Peyroux.

    Maison moderne

    Si le ciel a été clément et nous a permis de faire notre randonnée sans la moindre goutte d'eau, il n'en était pas de même pour les chemins que les pluies incessantes de ces derniers jours avaient rendus très spongieux par endroits et avaient laissé d'énormes flaques qui compliquaient un peu la progression et ne facilitaient pas la marche de ceux qui n'avaient pas opté pour des chaussures étanches.

    Chemin gorgé d'eau

    * * * * * *

    Il y a quelques années, sur France 2, vous avez pu suivre l'émission:"Alain Decaux raconte". Ce formidable conteur nous a fait partager avec passion et quel talent, l'histoire de notre beau pays.

    En Parcheminie nous avons également un conteur, il se trouve le plus souvent en queue du groupe avec les agitateurs d'idées.

    Chaque jeudi, il raconte une nouvelle histoire, mais peu l'entende, d'où l'idée de la partager ici.

    Evidemment elles ne sont pas toutes publiables et donc vous ne trouverez cette rubrique qu'aléatoirement !

    Elle s'intitule :

    Daniel raconte

     

     

     

     

     

     

     

    " La différence entre les besoins sexuels d'un homme et les désirs d'une femme m'a toujours sidéré.
      Au lit, l'autre soir avec ma femme, la température montait rapidement. 
      Au moment de passer aux choses sérieuses, elle m'arrêta et me dit : "Non, mon amour, je ne me sens pas bien..."
      Puis elle ajouta : "Je n'ai pas spécialement envie, je voudrais juste que tu me tiennes dans tes bras.  Tu n'es pas assez en phase avec mes besoins émotionnels de femme pour que j'aie envie de satisfaire tes besoins sexuels d'homme !"
      À mon regard ébahi, elle enchaîna : "Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je fais pour toi au lit."
      Comprenant que rien ne se passerait ce soir-là, je n'insistai pas et je m'endormis.  Quelque temps après, comme j'avais des congés à récupérer, je décidai de passer une belle journée avec elle.
      Après un dîner dans un petit restaurant sympa, je l'emmenai dans un grand magasin de mode où je l'invitai à essayer divers vêtements sous mon regard intéressé.
      Pendant un long moment, elle essaya tout ce qui tombait sous ses yeux et parada devant moi comme une star.
      Finalement, deux robes retinrent spécialement son attention.  Comme elle ne savait pas se décider, je lui laissai entendre qu'elle prendrait bien les deux.
      A l'étage suivant se trouvait le rayon des chaussures.  Une paire neuve par robe semblait indispensable.  Une jolie paire de boucles d'oreilles lui faisait de l'œil, hop, dans le panier!
      Croyez-moi, ses yeux brillaient de plus en plus!!!
      Je la connais, je voyais monter en elle une forme d'excitation indescriptible.
      Elle voulut même me tester, voir jusqu'où j'irais, car elle s'intéressa aux bracelets de style tennis.... Je répondis oui.
      Puis il y eut quelques paires de bas, de la lingerie, un foulard, les rayons parfum et maquillage et quelques bricoles.
      Finalement, elle me regarda avec des yeux pétillants comme du champagne et dit : "Ça va être cher tout ça, on passe à la caisse quand?"
      Je répondis : "Non, mon amour, je ne me sens pas bien..."
      Son visage devint béat d'étonnement et sa bouche resta ouverte.
      Je lui dis alors : "Je n'ai pas spécialement envie, je voulais simplement te voir habillée ainsi.  Tu n'es pas assez en phase avec mes capacités financières d'homme pour que je puisse satisfaire tes désirs d'achats de femme."
       Et comme elle me regardait avec des yeux assassins, j'ajoutai : "Je voudrais que tu m'aimes pour ce que je suis et non pour ce que je t'achète! "
      A défaut d’orgasme, putain, que ça m’a fait du bien."


    votre commentaire
  • La sérénité nous l'avions dès le départ, mais il est vrai qu'en passant devant cet endroit isolé de tout, dont la maison se nomme "la sérénité", et dont le paysage vallonné, avec ce charmant petit ruisseau, est propre à retrouver ce sentiment.

    Linxe par la sérénité ...

    Cette promenade démarrant sous un fin crachin s'est terminée de même, la majorité du temps il faisait très doux incitant les moins frileux à se découvrir. Nous étions 27, et il se vérifie qu'à chaque sortie, quelque soit le temps, le nombre de participants est en hausse sensible par rapport aux années précédentes.

    Linxe par la sérénité ...

    Le départ, par cette route qui longe la piste cyclable et borde un quartier très agréable, nous permet de voir de belles demeures dont cette maison typiquement Landaise, restaurée certes, mais dont l'ossature bois date certainement d'un bon siècle.

    maison Landaise

    * * * * * *

    A l'instar de JPS pour Taller, notre amie Myriam, néo-Linxoise, pour nos internautes de langue Espagnole et pour tous les amoureux de la langue de Cervantes nous parle de LINXE !

    Myriam

    " Parece ser que tengo que hablar de Linxe ¿Qué puedo decir?

    Linxe es un pueblo francés situado en las Landas tranquilo y agradable de vivir. Hay dos teorías para explicar el origen del nombre de Linxe. La primera sería que Linxe proviene del nombre científico “Linsa” que significa hierba de los pantanos y la segunda viene de “Lino” debido a los tejedores. Escogéis la que mas os guste.

    ¿Qué puedes encontrar en Linxe? Tenemos una iglesia fortificada, una sala de fiestas, un colegio, el rugby y cuatro riachuelos: le Loupsat, le Binaou, le Lasalle y le Caouelette.

    ¿Qué se puede hacer? Como en todo pueblo landes hay el torneo de belote, le loto, el rugby y los paseos por los bosques y circuitos de bicicleta. La vida nocturna de Linxe no es tan agitada como en España. Puedes encontrar un poco de “movida” en el “Hotel du Centre” o en “Les deux ânes” pero… sólo durante las fiestas patronales a mediados de noviembre."

     


    votre commentaire
  • C'est par un temps incertain que 23 parchemineurs ont pris la route pour se rendre à Saint-Girons bourg, au pied de l'église départ de notre parcours.

    Incidemment je posais la question: Girons pourquoi, et sanctifié par qui?. Personne ne m'ayant donné la réponse, j'ai cherché et j'en profite une nouvelle fois pour enrichir notre culture.

    Peu de réponses, toutefois de Saint il n'y en a point, girons étant le nom du bourg depuis son origine. Bourg qui fut relié à celui de Vielle pour donner entre 1790 et 1794 le village de VIELLE SAINT GIRONS. Quant à l'adjectif saint il est à prendre, sûrement, dans le sens de sanctuaire, donc inviolable. Saint-Girons était au XIII ème siècle une sauveté.

    Ce parcours très vallonné, normalement puisqu'il ne s'agit ni plus ni moins que du prolongement dunaire, est assez sportif de part la répétition permanente des montées et descentes.

    La montée

    A l'arrière où se trouve toujours un groupe d'agitateurs d'idées, d'aucuns ont suggérés de faire le parcours dans l'autre sens !

    Des nuages nous avons eu, succédant à des averses, et des périodes ensoleillées donnant avec les déclivités du terrain et le fleurissement précoce des ajoncs, une impression de variété permanente.

    Les ajoncs en fleur

    Nous avons trouvé qu'ils allaient très bien ensemble ... alors nous les avons élus ...

    Le couple de la semaine:

    Le couple de la semaine


    votre commentaire
  • Un début de semaine qui commençait mal. Un ciel gris et bas, une pluie fine et glacée.Tout cela ne laissait présager rien de bon pour jeudi. Hé bien non ! Jeudi a été la seule belle journée de la semaine. Un soleil radieux, un ciel dégagé et même s'il faisait un peu "friscounet" c'était un temps idéal pour une belle balade.

    Nombreux étaient ceux qui avaient envie de se dégourdir les jambes et de chasser la grisaille des ces derniers jours en profitant  des rayons bienfaisants du soleil. En effet nous étions 39 au départ de cette rando, prés du kiosque à LESPERON.

    Un agréable circuit qui par une double boucle autour du village nous amène à la source Saint-Jean dont l'eau aurait la particularité de soigner les maladies de peau. Mais voilà, pour approcher cette source aux vertus thérapeutiques il ne faut savoir garder son équilibre sur les planches très glissantes de l'allée qui y mène. Et bien sûr il y eu chute. Heureusement sans gravité.

    Le retour vers la village, le long du ruisseau du bourg, dans une forêt de feuillus offre de beaux paysages.

    Le long du ruisseau

    La surprise se situe à l'arrivée à Lesperon. Une magnifique bambouseraie qu'il faut traverser pour rejoindre le village. Un petit air d'exotisme, la chaleur en moins.

    Les bambous de Lesperon

    Les dieux de la marche étaient encore avec nous. Espérons qu'ils recommenceront tous les jeudis.

    La photo de la semaine :

    La fille du père Noël


    votre commentaire
  • Voila le genre de sortie apprécié par les parchemineurs, une rando un peu raccourci, 8km pour ce jour et la dégustation de galettes des rois ensuite.

    Nous étions largement plus de 30 ! alors l'ajout de dégustation de pâtisseries, avec en plus ce jour un bon vin chaud, facteur incitatif ? la question reste posée !

    Ce parcours nous conduisait à Billaranque, et retour après Pascouaou par un chemin longeant la route menant à Uza.

    Depuis quelque temps le départ est assez rapide, et au bout d'un km certains avaient déjà vu le bout du tunnel !

    le bout du tunnel

    D'un temps légèrement incertain, nous sommes passés à un chaud soleil incitant à se dévêtir, lors de la première halte sur le pont de notre nouvelle autoroute ...

    du soleil!

    malheureusement d'assez courte durée, le vent s'est levé, le ciel s'est assombri sur l'ouest, une légère bruine a commencé à tomber et s'est intensifié jusqu'à notre arrivée à la grange du Barrat.

    ça y est il pleut !

    Il faut signaler que nous prenons toutes les garanties pour assurer la sécurité maximum à nos marcheurs. Lors des traversées de route, Jany règle la circulation avec ses feux tricolores portatifs ...

    arrêt au feu

    Enfin à l'abri nous avons pu goûter à ces galettes, et nous réchauffer de ce délicieux vin chaud dont Gégée garde jalousement le secret.

    La galette ayant rendu son verdict, c'est donc Francis qui sera notre nouveau Roi ! d'aucun prétend qu'il s'agit de la réincarnation de Louis XI, sans les lunettes et la moustache peut être !

    le roi est mort ... vive le Roi


    votre commentaire
  • Le diaporama du dernier trimestre 2012 vous attend dans votre Diapothèque.

    Il s'intitule : L'automne par tous les temps

    Bon surf !


    votre commentaire
  •  NOUVEAU 

    Une nouvelle page vient enrichir notre site. Elle se trouve dans la rubrique " A voir et savoir".

    C'est "VOYAGE ...VOYAGES". Elle est destinée à ceux qui souhaitent partager leurs souvenirs de vacances par un diaporama.

    Nadine et Jean-pierre rentrent de la Réunion et Rodrigues, ils inaugurent et vous proposent donc de partager leur périple.

    Vous désirez suivre leur exemple ... n'hésitez pas à me contacter !


    votre commentaire
  • Nous étions 21 pour cette balade, très certainement la dernière de notre existence si l'on en croit les prédictions de certains "ésotérospécialistes" de l'histoire précolombienne qui nous prévoient l'Apocalypse pour demain. Nous verrons bien......

    Peut-être allons nous nous perdre dans l'espace-temps intersidéral et être engloutis dans un gigantesque trou noir indétectable par nos satellites, télescopes et radars les plus sophistiqués

    En attendant il faisait beau et doux cet après-midi. Un très joli circuit dont Hubert...

    hubert le guide

    notre guide du jour a la secret et qui permet de rappeler que les Landes ce n'est pas que des pins et des chemins tout plats.

    Pour nous mettre en bouche pour les fêtes, les haltes ont été mises à profit pour déguster quelques chocolats.

    dégustation de chocolat

    Sur le chemin du retour nous avons pu ramasser du houx à belles boules rouges pour peaufiner le décor de noël.

    C'était la dernière sortie....... de l'année. Je ne vous sentais pas trop effrayés par les mauvaises prédictions dont il vaut mieux rire. Aussi je vous donne rendez-vous le 10 janvier pour la reprise après les vacances scolaires.

    Je vous souhaite à toutes et à tous un très joyeux Noël.

    Portez-vous bien, soyez sérieux..... mais pas trop!!

    * * *

    Oh mon Dieu ! mais que font elles?

    mais que font elles?


    1 commentaire
  • 22 voilà les parchemineurs !

    Nous étions donc 22 pour ce retour à Lévignacq, promenade que nous affectionnons pour la variété des sites.

    Le rendez-vous était donné sur le grand parking qui jouxte le Vignacq et la belle église aux somptueux décors intérieurs.

    Nous en avons profité pour officialiser le titre de "Parchemineuses de l'année". Ci-dessous les heureuses élues...

    les parchemineuses

    Tiens si on en profitait pour enrichir notre culture et faire travailler nos bons vieux neurones.

    Un peu d'histoire:

    Dès l'origine, la paroisse de Lévignacq avait pour patron l'apôtre des Gaules: St-Martin, évêque de Tours.
    Lévignacq est sur l'une des voies anciennes, qui traversaient les Landes et qui devinrent «le Chemin de Compostelle».
    Certains auteurs y voient l'antique SEGOSA. Mais Ségosa c'est Mimizan. Mais ici, il y avait sans doute une halte. Le clocher est une tour fortifiée.
    Mais, plus sûrement, la paroisse a dû être fondée au moment où StMartin, très populaire était honoré dans toutes les campagnes de France. A cette époque, beaucoup de paroisses le prirent pour patron.

    Toujours est-il qu'au XIVè siècle et jusqu'à la Révolution de 1789, Lévignacq s'appelait: «St-Martin-du-Vignac-en-Born». Comme le Born faisait partie du doyenné des «Boï» (La Teste de Buch, région d'Arcachon), la paroisse relevait également de l'Archidiocèse de Bordeaux.
    C'est seulement en 1833 que M. Boucau, notaire et maire de la commune, écrivit pour la première fois, Le Vignac, qui devint ensuite Levignac puis Lévignacq.
    Mais au XIVè siécle, l'on disait déjà «Aou Bignac». (Dans les documents,du latin: Aubinhacum, Aubinnaco.) Il s'agit bien là de Lévignacq et non d'Orvignac, quartier de St-Julien, comme on l'a prétendu parfois.

    Pourquoi ce nom? De toute évidence, parce que sur les côteaux du vallon de Lévignacq, il y avait des vignes. Dans les Registres, nous trouvons à plusieurs reprises, la mention: «fermier de la grande vigne» ou bien «de la petite vigne» ~ et le mot, souvent répété de «vigneron». Il est vrai que cette vigne était située parfois à Uza. Mais jusqu'en 1866, Uza faisait partie de Lévignacq.

    Uns chose pittoresque dans ce village est cette route à la sortie est, où d'un côté sont construites des maisons modernes et de l'autre des constructions qui se délabrent, datant du 19ème siècle.

    Les années passées nous empruntions un large chemin bordant la route et cette année ce dernier est devenu une piste cyclable reliant le tronçon existant menant au Cap de l'Homy au village voisin de Lesperon.

    Surplombant la pisciculture, nous apercevons la forêt parsemée de taches blanches, un petit air de Noël, mais pas de neige, simplement la blanche robe des aigrettes posées sur les branches...

    aigrettes

    Dans la forêt nous avons croisé une ancienne parchemineuse, pas reconnue sur l'instant! Madame promène son chien ...

    madame promène son chien

    Le temps, exempt de pluie au départ, a rapidement fait place à une légère bruine qui s'est intensifiée à notre retour...

    il pleut...

    Pratiquement à la fin du parcours, j'ai aperçu deux des nôtres en fin de colonne dans un accoutrement bizarre?

    masquées

    Que se passait il?

    • Une attaque au gaz
    • Un désir d'incognito
    • Une simple mauvaise odeur

    A l'heure où vous lisez ces lignes, nous n'avons toujours pas la réponse !

     


    votre commentaire
  • Pour remplacer la rando à Pouillon rendue impossible en raison de l’état des chemins, Jean-Pierre nous a proposé un circuit inédit à TALLER .

    Par cette belle et fraiche journée de décembre, nous étions 27 sur cet itinéraire agréable, aux paysages variés qui emprunte en partie le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Au départ, JPS notre guide, à la suite très certainement de quelques petites défaillances de son GPS (Géomémory Positionment System - inutile de chercher la traduction dans vos dicos français/anglais vous ne trouverez pas c’est un terme purement ‘Parcheminien’) nous fit traverser une parcelle fraichement plantée de très jeunes pins. Par bonheur, le propriétaire ne nous attendait pas à l’autre bout du champ.

    Très vite nous nous sommes retrouvés sur le bon itinéraire qui nous a menés jusqu’à la stèle érigée en bordure du chemin de Saint Jacques de Compostelle au lieu-dit « L’Hôpital ». L’histoire nous dit qu’en ce lieu isolé, du XIème au XVIIIème siècle se trouvait un hôpital qui accueillait les malades relégués en raison de la dangerosité des maladies  qu’ils avaient contractées (lèpre,  choléra etc...). Cet hôpital était également une halte pour les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

     Le retour le long du ruisseau l’Escurion offrait de beaux paysages dans la forêt galerie avec ces chaudes couleurs moirées qui scintillaient dans la douce lumière de l’automne. Pour nous ramener à la réalité et surtout aux voitures il fallait franchir le ruisseau. Pas le moindre petit pont, juste trois anciens poteaux EDF en béton, moussus et quelque peu flexibles sur lesquels il fallait bien marcher pour regagner l’autre rive. Ce ne fut pas facile pour tout le monde,  aucune chute n’est à déplorer et tout le monde a réussi à franchir l’Escurion.

    Une bien sympathique balade à refaire....... après avoir reparamétré le GPS de JPS.

     * Avec un petit diapo, c'est bien mieux, bien mieux que des mots

     

     * * * * * *

    JPS

    Pour nos amis internautes de langue Anglaise et pour   tous les amoureux de la langue de Shakespeare, John Peter Scarafly a bien voulu nous parler de "son" Taller.

    "Singer asked me to write a few lines about Taller. I don't feel much inspired. What on earth am I going to say ? The village itself is a very small and quiet one with only one really living spot : le café Dujol. Not only the equivalent of a « pub » but at the same time a restaurant, a grocery, a newsagent's, a tobacconist's and so many other things. In fact it's the heart of the village, the meeting point of its small population, where you can exchange the late news, find essential items, and in my opinion, the best of all its qualities, the only place where you can find cigarettes, even late in the evening, when all shops around are closed. As for the rest what shall I say ? Oh yes, its inhabitants like « la fête » and between belote tornaments, karaoké, bingo, and the inumberable meals organised on various occasions, you have a lot of opportunities not to sprawl on your sofa in front of your television set at weekends.<

    As to the hike we're going to have this afternoon through the surrounding forest, my search of a short cut,which I found, led me above the knee deep in the Escurion water. The old gangway has disappeared, but with a few boards and a bit of willingness we could … … However that may be let's keep our fingers crossed (as the Brits say) and get our raincoats ready !

    By the way Singer, who's going to read that loose summary ?"

    J.P. Scarafly


    votre commentaire
  • En ce jour de fin novembre, malgré les rayons de soleil, le vent du nord, sensible, avait incité les 28 parchemineurs du jour à se couvrir. Bonnets, gants et doudounes ont fait leur apparition.

    les 28 parchemineurs

    Nous voici donc à "chanchon", ferme bien connue de beaucoup de Landais et où naquit notre amie Marie-Jo qui, dernièrement à la Préfecture, a reçu la médaille de bronze du Ministère de la jeunesse et des sports pour sa longue et active présence au sein des assos locales. Nous lui adressons toutes nos félicitations pour cette récompense bien mérité.

    Mais "chanchon" quelle origine? les quelques lignes ci-dessous n'ont aucune prétention historique, mais sont le fruit de la transmission orale de notre histoire au travers des personnes interrogées.

    Le nom aurait été donné par un soldat de retour de Chine, en chinois "xang jong", lui rappelant quelque cité de ce lointain pays,qui avec l'accent gascon s'est transformé en "chanchon" et "tiantion" en patois marensinois

    Ce quartier est très ancien et comptait beaucoup plus de demeures autrefois. Des fouilles ont été effectuées au lieu dit "sescousse" et les objets trouvés (poteries, pièces etc...) semblent remonter aux premiers siècles après J C. Le village actuel de Castets était beaucoup plus petit que ce hameau.

    Hameau au sein duquel se trouve la maison de "catin" qui était un relais des postes et comme beaucoup à l'époque était fréquenté par des prostituées d'où le nom de catin.

    Nous y trouvons toujours la belle ferme de nos amis Lafitte, typique des Landes...

    au siècle dernier les familles qui demeuraient là avait une particularité, les hommes étaient tous, semble t'il, atteint d'une forme de priapisme, et, malgré la largeur des pantalons cela n'échappait à personne, d'où l'appellation de "piret" nom autour duquel s'articulent les mots de "pirut",  "lous pirets"signifiant en Gascon: très actif sexuellement.

    Petite anecdote, lors des messes, le curé parlant de cette ferme, disait toujours:"Les gens de la maison mal nommée".

    Promenade sympa, menée à vive allure et bien que nous soyons à nouveau dans les pins, cela n'exclue pas quelque belle vue !

    un cliché

    Une nouvelle adhérente a rejoint nos rangs, il s'agit de Laurence.

    Laurence

    En bas de "Campigné", malgré les coups d'oeils circulaires donnés, pas le moindre cèpe.

    L'hiver s'installe !

    L'énigme du jour :

    Que montre Monsieur Paysage? (lui-même ne le sait pas!) si vous aviez un indice?

    De "chanchon" à "chanchon"


    votre commentaire
  •  Monfort, charmant village, point culminant du département, très justement appelé le belvédère de la Chalosse.

    En effet, dés le départ le panorama est magnifique. Ici le paysage est vallonné et le regard porte loin. L’horizon est dégagé, ce qui contraste avec nos paysages landais.

     

    Sur la Voie Verte de la Chalosse

    Nous étions 25 à avoir fait le déplacement pour cette première sur ce très beau parcours diversifié qui chemine sur la Voie Verte de Chalosse.

    Sur la Voie Verte de la Chalosse


    L’été de la Saint Martin semblant vouloir s’éterniser, c’est  sous un ciel tout bleu et avec un magnifique soleil que nous avons pu profiter des beaux points de vue qu’offre le circuit.

    Sur la Voie Verte de la Chalosse

    Pas de difficulté particulière à signaler si ce n’est que sur les chemins de Chalosse il n’y a pas de sable, mais de l’argile. Ca colle aux chaussures et ça glisse.

     

    ah la boue !

    Et bien sur il y a eu chutes. Sans gravité, juste de quoi maculer les vêtements.

    Signalons l’arrivée parmi nous de Brigitte, nouvellement installée à Linxe et qui a rejoint le groupe. Nous lui souhaitons la bienvenue parmi nous et espérons qu’elle prendra beaucoup de plaisir à « parcheminer » avec nous.


    La photo du jour :

     

    Mon faible c'est Montfort



    votre commentaire
  • Au coeur de son été Indien, il nous a gratifié d'une magnifique après-midi. Un ciel pur, bleu azur, une absence totale de vent, une température d'un bon niveau permettant de marcher en tee-shirt.

    Et nous voici à Téthieu, Titiou en langage Gascon, où, grâce aux pluies faibles, nous avons pu nous mouvoir sans risquer des glissades et des enlisements, comme lors de notre précédente venue il y a 3 ou 4 ans. Rendez vous était donné sur le parking devant cette belle église à l'impressionnant clocher, pour un village aussi petit, 500 habitants.

    Parking église

    Nous, par contre étions 32, 30 d'après la police.

    groupe

    Paysage superbe évidemment, puisque possédant cette variété d'arbres et fleurs diverses (à signaler une espèce inconnue de nous tous, un superbe rosier encore en fleurs, d'un rouge vif et aux pétales curieusement positionnées, y a t'il eu prélèvement de quelques boutures ? personnellement je n'en sais rien, tentant sûrement), propre aux villages cotoyants l'Adour.

    rosier étonnant

    Tout en gardant un rythme conséquent, les 11km furent bouclés en 2h30, la colonne s'est considérablement étirée permettant à chacun de profiter à sa guise de ces délicieux moments.

    Une nouvelle adhérente avec Nathalie Mora et son mari en guest randonneur.

    A noter le retour du trio JIPS, nos intermittents de la rando, avec une Nathalie amincie, superbe dans son ensemble aux tons de bleu s'intégrant parfaitement dans l'aspect paysager du jour.

    Saint Martin, si tu désires nous octroyer le même après-midi jeudi prochain, surtout n'hésite pas, nous t'en remercions d'avance

    La devinette de la semaine :

    Sur la photo ci-dessous, que montre le doigt?

    1. Le fil conducteur
    2. Le fil d'une araignée
    3. Le fil d'Ariane

    Devinette

     


    votre commentaire
  • pas le moindre corbeau, pourtant dans le patrimoine linguistique Landais figure l'appellation "palombe de Gourbera" et désigne effectivement le corbeau.

    Mais des palombes, des vrais, nous en avons aperçu un immense vol qui n'en finissait pas de passer, à croire qu'elles tournaient en boucle !

    Dés le départ, dans le fossé bordant la route, gisait un chevreuil mort. Certains se sont arrêtés pour se recueillir sur sa dépouille et prier pour qu'il rejoigne, au plus vite, les vertes prairies du Grand Manitou

    chevreuil ...

    Le parcours sans intérêt particulier restait attrayant par ses couleurs encore variées, les châtaigners arborant un magnifique jaune.

    couleur d'automne...

    22 voila le groupe du jour!

    le grouoe du jour ...

    Au deux tiers du parcours un événement bizarre s'est produit, à la stupéfaction des hommes, les femmes se sont brutalement déportées sur le côté gauche de la route en accélérant le pas, à cet endroit précis

    sortie d'engins...

    Fin de parcours difficile pour Carole souffrant du pied, Agnès et votre serviteur avec un genou déficient...

    retardataires ...

    L'arrivée n'était pas loin ... la récompense non plus!

    L'excédent de raisins récoltés l'autre jour avait incité Bernard à faire un "bourret" très jeune, mais délicatement parfumé et sucré, et sur le parking de retour, son épouse Danièle nous a largement servi... merci mes amis, votre gentillesse et votre générosité vous vaudront sûrement une place à part au paradis ...

    le bourret ...

    La photo de la semaine :

    Hous la la ...

     


    votre commentaire
  • Nos amis Nadine et J.Pierre TASTET, de retour dans leur Normandie, nous ont expédié quelques clichés de cette belle région ...


    votre commentaire
  • Nous somme mercredi,10h15, le téléphone sonne. C'est Bernard: " Allo, René.... tu sais le raisin est mûr, en raison du mauvais temps il se dégrade très vite. La météo pour les jours à venir n'est pas terrible. Il doit même geler en fin de semaine, Il faudrait le ramasser assez rapidement.

    "Pas de problème. Demain ça te convient?, Je connais les Par Chemins, motivés et réactifs. Je les préviens et nous viendrons demain."

    "RDV sur le parking habituel, départ à 13h30. Munissez vous d'un sécateur et de vêtements de pluie.Nous allons vendanger chez Bernard qui a besoin de nous." Il n'en faut pas plus sur les messageries pour former une équipe de 22 vendangeurs et vendangeuses.

    C'est comme cela qu'au lieu d'aller marcher à Taller sur l'itinéraire concocté par JPS nous nous sommes retrouvés au quartier Labaste à Linxe dans les vignobles du Sieur Douat.

    Sitôt arrivés, chacun, armé de son sécateur et paré contre la pluie qui ne cesse de tomber, s'engage dans un rang et commence la cueillette. Il faut lever les filets de protection contre les oiseaux et sur un même rang se placer tous du même côté. Directive du vigneron.

    ça vendange

    Les choses vont bon train, les cageots se remplissent très vite. Bernard avec son tracteur organise une noria entre les cueilleurs et le pressoir.

    Le tracteur et bernard

      Il y en a même qui portent les cageots à dos d'homme. Trop fort....

    trop fort mon gars

    Au pressoir José est à la manivelle, car c'est un pressoir à main, Daniel et Jacques alimentent la machine. Ils ne chôment pas.Il faut aller vite pour suivre la cadence des vendangeurs.

    a la manivelle

    Enfin la cuve est pleine. Tous les raisins ont été ramassés. Il y en a même trop, tellement les grappes étaient nombreuses sur les ceps.

    Nous sommes tous un peu mouillé. Pour se réchauffer, tout le monde se réfugie dans la grange autour du pressoir.

    tous mouillé

    Bernard filtre du jus de raisin et nous passons dans la grange à côté où des tables ont été mise.

    Après l'effort, le réconfort. Danièle, notre hôtesse, avait fait une grande bassine de délicieuses merveilles. Yannick avait apporté  un excellent et très nourrissant far breton, de succulentes madeleines et du pastis. Tout celà arrosé de jus de raisin frais. Une légère collation pourrait-on dire!

    les merveilles

    Une bien agréable sortie qui a rappelé à beaucoup d'entre nous les bons moments des vendanges de notre jeunesse.

    the girls' grapes


    La photo du jour :

    Viviane soucieuse


    2 commentaires
  • C'est maintenant devenu une habitude, l'Assemblée Générale chez les Par Chemins c'est plutôt une petite fête. Ca s'affaire en cuisine, où l'équipe de cuisinières préparent l'aprés-assemblée.

    en cuisine

    Ca s'affaire à la technique où l'on peaufine les derniers réglages pour les projections des images des moments forts de la saison écoulée.

    Après le traditionnel quart d'heure landais l'assemblée peut commencer.

    le bureau

    Cette fois encore les adhérents étaient très nombreux. Après les remerciements d'usage et avoir souhaité la bienvenue aux nouveaux adhérents, le président demande qu' une minute de silence soit  observée à la mémoire de notre regretté ami Joël Gouley brutalement disparu le 16 avril 2012.

    jojo souvenir

    La parole est donnée à Jany, secrétaire de l'association, qui présente le bilan d'activités (bilan moral)  dont on retiendra que l'association se porte bien avec 60 adhérents dont 27 viennent d'autres communes. 

    Nous avons faits 39 sorties avec une moyenne de 23 marcheurs à chaque rando. Quelques sorties particulièrement appréciées avec la visite du musée de l'ALAT à Dax. Un week-end en Dordogne au mois de Juin, une journée de rando avec les élèves des écoles de Castets, l'organisation de la journée Plein R (Rallye-Repas et Rando nocturne), la balade fleurie à Mimizan qui clôtura la saison  de marche.

    Sans oublier tout l'été les randonnées avec les touristes dans le cadre des animations proposées par l'Office de Tourisme.

    Puis Marie-France, notre trésorière nous a présenté le bilan financier. Situation financière de l'association saine.

    L'élection du tiers sortant du Conseil d'Administration dont les trois membres sortants,candidats à leur propre succession, furent réélus sans surprise........ à l'unanimité.

    Dans la rubrique des questions diverses on a surtout parlé des futures sorties. Aucun projet n'est encore arrêté pour la sortie annuelle de cette saison. En fonction de l'état des finances de l'association ce sera une journée, un week-end ou un grand week-end (3 jours).

    Il ne pouvait en être autrement, après l'assemblée nous nous sommes retrouvés autour du pôt de l'amitié. Moment extrêmement sympathique et convivial s'il en est où l'on a pu déguster les délicieux toasts que nous avaient concoctés ces dames de l'association. Pendant ce temps la salle de réunion se transformait en salle de repas.

     Les diaporamas et vidéos projetés avant l'assemblée et pendant l'apéritif  sont des montages réalisés par Alain PUYO et Dominique VACHER.

    Nous étions 55 à nous retrouver à table pour savourer le succulent repas imaginé et réalisé par Gérardine, notre cuisinière en titre avec toute l'équipe de cuisinières.

    le repas

    Bravo c'était digne d'un restaurant de bon niveau.. On se souviendra de ce salmis de pigeons aux deux purées et tranche de pomme au piment d'Espelette ainsi que de la coupe fraicheur exotique en dessert.

    le dessert

    Heureusement que l'on marche après...................

    Nos DJ n'ayant pu être des nôtres pour raison de santé, c'est Alain qui s'est mis à la technique pour terminer la soirée en dansant.

    la danse


    votre commentaire
  • Aujourd'hui les Par Chemins ont renoué avec un grand classique de leurs sorties. La marche le long des ruisseaux à Castets. C'est l'Escurion qui a eu les faveurs du groupe.

    Le long de l'Escurion

    Partis du" parking habituel" nous avons rejoint les Arraoucs puis le Hillon. C'est à travers une forêt plutôt déforesté, tellement les coupes rases sont importantes...

    Coupe rase

    que nous avons rejoint le ruisseau. Là bien sur, le spectacle est d'une tout autre beauté...

    Chênes

    même si les machines ont déjà commencé à abattre les arbres. J'ai envie de dire à massacrer un bien agréable site. J'ose espérer que la sagesse l'emportera sur le profit et que le  devoir de protection et de préservation de l'environnement prévaudra. Mais......

    Nous étions 24 pour cette  sortie.

    les parchemineurs

    Une météo très agréable malgré les prévisions désastreuses de notre météo nationale.

    J'allais oublier, il ne fut ramassé qu'un seul champignon et cette fois-ci ce n'est pas Fatima qui l'a trouvé. Un peu de fatigue peut-être? A surveiller....


    votre commentaire
  • Encore une fois, une météo plus qu'incertaine le matin laissait présager une annulation de la sortie. Mais voilà, les dieux de la rando étaient encore aujourd'hui avec les Par Chemins. A midi le ciel s'éclaircit, il fait presque chaud. Nous pouvons partir.

    Nous étions 25 pour cette balade qui depuis le bois de Boulogne, sur la digue le long de l'Adour, nous mène ensuite dans les barthes, encore praticables en raison de la sécheresse persistante, pour revenir ensuite dans le bois le long du camping Albaladéjo.

    Balade au bois de Boulogne

    Au retour, Monique Gouley qui vient d'être mamie pour la 3ème fois d'un très beau petit "Matisse," offrait au groupe quelques  excellents pastis accompagnés de cidre. On apprécia le geste, mais aussi les gâteaux et le cidre. Merci Monique, nous formons des voeux pour la santé du bébé et adressons toutes nos félicitations aux heureux parents.

    Les dieux étaient vraiment avec nous car  aussitôt la rando terminée, le ciel se couvrait et une forte averse nous obligeait à nous mettre à l'abri.

    Tiens un ragondin !

    un ragondin

    Connaissant la grande capacité d'adaptation des Parchemineurs, nous avons trouvé un petit coin bien à l'abri dans le parking souterrain le long de l'Adour pour arroser l'arrivée dans notre monde du petit Matisse.

    La photo du jour:
    Elle nous a été dérobée et nous sommes désolés de ne vous offrir que l'emplacement

    photo disparue


    votre commentaire
  • Face à dame nature, le randonneur ne peut que s'adapter. Le domaine de Darmandieu à Saint Etienne d'Orthe nous ayant fait savoir que Chantecler, Granny et quelques autres variétés de pommes étaient arrivées à maturité, nous pouvions nous y rendre pour notre cueillette annuelle. En bousculant un peu les prévisions de notre planning nous nous sommes retrouvés à une bonne vingtaine  pour cette journée en deux temps, cueillette des pommes le matin, pique-nique et rando à Port de Lanne l'après-midi.

    Le soleil était déjà chaud lorsque nous sommes arrivés au domaine de Darmandieu. Après s'être équipé d'une brouette et de quelques sacs fournis par les exploitants du domaine, chacun choisit dans le verger la rangée d'arbres correspondant à la variété de pomme désirée.

     Domaine Darmendieu

    La cueillette des pommes nous ramène à d'agréables souvenirs de l'enfance. En effet quel plaisir de cueillir les fruits tout en croquant à pleines dents dans une belle pomme  juteuse et sucrée que l'on vient de  décrocher de sa branche.

    Les brouettes bien remplies de sacs de pommes, il ne restait plus qu'à passer à la caisse.

     A la caisse

    Pour le pique-nique Jany nous amena jusqu'au Bec de Gave à quelques kilomètres de là. C'est à cet endroit que les gaves réunis se jettent dans l'Adour. Très bel endroit qui respire le calme et la sérénité que beaucoup comme moi ont découvert...

     Le bec de gave

    Après quelques photos, un convivial pique-nique...

     Le picnic

    il nous restait un peu de temps que certains ont mis à profit pour une petite sieste réparatrice dans la douce chaleur de cette belle journée d'automne.

     la sieste

    Ensuite nous avons regagné Port de Lanne pour le départ de la rando.

    C'était une première sur ce très agréable circuit de 11 km en grande partie en bord d'Adour et dans les Barthes avec de très beaux paysages, de très jolis chemins en sous-bois et des belles demeures dans le style du Pays d'Orthe.

     la rando

    Signalons l'arrivée parmi nous de Françoise et Jacques Chambres qui nous viennent de Saint-Girons, ainsi que de Christiane Costa de Castets. Nous sommes heureux de les accueillir et leur souhaitons la bienvenue au sein de notre association en espérant qu'ils s'y plaisent. 

     La photo du jour :

     ah les pommes


    1 commentaire
  • Cette sortie était prévue en deux temps, rando le matin autour du lac de Soustons et après un pique nique à L'AIRIAL, une visite à la ferme Darrigade.

    Une fois de plus Météo France, aux sautes d'humeurs récurrentes, en a décidé autrement et comme la pluie du matin se faisait insistante, nous avons annulé et sommes partis l'après-midi pour visiter cette ferme maintenant renommée.

    Nous avons été accueilli par Pierre DELEST, jeune retraité, ce dernier avec passion et volubilité nous a fait partager l'histoire de sa cacahuète, enfin plus exactement de la culture des cacahuètes.

    Pieds au frais et cacahuètes au chaud...

    nous étions une trentaine, très attentifs, car ce bougre sait bien capter l'attention de son auditoire.

    Pieds au frais et cacahuètes au chaud...

    D'autres agriculteurs des Landes « cultivent depuis longtemps des arachides pour le plaisir », les terres sablonneuses et le climat de la côte atlantique étant particulièrement favorables à cette plante originaire des Amériques, nous expliqua Pierre.

    Lui et ses frères ont décidé dans les années 1990 de se lancer dans la production expérimentale d'arachide sous l'impulsion d'une entreprise toulousaine, Menguy's, spécialisée dans les graines apéritives. En 2002, Menguy's a commencé à commercialiser leur production comme cacahuètes de bouche ou de confiserie, faisant des Delest les premiers européens producteurs d'arachide. (30 tonnes par an). Trois autres familles sont associées à ce projet.

    La production française, reste pour l'heure anecdotique en regard des quatre des plus gros producteurs mondiaux : Chine, Inde, États-Unis et Nigéra.

    Le père de Pierre fut d'ailleurs surnommé à une époque " le père de la cacahuète Française".

    Ici une parcelle de la plantation, la cacahuète par elle même étant un tubercule à l'instar de la patate...

    Pieds au frais et cacahuètes au chaud...

    visite ensuite d'un élevage de canards et fin de la visite dans la boutique d'achats après dégustation de cacahuètes caramélisées et chocolatées.

    La boutique

    Nous sommes venus pour les cacahuètes et beaucoup sont repartis avec du foie gras!...c'est beau le commerce.

    Le bureau de l'asso avait décidé de nous offrir le dessert et ce dernier a finalement servi de collation.

    Gégé dont les extraordinaires qualité culinaires ne sont plus à vanter avait acheté de succulentes tartes aux fruits frais: régal des yeux et régal des papilles!

    Pieds au frais et cacahuètes au chaud...

    Une tête remplie et un estomac garni fut le lot du parchemineur aujourd'hui...

    La photo du jour :

    Pieds au frais et cacahuètes au chaud...


    votre commentaire
  • Ce qui est dit est dit. Tout le mois de septembre nous marcherons en bord de mer, les pieds dans l'eau. C'est du moins, ce qui avait été décidé au moment de l'organisation du planning. Il est vrai que les très chaudes journées du début de septembre incitaient plus à la baignade qu'à la marche dans les pins.

    En ce troisième jeudi de septembre, c'est bien décidé que nous étions partis pour marcher les pieds dans l'eau à la plage de Cap de l'Homy. 

    Il faisait beau, un ciel tout bleu et malgré la fraicheur matinale à Castets nous pensions bien qu'arrivés à la mer nous profiterions de la douceur automnale pour une  vivifiante promenade le pieds dans l'eau. C'était sans compter avec les caprices d'Eole qui nous accueillait au sommet de la dune avec une bise glaciale qui découragea tout le monde d'aller faire trempette. Même pas juste le bout des orteils. Z'aiment pas le froid les Par Chemins!!"  Il faut dire qu'avec un température de 8° et un vent glacial on peut les comprendre...

    Un repli stratégique amena tout le groupe à l'abri du vent pour une rando en forêt jusqu'à Yons et retour. Allez donc savoir  pourquoi, il n'y a pas eu de volontaire pour monter sur la dune et aller voir la mer. 

    la marche

    Une très belle balade dans la lumière douce de l'automne qui magnifie les paysages.

    Coup de frais à Cap de l'Homy

    Au retour, le soleil était haut et il faisait chaud. Tout le monde apprécia les délicieux raisins que Mari-Jo avait amenés et qu'elle avait pris soin de garder au frais pour qu'ils soient encore plus désaltérants.

    Les raisins de Marie-jo

     

    Nous étions 21 pour cette promenade. Température  à 09h30 au départ 8°- A l'arrivée à midi: 24°.

    La photo du jour :

    J'ai deux pieds gauche

    .


    votre commentaire
  • Le parchemineur est un individu qui peut aussi avoir un comportement assez singulier.

    Les organisateurs de la journée trois R avaient invité tous ceux qui avait travaillé d'une façon ou d'une autre, à une soirée dinatoire..

    Cela s'est traduit par le fait que les organisateurs, eux mêmes travailleurs actifs remerciaient les autres, et donc eux mêmes, qui avaient travaillé en travaillant à nouveau avec ceux qui étaient invités et qui travaillaient une nouvelle fois.

    En conjugaison, ça peut donner ceci:

    Je me remercie

    je te remercie

    Il se remercie

    Nous vous remercions

    Vous nous remerciez

    Ils se remercient

    Certains avaient, toutefois, pris l'invitation au premier degré, comme votre serviteur, et soit au bar ou les pieds sous la table appréciaient l'exceptionnelle qualité gustative de la sangria à Gégé, personnellement c'est la seule que je consomme, et des mets qui suivirent.

    Très bonne soirée terminée par le show du "Red pepper band" !


    votre commentaire
  • Cette sortie à St Girons était aussi programmée "les pieds dans l'eau", compte tenu des conditions atmosphériques on les a laissés à l'air dans les chaussures.

    Une interrogation s'impose, nous avions un contrat avec Météo France pour trois jeudis de grand beau temps pour ce type de rando.

    Je pose la question: Pouvons nous accepter ce type de rupture unilatérale de contrat, Météo France sous la pression du lobby agricole nous met aussi la tête à l'eau...

    20 parchemineurs au départ où curieusement la pluie fait fondre l'effectif, alors que le soleil le gonfle... vous avez dit bizarre? non ah j'ai cru entendre...

    Arrivé sur le parking de la plage, surprise de voir que l'on avait dressé un arc-en-ciel en notre honneur,

    Arc en ciel

    et nouvelle surprise, notre ami José arborait une magnifique barbe, mais la question, angoissante, était sur toutes les lèvres: Se serait il converti au salafisme?

    José barbu

    Direction le parcours du Conseil Général depuis le Camping Municipal et son sinueux parcours fait de montées et descentes.

    La pluie de la nuit, revigorante, avait tonifié la végétation lui donnant avec l'adjonction des feuillus un vert profond enluminé des rayons de soleil aléatoires.

    Comme vous le savez, le parchemineur est un passionné de la nature et il se sert dans celle-ci pour se restaurer.

    Ici une pause mûres (n'y voyez aucun sous-entendu)

    Pause mûres

    Midi approchait, les jambes commençaient à se faire lourdes, ouf enfin le parking et 12 km parcourus.

    Certains ont eu besoin d'imaginer une superbe entrecôte-frites pour pouvoir tenir jusqu'à chez eux !

    Note de l'auteur: Pour les non-initiés, je rappelle que certains articles et particulièrement celui-ci sont à prendre au minimum au second degré.

    La photo du jour :

    Chien et vodka


    votre commentaire
  • D'aucuns pensent peut-être que les parchemineurs sont exclusivement pourvus en mollets...erreur nous possédons en notre sein une personne qui a développé un sens artistique poussé.

    C'est notre camarade Lucette Villenave. Adhérente de l'asso locale: "la maison de l'artiste" de notre ami Jean Dabbadie, c'est sa rencontre déterminante avec Anne Larrose, aquarelliste à l'immense talent, qui lui a permis d'exprimer sa créativité.

    Elle a déjà exposé à DAX et SAINT-SEVER, et j'ai pensé,avec son accord, lui ouvrir une vitrine sur le web.

    Cette page s'intitule: " La Galerie de LULU " et vous la trouverez dans la rubrique: "A voir et savoir".

    Je vous invite à aller admirer les subtilités de ses tons pastels flirtant avec la transparence.

    Comme nous aimons, tous les deux, beaucoup la même couleur, j'ai décidé de créer cette page "en vert, mais pas contre tous! "


    votre commentaire
  • Surprise c'est le mot qui convient pour dire combien je l'ai été en constatant que nous étions 27 pour cette marche en bord de mer, les pieds dans l'eau.

    De Moliets à Messanges les pieds dans l'eau

    La saison n'a pas encore commencée mais l'information circule bien. Et c'est tant mieux. Il faisait très beau et c'est l'envie de profiter des dernières belles journées qui a fait que nous étions aussi nombreux. Certes, tout le monde n'avait pas adopté la tenue adéquate, rien de bien grave, quand il fait beau il est facile de s'adapter. On enlève, on retrousse à chacun sa technique. La marche les pieds dans l'eau, en bord de mer, c'est tonique, vivifiant et relaxant à la fois. Le satisfaction et le plaisir se lisaient sur les visages et c'est dans cette ambiance un peu euphorique que nous sommes allés jusqu'à la plage de Messanges et retour. Soit 10 km de marche dans le sable, ce qui est un excellent exercice. Les plus aquatiques marchaient les pieds dans l'eau tandis que les plus rétifs à l'eau de mer privilégiant le sable dur. Pas de chute sinon quelques vagues scélérates qui vous mouillaient bien plus haut que le maillot.

    De Moliets à Messanges les pieds dans l'eau

    L'effort de la marche, la chaleur du soleil; j'en ai vu qui seul face à la mer semblait regretter que la baignade ne soit pas au programme de la rando...

    Quelques touristes matinaux regardaient passer d'un air dubitatif ce groupe de randonneurs qu,i sac au dos, marchait joyeusement dans la mousse des vagues venues s'échouer sur le sable.

    Ce type de marche ayant soulevé l'enthousiasme de nos randonneurs, nous la renouvellerons tant qu'il fera beau.

    La photo du jour :

    J'ai deux pieds droits


    votre commentaire
  • Un couple en vacances à Castets cet été a pris quelques clichés, lors d'une sortie OT, par chemins.

    Depuis la tour Eiffel il nous les envoie en souvenir...

    De PARIS à CASTETS...


    votre commentaire
  • Une vingtaine de randonneurs ce jeudi 16 août, dont quelques vacanciers avec de jeunes enfants, sur ce parcours passant par le site de Girons, toujours très apprécié.

    La carte postale :

    La carte postale


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique