• Ce vendredi 22 juillet, comme à chaque fois, la rando de nuit a commencé par un repas. C'est ce que nous avons trouvé de mieux pour faire patienter le public nombreux qui, tous les ans, assiste à cette animation.

    Encore un satisfecit pour l'équipe des Par Chemins en cuisine, qui a régalé les marcheurs venus attendre à table la tombée de la nuit. Une petite entrée de crudités puis une assiette "espagnole" fort bien garnie (lomo, jambon, ventrèche, frites, piperade maison, oeuf) et pour finir un café gourmand qui ne manquait pas de gourmandises.

    Après le repas tous les marcheurs se sont retrouvés sur les gradins du petit théâtre de verdure devant la salle du Barrat. Cette année encore la troupe théâtrale Art Sans Cible de Castets animait cette randonnée nocturne.

    la troupe

    Et c'est devant cette même salle que, avant le départ de la rando, les comédiens ont donné leur première représentation.

    Il s'agissait d'improvisations dont les thèmes avaient été choisis par les convives pendant le repas. Si l'improvisation n'est pas chose facile, il faut féliciter les comédiens qui ont fait preuve de beaucoup de talent sur des thèmes, bien sûr un peu scabreux, dont ils avaient eu connaissance quelques minutes avant.

    photo

    La nuit étant tombée, il fallait se mettre en route. C'est environ 120 personnes, encore hilares après les sketches, qui se sont mises en route pour la marche. Mais auparavant tous les enfants ont eu droit à leur bracelet fluo; pour marcher c'est plus joli la nuit.

    photo

    Première étape à "Salier", dans le très bel airial, propriété de Mme Duprat que nous remercions vivement de mettre à notre disposition un si bel endroit. C'est là, sous un grand chêne, à la lueur blafarde de deux ampoules, que nos amis comédiens ont donné leur deuxième représentation ...

    photo

    pour la plus grande joie du public assis en demi-cercle sur la pelouse.

    photo

    Reprise de la marche pour la deuxième étape. Après avoir quitté le goudron de la piste cyclable et emprunté un chemin forestier, sableux et poussiéreux en ces temps chauds, nous nous retrouvons à "Berlinguet" chez Xavier et Ingrid Labatut. Les comédiens sont déjà en place pour la troisième représentation. Les marcheurs s'installent autour de la petite scène aux lumières multicolores installée dans le sous-bois.

    photo

    Là aussi des improvisations et ils nous ont  régalés, amusés et épatés par leur talent sur des thèmes, dont le "brexit"  à l'intention de notre amie anglaise Jayne, ci-dessous à gauche, choisis pendant le repas.

    photo

    Après cet excellent moment, il fallait penser à rentrer car nous n'avions fait que la moitié du chemin. Jany pris la tête de la colonne, alors que Michel derrière faisait rejoindre les retardataires un peu ( et même beaucoup) perdus dans la nuit.

    Les enfants, comme à chaque fois, faisaient la course pour récupérer les petits bâtons lumineux placés sur le circuit  pour baliser l'itinéraire.

    A l'arrivée, un petit rafraichissement attendait le marcheurs, heureux de pourvoir se désaltérer car il y avait, pour ceux qui marchaient derrière un peu de poussière, sur ces chemins forestiers très secs en ces temps chauds, et dont le sol est ameubli par le passage des engins de débardage.

    photo

    Un très belle soirée à l'ambiance familiale et conviviale.


    votre commentaire
  • C'est une grande surprise qui nous attendait ce samedi 18 juin alors que nous dirigions nos pas vers Vers, petit village du Lot.

    .Après un voyage en bus, un peu long, et un pique nique toujours convivial, nous sommes partis nous dégourdir les jambes sur les sentiers de randonnées de cette petite commune

     ROYAL !

    Pendant ce temps, le groupe de non marcheurs, guidé par Gérardine, visitait une  biscuiterie pas très loin du village. Ils nous ont rapporté avoir été fort bien accueillis, que cette entreprise familiale fabriquait de très bons biscuits et, bien entendu, la dégustation avait été à la hauteur de la réputation de la maison.

     ROYAL !

    Le chemin en fond de vallée était magnifique. Les averses que nous n'avons pas manqué de recevoir expliquent ces draperies de mousse qui pendent des branches des buissons.La montée a été rude mais la vue en valait la peine

     ROYAL !

    Mais "il" ne nous avait pas dit que son royaume était si beau ! "il" c'est à dire notre président. Car, en effet, au cours de la soirée qui suivit cette découverte, Janouille la Fripouille nous a révélé sa véritable identité : René, notre président est de souche royale ! Henri le quatrième, est sa véritable identité ! et ce ne sont pas ses mignons, ni les dames de la Cour et encore moins les moines de sa suite (un moine ne ment pas!) qui vont me contredire

    le roi et la cour

    Nous sachant bien entourés, nous avons passé une bonne nuit réparatrice dans les petits gîtes de la Chêneraie, et nous voilà vaillants le lendemain pour une journée "culturelle".

    Notre premier arrêt sera la grotte de Pech Merle.

    Cette grotte fut découverte par des enfants et l'abbé Lemozi en 1946. La géologie de la grotte est elle-même admirable: de belles concrétions. Mais ce qui est le plus surprenant ce sont les traces laissée par des hommes, il y a 20 000 ans !. Tout d'abord des peintures rouge ou noir figurant des animaux: mammouths, cerfs, bisons, aurochs. Il y a même une représentation humaine. Des sculptures tirent habilement profit du relief naturel de la roche. Et que dire de cette empreinte de pas dans l'argile. Peut-être celle d'un adolescent ?ou d'un adulte de petite taille ?

    Une dernière merveille avant de sortir: la frise de chevaux ponctués qui est l'image la plus connue de cette grotte de Pech Merle. (Pas de photo, conservation des peintures oblige). On peut toujours se reporter au site: "Pech Merle"

    Un peu plus loin , le car nous dépose à Bouziès où une partie du groupe embarque pour remonter le Lot à bord d'une gabare.

     ROYAL !

    Les gabares étaient des bateaux à fond plat qui étaient utilisés pour le transport de marchandises. En effet en 1845 un chemin de halage est creusé de main d'homme dans la falaise calcaire, pour que des chevaux tirent les bateaux.Vers Bordeaux étaient acheminés des vins de Cahors, des prunes séchées, et la production de tourneurs sur bois avec en particulier des robinets pour les tonneaux. En 1926 le Lot est déclassé comme rivière navigable, elle est réaménagée en 1990 pour la navigation de plaisance.

    Les marcheurs empruntent le chemin de halage, ils ont eu le plaisir de voir fonctionner les écluses et de découvrir la fresque sculptée par Daniel Monnier, un artiste toulousain qui a représenté son environnement: la faune, la flore, les fossiles de la roche.

     ROYAL !

    Sur notre droite, fièrement, le village de St Cirq Lapopie surplombe la vallée.

    Ce village médiéval est dominé par une forteresse qui fut occupée par trois dynasties féodales: les Lapopie, les Gourdon, les Cardaillac. Le village s'est développé à l'ombre de ce château entre le 13ème et le 16ème siècle.

     ROYAL !

    Dans ce labyrinthe de petites rues se cachent pas moins de 13 monuments historiques. Les toits très pentus participent au cachet de ce village qui est classé plus beau village de France et, en 2012, c'était le village préféré des français.

    Après un repas délicieux, gentes dames, manants et chevaliers accompagnant  leur Roi regagnent le bus non sans avoir fait quelque petites emplettes dans une des nombreuses échoppes qui s'ouvrent dans les rues.

    Que sa Majesté ainsi que Dame Gérardine soient chaudement remerciés.

    Je n'oublie pas non plus son fidèle petit cheval sans qui tout ceci ne serait pas possible. On a jamais vu un Roi à pied !


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique