• Temps mitigé prévu ce jeudi 19 septembre, quelques absents craignant les averses, mais tout de même 39 présents pour cette sortie jamais effectuée, d'où un compte-rendu dans cette page.

    Un soleil radieux a baigné la campagne environnante toute l'après-midi. La marche menant à l'endroit recherché ne faisant que 3 km, nous avons  auparavant emprunté celui, voisin, de Louer. Ce parcours très agréable dont vous trouverez des compte-rendus dans le journal de l'Asso.

    De nouveaux adhérents nous ont rejoints, que je vous présente avant de poursuivre :

    Régine et Didier habitent à Magescq, depuis peu. Ils arrivent de l'île de Mayotte où Didier était le chef de la sécurité de l'aéroport

    photo

    Roger habite Pau, mais possède une maison à Vielle Saint Girons depuis une trentaine d'années.

    Doté d'un bon talent d'artiste peintre, il va sûrement rejoindre "La maison de l'artiste" de notre ami Jean.

    photo

    Philippe, natif de Lit et Mixe, était farouchement attaché à son village. Pourtant, il habite Castets depuis plusieurs années, car il y a rencontré la femme de sa vie !

    photo

    Après ces 8,6 km  et retour aux voitures, nous empruntons le sentier qui mème au trou de Madame.

    Avant que certains esprits à l'imagination aventureuse ne s'enflamment, voici le trou de Madame :

    photo

    Cette espèce de rétention d'eau au milieu de ruines a une histoire :

    Pour l’origine même de sa dénomination, les légendes vont bon train. Certaines évoquent une religieuse qu’on aurait retrouvée là, morte. D’autres, retiennent une autre version, qui remonte au XVIIIe siècle. À l’époque, la reine douairière d’Espagne, Marie-Anne de Neubourg, se rend souvent à Dax et ses alentours grâce à son ami, un certain Monsieur Béreau, riche bourgeois originaire de Ciboure. En 1712, elle aurait visité le Trou de Préchacq. Tombée sous le charme du lieu, on aurait alors surnommé ce dernier le Trou de Madame. Une origine noble, comme celle de curistes occasionnels qui s’y baignaient, à l’image de Michel de Montaigne, venu soigner sa gravelle vers 1580.

    Fermé aux curistes depuis 1963, le Trou était encore, en 1922, un véritable lieu de cure hôtelière, entouré d’un bâtiment sur deux niveaux, comprenant dix chambres. le Trou est une source hypothermale avoisinant les 30 °C, autrefois très fréquenté par les curistes. Réputée pour ses vertus thérapeutiques, certains viennent encore jusqu’à elle pour soigner leur maladie de peau : eczéma, psoriasis, ainsi que rhumatismes et affections respiratoires.

    Une petite vidéo du cheminement vers le trou :

     


    votre commentaire
  • 27 septembre 2017 Les Par Chemins prennent l'avion et partent pour le Canada.

    Point de regroupement sur la place de la mairie à Castets, non sans avoir, pour quelques uns, laissé les voitures en stationnement chez Anne Marie qui leur offrait l'hospitalité.

    Formalités de douane et d'enregistrement sans problème. Le passage à la Sécurité en a troublé plus d'un !..

    Nous voici donc dans l'avion et nous quittons la France

    photo

    pour arriver 7 heures plus tard (et un changement à Montréal (vive les couloirs d’aéroport à Montréal), puis Toronto.

    p

    A Toronto, Sophie...

     photo

    nous attendait avec sa petite pancarte "les par chemins" et son sourire. Et elle a commencé à nous compter. Pendant ces huit jours elle n'a cessé de nous compter, pour être sûre de ne jamais oublier personne, et comme nous sommes disciplinés cela n'a jamais posé de problème.

    Nous regagnons notre hôtel pour un petit casse croûte rapide, avant d'aller se coucher pour rattraper le décalage horaire.

    Nous, c'est à dire le groupe des 40 en majorité des Par chemins fidèles aux sorties du jeudi après midi, plus quelques sympathisants, tels que Corinne et Alain sans oublier les frères et soeurs de Gérardine qui se sont joints au groupe.

    photo

    C'en est suivi huit jours passionnants de découvertes .

    Commençons par les villes:

    Québec. (A tout seigneur tout honneur!). C'est en effet la ville la plus ancienne (fondée en 1608 par Samuel Champlain).

    Le mot québec signifie "l'endroit où se rétrécie le fleuve" en langue Algonquine. C'est le dernier pont vers l'aval.

    La ville de Québec a gardé ses fortifications. C'est la seule ville d'Amérique du Nord à les avoir conservées. Elles ont été construites au début du XIX ème siècle, en s'inspirant de celles de Vauban.

    Ses ruelles  aux maisons à taille humaine nous ont bien plu. Nous avons pu nous y promener, découvrir le majestueux château Frontenac ...

    photo

    ainsi que la cathédrale décorée de mosaïques.

    photo

    Ayant visité Québec en fin de séjour, ce fut aussi l'occasion de découvrir l'artisanat local et de nombreuses petites échoppes pour satisfaire nos envies.

    Montréal, ville olympique en 1976 est également admirable...

    photo

    Deuxième ville francophone après Paris, elle est située sur une île du fleuve St Laurent. En haut de la colline un calvaire. Il a été décidé qu'aucun building ne devait dépasser cette colline.

    Elle fut fondée en 1642 par des religieux et des laïcs, qui avaient pour but de promouvoir le christianisme. Quelques vues parlent d'elle-même. Remarquez que le groupe est très attentif.

    photo

    Un peu de temps libre nous a permis de fureter dans les rues et de nous imprégner de son atmosphère. Nous y avons découvert entre autre cette œuvre de Claude Cormier.

    photo

     


    votre commentaire
  • Toronto, ville anglophone puisque située dans la province de l'Ontario. Ce sera notre parenthèse "british".

    Toronto est un ancien fort français (Fort Rouillé) fondé en 1750. (Exemple de fort. Celui-ci est situé à la sortie de la rivière Niagara).

    photo

     Au cours de la Révolution Américaine, de nombreux colons britanniques loyalistes venant des provinces américaines instables, se sont réfugiés dans cette région.

    Toronto s'est appelé "York" de 1393 à 1834. Elle devait subir de graves destructions pendant la guerre de 1812.

    En1834 l'agglomération d'York devient Toronto.
    Le nom de Toronto  était autrefois celui d'un lac situé à environ 120km de la ville. Celui-ci s'appelle désormais le lac Simcoe du nom du premier gouverneur canadien qui fit de York/toronto sa capitale. "Toronto " signifie "l'endroit où les racines des arbres trempent dans l'eau" en dialecte Mohawk. Située en aval des chutes du Niagara on peut comprendre cette appellation.

    Plus communément on la nomme la ville-Reine.

    photo

    Une importante population irlandaise fuyant la famine s'installe vers 1850.

    En 1904 un grand incendie détruit une grande partie du centre. La ville fut rapidement reconstruite, mais il ne reste que peu de chose des constructions anciennes. De très nombreux gratte-ciels constituent le cœur de la ville, qui se développe aussi en souterrain...

    photo

     

    la communauté urbaine est très cosmopolite.

    C'est par Toronto que nous commencions notre découverte du Canada. Pour certains la première mise en route fut un peu difficile. Jugez en par vous même: pas de lait chaud au petit déjeuner, le café s'apparente plus à du jus de chaussettes qu'à notre petit expresso corsé; Il faut bien se mettre à l'évidence: ce voyage est un voyage, pas des vacances; il faudra donc respecter les horaires ! Après son joyeux "bon matin", Sophie met les choses au point avec beaucoup de délicatesse et de pédagogie mais fermement. Et  nous ne saurions finir sans parler d'Ottawa la capitale du Canada.

    Située dans l'est de l'état de l'Ontario, sur la rivière des Ouataouais, c'est la capitale de la confédération canadiennephoto

    Le canal Rideau avec ses écluses traverse la ville. Il relie cette rivière au lac Ontario à Kingston...

    photo

    C'est le plus vieux système de canaux toujours en activité en Amérique du Nord.

    La première chose qui surprend quand on se promène dans les rues d'Ottawa est sûrement ce mariage entre le béton les espaces verts... et pour nous, Landais, c'est avec plaisir que nous avons retrouvé les cousins gris de nos écureuils.

    photo

    Ce n'était pas la saison du festival de la tulipe, qui est aussi celui de l'amitié, mais nous avons pu jouir de la ville et l'amitié était pour nous dans le bus.

    Dans cette ville nous avons eu  la chance de visiter le Musée d'histoire, qui est passionnant. Je ne vous parlerai pas des colons et de l'historique du développement de ce pays depuis leur arrivée, sujets traités dans les étages. En effet,  je me suis laissée captiver par les amérindiens, leurs vie, leurs coutumes et leur histoire. Je joints donc deux illustrations de leur traditions. Dire qu'ils étaient arrivés sur ces territoires il y  a quelques 15 000 ans, lors de la dernière glaciation qui a baissé le niveau de la mer, créant un pont terrestre reliant l'Eurasie à l'Amérique.

    photo

     


    votre commentaire
  • Des sites à vous couper le souffle !

    Le tout premier site que nous avons découvert est la très célèbre chute du Niagara. Située entre le Lac Erié et le Lac Ontario, cette chute d'eau, qui en fait est double, est spectaculaire ! il y  a la chute américaine...

    photo

    et la chute canadienne en fer à cheval...

    photo

    Déguisés avec nos ponchos rouges...

    photo

    nous sommes allés tout près de la chute, dans un bruit fracassant et une brume enveloppante. Un peu déçus par l'environnement, que ne montrent pas les photos...

    photo

    qui est très urbanisé. C'est un peu l'exploitation du touriste, mais la vue en vaut le déplacement.

    A l'autre extrémité de notre parcours, plein Nord, nous avons découvert le Lac St Jean. C'était le soir mais il faisait encore jour...

    photo

    Ce lac est gigantesque et on ne voit pas l'autre rive quand on est sur le bord. Qu'est-ce que notre lac de Léon à côté !

    Nous sommes arrivés au Lac à l'eau claire, nom de notre résidence, sur la commune de St Alexis des Monts. Petite promenade pour nous dégourdir les jambes et marcher au bord de la forêt qui l'entoure, avant d'aller dormir dans des chalets accueillants...

    photo

    Il est un site qui est peut-être moins réputé que les chutes du Niagara : les chutes de Montmorency, proches du vieux Québec. Cette cascade est haute de 83 m (Niagara 57m de haut)...

    photo

    seul le volume d'eau est moindre. Le soleil n'était pas au rendez-vous, mais cela valait le détour ! La plupart d'entre nous ont grimpé l'escalier sur le bord, pour prendre un peu de hauteur et un peu moins d'embruns.


    votre commentaire
  • Les raids

    La première escapade en bateau...

    photo

    que nous fîmes, nous permit de sillonner de l'une à l'autre des Milles Iles. Il s'agit d'un chapelet d'îles...

    photo

    (au nombre de 665 du côté canadien) en amont du fleuve St Laurent. La frontière USA /Canada passe au milieu et certains habitants (car ces îles sont le plus souvent habitées) arborent fièrement le drapeau de leur pays.

    Il ne fait pas chaud sur le pont où l'air fouette les joues, mais pour admirer le paysage...

    photo

    c'est la meilleure place. Les îles émergent de l'eau qui scintille. La profondeur varie de 3 à 60 mètres. Et il paraît qu'il y a 80 espèces de poissons.Tout le monde a apprécié cette excursion...

    photo

    Vers l'aval du fleuve, au large de Tadoussac, ce sont les phoques et les bélugas que nous avons vu...

    photo

    De fait cette croisière devait nous emmener voir des baleines, mais elles ne furent pas au rendez-vous.

    On a quand même fait une très belle balade, ne serait-ce qu'en prenant un peu de distance avec la côte de Tadoussac et Baie Ste Catherine...

    photo

    Un autre style de transport nous a été proposé pour visiter le zoo de St Félicien. En effet les animaux, des autochtones pour la plupart, sont en liberté. Leur milieu est reconstitué et ils évoluent sans crainte de l'homme puisqu'il est derrière les grilles du petit train...

    photo

    Une partie du zoo est plus traditionnelle et ce sont alors les animaux qui sont en cage. Nous allions de l'un à l'autre nous donnant des informations pour ne pas rater le castor qui construit sa digue, ou l'ours blanc, qui en a ému plus d'un, car c'est celui qui nous a paru le plus "en cage".  Ours, bisons, bœufs musqué...

    photo

    harfang, caribous...

    photo

    macaques du japon, bernaches...

    Sur certaines parcelles, des éléments d'habitat retraçaient la vie de trappeurs et de la campagne au XIXème siècle...

    photo

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique