• Pour clôturer la saison 2022, les Par Chemins s'en sont allés en Corrèze les 18 et 19 juin . 55 inscrits mais que 47 partants.  En effet, les chaleurs étouffantes des jours précédents avaient incité quelques uns à renoncer à cette sortie.

    A 6h30, tout le monde était sur la place de la mairie, mais le car n'arrivait pas. C'est avec 1h15 de retard qu'enfin nous vîmes arriver un immense bus à étage. Mais aux Par Chemins on sait prendre son mal en patience, ravitaillement à l'appui.

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    Pour justifier ce retard on nous déclara qu'un accident sur la route de Pissos en était la cause. Vilain mensonge car vérification faite auprès des pompiers locaux, aucun accident ne leur avait été signalé. Panne de réveil ou défaut d'organisation?

    A 12h15 nous étions arrivés à Donzenac en Corrèze après une petite pause café sur une aire d'autoroute. Le temps de se délasser un peu, de boire une boisson chaude ( thé, café ou chocolat) que les Par Chemins font toujousr suivre et de déguster croissants et chocolatines offerts par l'association.

     A l'origine nous devions arriver à Turenne, village classé parmi les plus beaux villages de France, pique niquer au bord d'un lac et faire une marche de Turenne à Colonges-la-rouge. En raison des trop fortes chaleurs le projet a été abandonné au profit de la visite des Pans de Travassac près de Donzenac.

    Pour le déjeuner, nous nous étions installés, sur les conseils sympathiques et avisés de la secrétaire de mairie locale, sur une aire de pique-nique à l'ombre, le long d'un ruisseau, juste derrière le gymnase. Rien ne manqua de l'apéro au dessert. comme d'habitude.

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR 

    Malgré la chaleur, le lieu était agréable et la température à l'ombre très supportable.

    Après ces quelques agapes, nous sommes allés à Travassac pour  visiter une ancienne ardoisière: " Les Pans de Travassac"

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    Cette ancienne ardoisière ( pour ne pas dire carrière) est un site remarquable. Les grands pans sont des strates de roche où l'ardoise est de moins bonne qualité et que les ardoisiers n'ont pas exploitées. Ces strates étaient à l'horizontale il y a 50 000 000 d'années. Elle se sont redressées à la formation des pyrénées. Les blocs d'ardoises sont extraits du haut en bas sur plus de 50 m de profondeur.  

     ESCAPADE EN CORREZE

     DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    Démonstration de fabrication des ardoises: Elles sont toutes faites à la main, une par une. Séparation couche par couche au ciseau à pierre et marteau, puis mises en forme. L'ardoisière de Travassac toujours exploitée fournit une ardoise d'excellente qualité, très recherchée par les Bâtiments de France pour la rénovation des édifices (églises, châteaux etc..)

    Après Travassac, nous sommes allés visiter Colonges-la-Rouge, village classé parmi les plus beaux villages de France.

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR 

    Visite un peu écourtée car nous avions pris du  retard dans les Pans de travassac. Il fallait rejoindre le camping. Une petite difficulté nous y attendait. En effet, notre car trop grand ne pouvait entrer dans le camping. Il a dû rester sur la route pendant le déchargement des valises que nous avons dû porter ou faire rouler jusqu'à l'accueil.

    Une fois installés nous nous sommes retrouvés pour le traditionnel apéro. Extraordinaire moment de détente et de convivialité

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    Pour dîner, une excellente paëlla nous a été servie sous la pergola du camping.

    Dimanche matin après un épique petit déjeuner, car personne au camping ne savait se servir d'un percolateur pour faire du café. Heureusement il y avait des petites cafetières et avec un peu de patience nous avons tous eu notre café.

    La journée s'est poursuivie avec la visite du gouffre de Padirac. Site magnifique. Visite qui commence par une balade en barque sur une rivière souterraine puis une très belle promenade dans les entrailles de la terre. Spectacle féérique avec des petits lacs et de très belles concrétions aux formes  étranges, délicates et phantasmagoriques à la fois.

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

     Après Padirac nous sommes allés manger au restaurant Le Roc du Berger. Excellent repas, mais il faisait un peu chaud sur la terrasse.

    Et pour  terminer notre séjour en Corrèze nous sommes allés visiter Rocamadour. Visite commentée par Marion, une guide extraordinaire, volubile, expressive, mais très intéressante qui nous a tout appris sur la génèse et l'histoire du sanctuaire de Rocamadour

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    .

    DES PANS DE TRAVASSAC à ROCAMADOUR

    Il fallait revenir, nous avons quitté Marion pour regagner notre énorme bus et prendre la route du retour. Un peu fatigués mais avec de beaux souvenirs à raconter.


    votre commentaire
  • Nous n'irons plus jamais

    À Labaste vendanger

    Nous n'irons plus jamais

    Bernard s'en est allé

     

    Sûrement à l'appel de Bacchus, Bernard est parti s'occuper des vignes célestes.

    Que de belles après-midi passées dans cette agréable propriété. Les vendanges à Labaste sont et resteront les meilleurs souvenirs de nos sorties.
    Vendanges effectuées dans une ambiance de cour de récréation.

    Quant à la réception post récolte, elle est entrée dans la légende sous l'appellation: "Les par chemins au pays des merveilles".

    Ces merveilles concoctées par Danièle, son épouse, étaient uniques, comme l'était ce couple à la générosité non feinte, une générosité de terroir comme leur vin.

    Des gens exceptionnels et simples. Nous n'oublieront jamais ces moments! 

    Bernard, nous viendrons, les uns après les autres te rejoindre, et nous sommes persuadés que tu nous accueilleras avec ta faconde de vrai Landais, une bouteille  de vin à la main!

    NOUS N'IRONS PLUS JAMAIS...

    .


    votre commentaire
  • Le  25 mai, Les Par Chemins sont allés visiter la Maison de la gemme à Lesperon

    Accueil par le Président de l'association Thierry MIRTAIN et ses collaborateurs, anciens résiniers, retraités de la DRT

    Visite du Musée de la maison de la gemme: Exposition des outils traditionnels utilisés par les gemmeurs

        

    Explications sur les divers produits fabriqués à partir de la résine de pin et de la colophane

      Ensuite c'est à l'extérieur que cela se passe:

    Démonstration de gemmage d'un pin - Création d'une care ( blessure du tronc de l'arbre) avec le hapchot, outil courbe extrêmement tranchant au bout d'un long manche et qui sert à  entailler l'écorce et enlever de fines lamelles de bois ( les gémelles) pour faire couler la résine - Positionnement du cutiot (pot de recueil de la résine)

     

    Certains s'y sont essayés, et ce n'est pas aussi facile qu'il y parait de bien entamer le tronc du pin... pour faire une care qui suinte bien la résine!

     La "claude", machine inventée par un gemmeur pour curer les pots de résines

      

    Dans une tranche de pin, toute la vie de l'arbre y est représentée, les bonnes années, les mauvaises, les blessures.....

    Une visite très intéressante et un très beau musée que fait vivre une équipe de passionnés.

    * Visite à recommander à tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur la vie et le travail des gemmeurs! *

    Tous nos remerciements et nos félicitations aux membres de l'association  "La maison de la gemme" à Lesperon

    Après la visite nous sommes allés pique-niquer sur la terrasse du restaurant situé au centre du village. Le patron qui ne pouvait pas servir de repas à cause des restrictions sanitaires en vigueur, nous a autorisés à pique-niquer sur sa terrasse. Précisons qu'il pouvait servir des boissons; ce dont nous ne sommes pas privés.

     La journée s'est terminée par une  rando sur un circuit que nous a proposé notre amie Véro.


    votre commentaire
  •  Après une longue période d'isolement, pour cause de pandémie,,qui mettait à mal notre moral et notre physique, nous avons ressentit le besoin impérieux de nous retrouver sur les chemins. Marcher pour nous remettre en condition, nous réunir pour retrouver ce lien social indispensable à notre équilibre et qui nous permet de voir la vie sous un jour meilleur.

    Nous avons commencé par quelques sorties sans programme pre-établi. Nous avons alors constaté que nous pouvions marcher en pleine nature, tout en respectant les mesures sanitaires imposées.

    Très rapidement le nombre croissant d'adhérents intéressés par ces sorties nous a amené à reprendre l'organisation d'un planning. Une réunion du bureau le 16 mars permettait l'établissement d'un programme des sorties jusqu'en juin. Tout comme vous je le regrette, mais il n'y aura pas, pour les raisons que vous connaissez, sur ce programme les journées "Rando-Resto" de fin de trimestre.

    Le jeudi 18 mars, nous sommes allés à "Piret" voir un magnifique champ de jacinthes. Elles étaient en pleine floraison et embaumaient l'atmosphère tout autour du champ.

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

     

    Circuit d'une dizaine de Km qui  nous a conduit ensuite jusqu'à "Campigné" et le "Coursat"  puis retour  en passant par "Catin". Nous avions quelques  craintes après les fortes pluies de février, mais les chemins étaient secs.

    Une trentaine  de participants pour cette balade.

    Le jeudi 25 mars, pour la première fois, nous avons utilisé l'aire de covoiturage située au rond-point de la route de Dax comme point de départ. De là, nous avons rejoint le lieu-dit "Georges" sur la route d'Herm pour aller voir un magnifique champ de tulipes. Spectacle toujours aussi magique que cet immense champ de tulipes aux couleurs chatoyantes.

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

    Un tel spectacle méritait bien une petite séance photo

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

    UN PETIT AIR DE REPRISE

     

    Après la séance photos, nous avons continué notre marche dans la forêt sur un circuit d'une dizaine de Km qui nous a amené à Capdeboscq. Véritable petit Hameau, très agréable avec des maisons parfaitement intégrées dans la nature qui a pour particularité que toutes ces maisons appartiennent à des membres de la même famille. Puis retour à Georges et l'aire de covoiturage.

    Nos étions très exactement 29 pour cette balade fleurie et un temps magnifique.


    votre commentaire
  • Jeudi 24 septembre: Malgré un temps un peu maussade et une petite pluie fine, les Par Chemins sont allés randonner dans le bois de Boulogne à Dax. Rien de bien nouveau circuit déjà fait et refait.

    Certainement en raison des conditions météo, nous n‘étions que 11 pour cette marche.

    Après la marche un repas était prévu au restaurant « Chez Simone » à Bénesse-lés-Dax.  A l’heure et au lieu prévu, alors que la pluie continuait de tomber, le nombre des participants avait considérablement augmenté puisque nous nous sommes retrouvés à 25 pour ce déjeuner. Phénomène assez récurrent lorsque les conditions météo ne sont pas très favorables.

    N’y voyez là aucune remarque mais seulement une amusante constatation.

    Les repas au restaurant après les randos sont toujours de très agréables moments de convivialité et celui-là n’a pas dérogé.

    Après le repas nous sommes allés visiter le moulin à vent de Bénesse-lès-Dax. Le seul moulin à vent en état de fonctionnement qui existe dans les Landes. Ce moulin a été récemment restauré par l’association « Les Ailes Bénessoises »

     Le dernier Moulin à vent des Landes

    Le moulin à vent de Bénesse a été construits au XVIIIe siècle… sans doute avant 1756. La date réelle de sa construction n’a pas pu être retrouvée.

    Bien entendu pour y arriver il faut monter. Les moulins à vent sont souvent sur des hauteurs pour mieux capter le vent

    Le dernier Moulin à vent des Landes

     

    Les explications de notre guide avant la visite

    Le dernier Moulin à vent des Landes

    Entrons dans le moulin:

    Au rez de chaussée les réceptacles à farine

    Le dernier Moulin à vent des Landes

    A l'étage: Les engrenages qui actionnent les deux meules de ce moulin

    Le dernier Moulin à vent des Landes

    Le dernier Moulin à vent des Landes

    Détail des cliquets des trémies recevant le blé pour alimenter les meules, dont le rythme des claquements permettent au meunier d'apprécier la vitesse du moulin.

    Le dernier Moulin à vent des Landes

    La photo de famille devant ce magnifique  moulin

    Le dernier Moulin à vent des Landes

     

    Les masques ont été enlevés pour la photo prise en extérieur, il y avait assez de vent la haut pour ne rien risquer.

     En images: Historique de cette restauration et quelques informations 

          
    Le dernier Moulin à vent des Landes

    Le moulin en chiffres:

    A 97m d'altitude, vue à 320° sur la Chalosse et les Pyrénées, du Pic du Midi à la Rhune, permettant de distinguer 13 châteaux d’eau des communes voisines .14m de haut dont 7,25m de diamètre

    4 ailes de 8,70m- soit une envergure totale de 17,40m, avec vergue en barreaux de chêne. Les voiles, en tissus polyester blanc, présentent, déployées, une surface au vent de 64m².

    Chaque paire de meules pourrait produire jusqu'à 800 à 1.000 kg de farine /jour. L’objectif annuel du moulin de Bénesse est de 15 à 30 tonnes de farine/an.

    Coût total de cette restauration: 552.000€TTC.

    Un travail vraiment remarquable. un grand coup de chapeau aux artisans qui ont œuvré pour cette restauration à l'identique.

    L'Association Les Ailes Bénessoises organise la fête du moulin tous les ans au mois de juin.

    Merci à notre guide passionnant et passionné qui nous a fait passer un agréable moment riche d'informations.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires